Présidentielle : Hamon reproche à Valls de “ne pas respecter le verdict des urnes”

0
235

“Sans doute les électeurs de la primaire [de la gauche] se sentent-ils aujourd’hui trahis”, a affirmé Benoît Hamon sur TF1 mardi soir pour commenter le refus de Manuel Valls de parrainer sa candidature à la présidentielle. 

 

“Moi, je ne me sens pas trahi, mais sans doute les électeurs de la primaire se sentent-ils aujourd’hui trahis.” Interrogé, mardi 14 mars, par la chaîne TF1 sur la décision de Manuel Valls de ne pas lui apporter son parrainage, Benoît Hamon a estimé que l’ancien Premier ministre ne respectait ses engagements pris après la primaire de la gauche.

“En démocratie, le respect de la parole donnée, c’est important, a estimé le candidat du Parti socialiste (PS) à la présidentielle française. En démocratie, le respect de l’issue du scrutin, c’est important. Sinon, comment lutter efficacement contre toutes celles et ceux qui mettent en cause la démocratie, comment lutter efficacement contre le Front national quand justement soi-même on ne respecte pas le verdict des urnes ?”

Dans un entretien à Paris Match, Manuel Valls avait expliqué ne pas pouvoir “apporter son parrainage à Benoît Hamon”, notamment car “Hamon ne suscite pas d’engouement”. Mardi, à l’occasion d’une réunion organisée à huis clos à l’Assemblée nationale, l’ex-chef du gouvernement s’est montré encore plus virulent à l’endroit de Benoît Hamon qu’il estime engagé dans une “dérive” empreinte d'”une forme de sectarisme”. “Je ne parrainerai personne et je n’ai aucune leçon de responsabilité ou de loyauté à recevoir”, a-t-il lancé, selon des participants au conclave.

Lundi, Manuel Valls avait dû contredire une information du Parisien selon laquelle il se préparait à appeler à voter pour son ancien rival au gouvernement, Emmanuel Macron, et pas pour le candidat socialiste. L’ancien Premier ministre avait fait démentir cette information par son proche entourage. “Rien dans cet article n’est vrai, en dehors du fait qu’il y a une réunion mardi”, avait affirmé Carlos da Silva, bras droit et suppléant de Manuel Valls à l’Assemblée.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here