Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Cinq points à retenir de l’ouverture de la Coupe du Monde de Rugby : PlanetRugby

Cinq points à retenir de l’ouverture de la Coupe du Monde de Rugby : PlanetRugby

Après la victoire 27-13 de la France contre la Nouvelle-Zélande lors de son match d’ouverture de la Coupe du Monde de Rugby, voici nos cinq points à retenir du choc de vendredi à Paris.

Ligne supérieure

La France a envoyé un message tonitruant à tout le monde lors de la Coupe du Monde de Rugby après avoir battu la Nouvelle-Zélande, triple championne du monde, en s’imposant grâce à une défense acharnée et des tirs précis. Il a terminé 27-13, mais si Richie Monga n’avait pas laissé ses bottes à l’hôtel, il aurait gaspillé quatre occasions sous les bâtons.

Les deux essais de Mark Delia, notamment à 1 minute et 20 secondes impaires de chaque mi-temps et presque des copies conformes d’un, ont été annulés par les scores du brillant Damien Benaud et de l’arrière remplaçant Melvin Jaminet.

Alors que la Nouvelle-Zélande était du mauvais côté du décompte des cartons pour le deuxième match consécutif, sa discipline s’est améliorée et bien qu’elle n’ait concédé que 11 pénalités, au moins cinq d’entre elles étaient à portée de la botte du canon de siège Thomas Ramos, dûment obligé. avec. Ce fut une performance décousue et décousue de la part des All Blacks, qui ont raté Jordy Barrett le 12, mais cela n’aurait pas pu mieux se passer pour les hôtes.

Grillage

Chaleur. Cela ne peut pas être sous-estimé.

Compte tenu des conditions à l’extérieur et à l’intérieur du stade, les organisateurs ont été soumis à une pression effrénée, avec un retour de la quasi-totalité de la France à Saint-Denis à 17 heures précises et des files d’attente interminables pour tout le monde, y compris une file d’attente de deux heures, même pour les médias. Au-delà des interminables contrôles de sécurité, le match s’est déroulé à un rythme rapide et a souligné la confiance des Français dans leur équipe.

Parfois, il faisait plus de 40 degrés dans le stade et dans une partie de la foule. Les supporters se sont effondrés tandis qu’un des participants au rassemblement a été victime d’une crise cardiaque présumée, et la plupart de la foule est devenue terriblement en sueur alors que la température et l’humidité engloutissaient les joueurs, les spectateurs et les officiels.

READ  Robin Le Normand a révélé que Didier Deschamps le voulait pour la France avant la finale espagnole

Sur le terrain, dans des conditions plutôt surprenantes, la France a joué un jeu de contact, de coups de pied vers l’avant et de maul, mais au moment de l’attaque, elle a joué avec une surprise tonitruante. Cela a levé tous les doutes sur leur forme physique et ils sont devenus plus forts au fur et à mesure que le match avançait. Les All Blacks, en revanche, ont conservé leur énergie et ont joué un rugby précis à contact faible, mais ce faisant, ils n’ont pas pu se libérer de l’excellence défensive de la France.

En fin de compte, la journée a été catastrophique, les files d’attente interminables, l’organisation misérable et la cérémonie d’ouverture incompréhensible, mais même les plus cyniques admettront que le match a explosé à Paris, assourdissant les 78 690 spectateurs. Ce fut une soirée épique et les conditions météorologiques extrêmes semblaient ajouter à l’occasion d’une manière étrange.

Défense française

Lorsque François Krauss enlève sa couche de base en Lycra et que Gregory Aldrid se passe de sa casquette de mêlée à cause des éléments, vous commencez à penser que les manifestants du changement climatique pourraient avoir raison. Mais ces deux brillants attaquants lâches, souvent éclipsés par Antoine Dupont et Ramos, ont remplacé une défense absolument implacable et effrayante.

Groce en particulier a mené le blitz français sur la chaîne 12 avec un rythme effréné face aux All Blacks. Il rate un tacle, mais sa réaction est de revenir immédiatement, de bloquer à nouveau et son ami Aldrid part avec lui pour le vol, un grand moment technique. Avec Gaël Fickou réalisant des rapprochements et des tacles miraculeux dans le 13e corner, certains changements défensifs français ont été absolument remarquables, notamment vers la fin de la première mi-temps qui a vu la Nouvelle-Zélande repoussée mètre après mètre. La simple pression exercée par la France. Bien sûr, on pourrait affirmer que le départ de Sam Kane était un problème critique avant le départ en raison d’une blessure, mais la France ne peut jouer qu’avec ce qui est devant elle et Kane n’en fait pas partie.

READ  Grève des autobus scolaires évitée à Framingham, les négociations se poursuivent à Westboro

Alors que Fickou s’est rapproché et que le centre a été écrasé, Aldrid a excellé dans les interceptions et les plats à emporter, et avec Ramos soutenant ses hommes avec une brillante démonstration hors du tee, c’était l’une de ces victoires dont les entraîneurs seront fiers à la fois de l’organisation et de l’équipe. . succès

Tous les problèmes noirs

C’est une équipe néo-zélandaise de grande qualité mais en aucun cas la meilleure.

Uni Adonio, parfois tel un bonhomme de neige géant et fondant, a complètement dégagé la mêlée des Kiwis et c’est son effort qui a ramené la France dans le match après un début décousu. La simple vérité est que Tyrel Lomax et le prochain meilleur Tidehead étaient énormes et Fletcher Newell s’est évaporé sous la chaleur et la pression qui se sont présentées à lui. C’est une réelle préoccupation pour la Nouvelle-Zélande, surtout compte tenu de la pression qu’Ethan de Groot vient d’Adonio à l’autre bout du fil.

Pour une fois, l’idée était vouée à l’échec, mais la Nouvelle-Zélande était parfois trop latérale, se déplaçant en crabe sur le terrain et luttant pour obtenir un gros porteur à 12 ou 6 heures. Leurs efforts sont venus de coups de pied croisés opportunistes lorsque la France s’est rétrécie, et le fait qu’il ait terminé les deux avec une telle facilité témoigne de son incroyable gaz.

Dans la bataille aérienne, la Nouvelle-Zélande a reçu un jaune lorsque Will a éliminé Jordan Ramos, une fois de plus finalement pour un penalty, mais à trois autres occasions, nous aurions pu voir un autre carton ou un autre penalty aller en faveur de la France car les arrières kiwis étaient particulièrement maladroits. Le défi est quelque chose qu’ils doivent supprimer du jeu.

READ  Joe-Wilfried Tsonga a mis fin à sa carrière dans le marasme du tennis français

La France avance

La France a un revirement rapide pour affronter l’Uruguay la semaine prochaine jeudi, et étant donné la nécessité pour les corps fatigués par la chaleur de récupérer, vous pouvez parier que votre dernier dollar Fabian Caldi explorera ses réserves et obtiendra du temps de jeu dans son équipe.

Ils ont un problème potentiel à Hooker puisque leur talisman toulousain Julien Marchand a été retiré en raison d’une blessure à la cuisse à la 30e minute, mais le deuxième maillot a une profondeur ridicule en France et ce ne sera pas un problème.

Cependant, Jonathan Dandy ne peut pas faire un retour rapide. Il nous a beaucoup manqué et la France a mis trop de temps à assurer le rythme que Dandy amène habituellement d’ailleurs. La France considérera que son alignement manque de retours réguliers d’effectifs, et elle cherchera à s’améliorer dans ces deux domaines.

Mais en dernière analyse, cette victoire a cimenté la décision de la FFR de faire jouer l’attaquant des All Blacks et de faire une déclaration en premier. La France a fait une déclaration avec une performance qui n’a pas ébranlé la compétition, mais qui inquiéterait sûrement n’importe quelle équipe qui se trouverait face à elle.

En savoir plus: Exclusivité David Campes : Eddie Jones et Steve Borthwick ruinent notre jeu