Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Affrontements entre manifestants et policiers autour du port d’Adani dans l’Etat indien du Kerala ; Plus de 80 blessés

  • L’énorme projet de port maritime du milliardaire Al-Adani fait l’objet de protestations
  • Affrontements entre la police et les manifestants dimanche soir alors que les tensions montaient
  • Le différend sur la construction des ports, qui a provoqué l’érosion côtière
  • Al-Adani dit qu’il a tous les permis nécessaires pour développer les ports

KOCHI, Inde, 28 novembre (Reuters) – Plus de 80 personnes ont été blessées en Inde lorsque des villageois protestant contre l’arrêt de la construction du projet de port de Vizhinjam de 900 millions de dollars par le groupe indien Adani ont affronté la police dans l’État du Kerala, la dernière escalade depuis des mois. Il frappe.

Les protestations d’une communauté de pêcheurs majoritairement chrétienne contre le projet de 23 milliards de dollars mené par le milliardaire Gautam Adani ont contraint ce dernier à arrêter les travaux du port, considéré comme un concurrent potentiel et lucratif de ceux de Dubaï, de Singapour et du Sri Lanka. .

La construction s’est arrêtée il y a plus de trois mois après que les villageois ont accusé le développement du port d’avoir causé l’érosion côtière et de les avoir privés de leurs moyens de subsistance. Ils ont scellé l’entrée du site en érigeant un abri de 1 200 pieds carrés.

Au cours du week-end, la police a arrêté des manifestants qui empêchaient les véhicules de construction d’El Adani d’entrer dans le port, malgré une décision de justice de reprendre le travail.

Les arrestations ont incité des centaines de manifestants, menés par des prêtres catholiques, à marcher sur le poste de police tard dimanche soir, entraînant des affrontements avec des individus et des dommages aux véhicules de police, selon un document de police et des séquences vidéo diffusées à la télévision locale.

READ  Sources: les banques turques exclusives ont honte de la chaîne Erdogan "folle"

Joseph Johnson, l’un des leaders de la manifestation, a déclaré qu’au moins 46 manifestants avaient été blessés. Ajith Kumar, un haut responsable de la police locale, a déclaré à Reuters que 36 officiers avaient été blessés lors des affrontements.

Un autre responsable de la police, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, a déclaré que la sécurité avait été renforcée après l’incident, avec plus de 600 agents déployés à travers Visingham.

Situé à la pointe sud de l’Inde, le port cherche à accéder aux routes commerciales lucratives Est-Ouest, ajoutant à la portée mondiale de l’entreprise dirigée par Adani, l’homme le plus riche d’Asie et le troisième homme le plus riche du monde.

Le groupe El Adani n’a pas répondu à une demande de commentaire sur les manifestations du week-end. La société a déclaré que le port respecte toutes les lois et a cité des études qui montrent qu’il n’est pas lié à l’érosion côtière. Le gouvernement de l’État a également déclaré que toute érosion était due à des causes naturelles.

Lors des récents affrontements, le document de la police indique que les manifestants « sont venus avec des armes mortelles et ont pris d’assaut le poste et pris la police en otage, menaçant de mettre le feu au poste si les détenus n’étaient pas libérés ».

Eugene H. Pereira, procureur général du diocèse et leader de la manifestation, a déclaré que la police avait lapidé des manifestants.

Les manifestations du port rappellent le contrecoup auquel Adani a été confronté en Australie à propos de la mine de charbon de Carmichael. Là-bas, des militants préoccupés par les émissions de carbone et les dommages causés à la Grande Barrière de Corail ont forcé l’Adani à réduire ses objectifs de production et à retarder de six ans la première expédition de charbon de la mine.

READ  Dans quelle mesure le chemin vers une victoire conservatrice est-il vrai?

Les protestations indiennes se sont poursuivies malgré les ordres répétés de la Haute Cour du Kerala d’autoriser la reprise de la construction. La police était en grande partie réticente à agir, craignant que cela ne conduise à des tensions sociales et religieuses, avait précédemment rapporté Reuters.

Lundi, le tribunal a de nouveau entendu les préoccupations d’Adani et a demandé à l’administration de l’État pourquoi son ordre d’assurer la poursuite de la construction des ports n’avait pas été mis en œuvre. Le juge a demandé aux responsables de l’État de fournir une réponse d’ici vendredi.

Le géant Adani Group supporte un tiers du coût du projet tandis que le reste est supporté par les gouvernements des États et fédéral. Il a un accord de 40 ans pour construire et exploiter le port.

Écrit par Aditya Kalra; Reportage supplémentaire par Urban Chaturvedi. Montage par Clarence Fernandez, Meral Fahmy et Bernadette Boehm

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.