Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Au milieu de l’opposition, le Premier ministre japonais déclare “qu’il n’a pas mis les Jeux olympiques au premier plan”

Le Premier ministre japonais Yoshihide Suga a déclaré lundi qu’il n’avait jamais “mis les Jeux Olympiques en premier”. Le même jour, un sondage a montré que près de 60% des Japonais souhaitent que les Jeux Olympiques soient annulés moins de trois mois avant le début.

Le Japon a prolongé son état d’urgence à Tokyo jusqu’à la fin du mois de mai et a du mal à contenir l’augmentation des cas de coronavirus, soulevant de nouvelles questions sur la poursuite des Jeux. Le taux de vaccination est le plus bas parmi les pays riches. Lire la suite

Les officiels olympiques internationaux et les planificateurs de Tokyo et Suga lui-même ont insisté pour que les Jeux se poursuivent de manière «sûre et sécurisée». Les spectateurs étrangers ont été interdits et les planificateurs ont publié le mois dernier un règlement détaillé visant à prévenir l’infection par le coronavirus.

Mais un sondage d’opinion, réalisé par le quotidien Yomiuri Shimbun du 7 au 9 mai, a montré que 59% souhaitaient annuler les jeux contre 39% qui ont dit qu’ils devraient avoir lieu. Le «report» n’était pas proposé en option.

Un autre sondage mené par TBS News au cours du week-end a montré que 65% voulaient à nouveau annuler ou reporter les jeux, 37% votant pour annuler complètement l’événement et 28% appelant à un autre retard. Plus de 300 000 personnes ont signé une pétition pour annuler les jeux dans les cinq jours environ depuis leur lancement.

En réponse à une question lors d’une réunion du comité parlementaire pour savoir si les jeux continueraient même si les infections au COVID-19 augmentaient, Suga a répondu: “Je n’ai pas mis les Jeux olympiques en premier.”

READ  Vladimir Guerrero Jr. des Blue Jays de Toronto passe une nuit d'attaque inoubliable contre les citoyens de Washington

Il a ajouté: “Ma priorité était de protéger la vie et la santé de la population japonaise. Le virus doit d’abord être évité.”

Il a rappelé que le Comité international olympique avait le dernier mot sur le sort des Jeux et que le rôle du gouvernement était de prendre des mesures pour qu’ils puissent se dérouler en toute sécurité. Plusieurs événements expérimentaux avec des athlètes étrangers ont été organisés avec succès, dont le dernier dimanche.

Selon les médias, des dispositions sont en cours pour Thomas Bach, président du Comité international olympique, qui devait se rendre au Japon à la mi-mai, en juin, avec la levée de l’état d’urgence comme condition préalable.

Le président de Tokyo 2020, Seiko Hashimoto, a déclaré la semaine dernière qu’il serait “difficile” pour Bach de lui rendre visite au milieu de l’état d’urgence.

Un responsable de la préfecture occidentale d’Okayama a déclaré lundi qu’il envisageait de garder le relais de la flamme olympique hors des voies publiques à la fin de la semaine prochaine. Bien que d’autres provinces aient pris des mesures similaires, elles étaient soumises à l’état d’urgence ou à d’autres restrictions à l’époque.

Le haut fonctionnaire olympique John Coates a déclaré samedi que si le sentiment japonais à propos des Jeux était “une source de préoccupation”, il ne pouvait prévoir aucun scénario dans lequel les festivals sportifs ne se poursuivraient pas. Lire la suite

Mais la joueuse de tennis japonaise Naomi Osaka a déclaré dimanche que bien qu’elle ait attendu sa vie pour participer aux Jeux olympiques, les risques liés à la tenue des Jeux de Tokyo doivent être soigneusement discutés. Lire la suite

READ  Max Scherzer veut «mettre à jour» les protocoles COVID-19 de la Ligue

Les Jeux devraient s’ouvrir le 23 juillet et se dérouler jusqu’au 8 août.

Nos critères: Principes de confiance de Thomson Reuters.