Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Agence alimentaire des Nations Unies : 45 millions de personnes au bord de la famine | Nouvelles

L’agence des Nations Unies affirme que la faim dans le monde a augmenté de trois millions en un an, les conflits et le changement climatique étant les principaux moteurs du coronavirus.

Le nombre de personnes au bord de la famine dans 43 pays est passé à 45 millions, a indiqué l’agence alimentaire des Nations Unies, avec une augmentation de la faim dans le monde.

Le Programme alimentaire mondial a déclaré lundi que le bond de 42 millions de personnes au début de l’année était dû en grande partie à une évaluation de la sécurité alimentaire qui a révélé que trois millions de personnes supplémentaires risquaient de mourir de faim en Afghanistan.

Des dizaines de millions de personnes ont regardé dans l’abîme. « Nous avons des conflits, le changement climatique et COVID-19 qui font monter en flèche le nombre de personnes affamées », a déclaré le directeur exécutif du PAM, David Beasley.

« Les dernières données montrent qu’il y a maintenant plus de 45 millions de personnes au bord de la famine », a-t-il déclaré après un voyage en Afghanistan, où le Programme alimentaire mondial augmente son soutien à quelque 23 millions de personnes.

« Les coûts du carburant augmentent, les prix des denrées alimentaires augmentent, les engrais sont plus chers, et tout cela alimente de nouvelles crises comme celle qui se déroule actuellement en Afghanistan, ainsi que des urgences à long terme comme le Yémen et la Syrie », a-t-il ajouté.

Le Programme alimentaire mondial a déclaré que le coût de la prévention de la famine mondiale était désormais de 7 milliards de dollars, contre 6,6 milliards de dollars plus tôt dans l’année, mais il a averti que les flux de financement traditionnels étaient surchargés.

READ  La Chine met en garde la Lituanie et les responsables européens sur le différend taïwanais

Les familles confrontées à une insécurité alimentaire aiguë sont obligées de «faire des choix dévastateurs», de marier leurs enfants tôt, de les retirer de l’école ou de les nourrir de sauterelles, de feuilles sauvages ou de cactus.

Pendant ce temps, les reportages des médias afghans indiquent que des familles ont été contraintes de vendre leurs enfants dans une tentative désespérée de survivre.

Elle a ajouté que plusieurs sécheresses en Afghanistan ont coïncidé avec un effondrement économique pour pousser les familles au bord du gouffre, tandis que quelque 12,4 millions de personnes en Syrie ne savent pas d’où viendra leur prochain repas – plus qu’à tout autre moment au cours de la décennie de conflit.

L’agence basée à Rome a déclaré qu’il y avait une augmentation de la faim aiguë en Éthiopie, en Haïti, en Somalie, en Angola, au Kenya et au Burundi.