Communiqué de la COJER sur l’affaire Adama Gaye

0
56

L’audition du journaliste-consultant Monsieur Adama Gaye par les éléments de la Division des Investigations Criminelles (DIC) constitue une véritable opération de salubrité publique au regard de la déliquescence mentale de cet homme. Incontestablement, ce journaliste-amorti, est irrespectueux du Sénégal, de nos valeurs, de la personne du Président de la République du Sénégal et de l’Institution qu’il incarne. Sinon, comment comprendre ses diatribes infâmes qui piétinent l’idéal républicain et les valeurs qui fondent notre commun vouloir de vie commune.
La Convergence des Jeunesses Républicaine condamne avec la plus grande fermeté ces propos qui n’honorent pas le Sénégal. Elle tient à rappeler à Monsieur Adama Gaye que l’insulte à la bouche et l’irrévérence au bout de la plume sont la manifestation éclatante d’une faiblesse politique ; que la discipline et le respect sont des valeurs cardinales qui caractérisent les dignes filles et fils du Sénégal.
A cet égard, sa posture irrespectueuse et insolente, n’honore pas le journaliste-consultant devenu au gré de ses fracas, un anti-modèle pour ses cadets, fils et petit- fils dans le métier.
Les affres de la vie et les balafres du passé ne sauraient conduire M. Adama Gaye, à perdre la tenue et la retenue. Qu’il se rassure, ses insanités ne sauraient atteindre l’honorabilité du Président de la République qui est un modèle de vertu, d’engagement et de constance pour la jeunesse sénégalaise.
Dès lors, les jeunesses républicaines tiennent à rappeler que les paroles irrévérencieuses et outrageuses de Adama GAYE envers le Président de la République du Sénégal n’honorent ni son auteur, ni sa famille, ni ses amis encore moins sa corporation, si tant est que Monsieur GAYE est encore admis dans un quelconque groupe de presse digne de ce nom.
Ainsi, la COJER demande à Monsieur Adama Gaye d’assumer son insolence au lieu d’alerter la presse et d’ameuter l’opinion pour chercher à cacher son jeu favori : dénigrer le Sénégal et ses dirigeants à travers le monde.
Enfin, la COJER demande à la Justice de sévir car, de pareils dérapages doivent être punis en vertu des dispositions de la loi… et dans toute sa rigueur.

Le Coordonateur national de la COJER

Fait à Dakar, le 19 juillet 2019

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here