Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Colette explore la nature durable du deuil

Ceux qui se souviennent meurent.

Tel est le message urgent que les sessions de formation sont sous la surface du court métrage documentaire de 20 minutes “Colette”, nominé aux Oscars. Le documentaire suit l’ancien membre de la Résistance française dont le frère a été assassiné dans le camp de concentration de Mittelbau-Dora près de Nordhausen, en Allemagne. Colette, qui a échappé à une arrestation pendant la guerre, n’a jamais mis les pieds dans le camp, et le court métrage retrace la première visite de Colette dans le lieu horrible de son frère ces derniers jours. Elle est accompagnée dans le voyage par une jeune historienne nommée Lucy.

Nous rencontrons Colette dans son appartement du nord de la France, où elle nous présente qu’elle est une femme fière et élégante. Elle obtient cela de sa mère, qui était une combattante anti-nazie et a élevé sa fille pour qu’elle travaille dans la résistance. Pendant l’occupation, Colette a créé de faux documents, compté les camions de fret qui passaient par la fenêtre de sa famille et a aidé à empiler des armes dans des bunkers. Colette affirme qu’il n’y avait pas de lueur de résistance – juste assise sur une pierre solide, cahier à la main, regardant et attendant. Dans son salon, une photo de son frère Jean-Pierre, secrètement prise par son père alors qu’il lui rendait visite en prison, apparaît comme un jeune homme provocant et confiant.

Colette parle ouvertement de l’arrestation et de l’expulsion de son frère à l’âge de dix-sept ans. Dans son récit, le processus de deuil semble avoir été achevé. “La cicatrice est toujours visible, mais ça ne fait pas mal. Ou du moins pas dans la même mesure”, admet-elle. Le film retrace comment une visite au camp perturbe le sentiment de fin de Colette, examinant la difficulté – comme le film le dit – du processus de deuil sans fin.

READ  Le chenin blanc est blanc pour tous les goûts

Lucy, la jeune étudiante en histoire du film, travaille comme conférencière au musée Mittelbao-Dora, préparant des entrées pour ce qui sera un dictionnaire biographique des victimes du camp. Près de 20 000 personnes y ont été tuées au cours des 19 mois de l’opération. Lucy décide de passer une semaine avec Colette pour compléter l’entrée de Jean-Pierre, à qui il manque des aspects clés, dont la photo. Au cours de la semaine, Lucy a interviewé Colette au sujet de son frère pendant qu’ils visitaient le camp. Elle semble heureuse qu’un parent de Jean-Pierre soit en vie pour une interview et l’occasion de quitter les archives pendant un certain temps.

Lors du voyage en train en Allemagne, Colette révèle lentement ses souvenirs à la hauteur de la curiosité de Lucy. Elle brille quand elle parle de son frère, même si elle admet qu’ils n’étaient même pas proches. C’était le préféré de leurs parents – elle se souvient douloureusement comment sa mère lui avait dit que Colette aurait dû être emprisonnée.

C’est une histoire que Colette a racontée à plusieurs reprises, mais il y a quelque chose à propos de l’enquête de la jeune Lucy et des images éparses de Cullett mettant ses souvenirs en pause pour contempler la fenêtre du train, indiquant quelque chose de différent cette fois. En effet, à l’approche des ruines de Mittelbao-Dora, la Colette devient visiblement instable. Le soir de leur arrivée, le maire de la ville l’a repérée dans un restaurant et a tenté de lui présenter de longues excuses pour les crimes commis dans son pays. Colette craque et demande à chacun de retourner à sa table et de manger en silence.

READ  Le patinage artistique à Harlem trouve des moyens de faire face à l'épidémie et au divertissement

Le film explore la pratique sans fin du deuil – la façon dont les vieilles blessures ne guérissent jamais complètement, comme le pensait initialement Colette. Lorsqu’elle traverse le bâtiment où son frère dormait par terre, son calme élégant s’érode. Lucy enroule son bras autour de Colette, et elle admet: “Elle a fait un tel effort pour oublier.” Après avoir visité le crématorium et l’usine de missiles V-2 où Jean-Pierre a travaillé jusqu’à la mort, Colette Lucy lui a donné les initiales JP – la seule chose qui lui restait pour son frère. «Quand tu seras si vieille, elle dira que j’étais là quand j’étais petite», balbutia-t-elle en pleurant.

Lucy n’est pas le seul personnage intrusif. La caméra capture constamment les moments intimes de Lucy et Colette, les rebondissements complexes de leurs réactions émotionnelles l’une à l’autre et les atrocités dont elles se souviennent ensemble. Une fois au camp, la curiosité de la caméra se rapproche de l’anxiété, alors qu’il regarde Colette en pleurs. Dans le même temps, son insistance à être témoin de ces moments intimes et douloureux souligne une idée qui traverse le film – le besoin d’affronter la douleur, d’enregistrer des souvenirs de crimes passés.

À travers les conversations du duo, le film offre à la fois espoir et avertissement. Il nous rappelle que ceux qui étaient jeunes pendant la guerre, et les derniers témoins de ses horreurs, ne resteront pas longtemps ici. En même temps, il met en évidence la capacité d’inspirer les jeunes à continuer à raconter ces histoires fanées, à se souvenir de ce qui est désagréable.

READ  Le mouvement des nouveaux médias du prince William et de Kate Middleton pourrait viser à convaincre les fans de Harry et Meghan

Le film se termine par une réflexion sur les mystères de la mémoire et sur la manière dont la lutte antécédente se transmet à travers les générations. Colette demande à Lucy d’entendre le chant des oiseaux à Mittelbao Dora en disant: “Qui sait si les oiseaux ne sont pas une collection de nos peines … Peut-être que Jean-Pierre nous dit qu’il est heureux.” Colette n’a jamais réalisé l’importance de retourner en Allemagne, mais son opinion sur ces actes de mémoire “obsédés” change tout au long du film. Au début, je me suis demandé pourquoi quelqu’un comme Lucy était si déterminé à se souvenir, se soumettant à vivre dans les zones les plus sombres du passé. Cependant, une fois qu’elle a atteint le bâtiment Jean-Pierre dans le camp, elle s’est donné des coups de pied pour ne pas avoir apporté les fleurs. Il devient clair pour elle que la commémoration peut combler un sentiment d’impuissance et soulager une douleur incalculable.

À la fin du film, Colette semble avoir trouvé un certain réconfort en sachant qu’après son départ, quelqu’un continuera à s’arrêter et à entendre les oiseaux raconter leurs histoires.

(Le film est disponible en streaming gratuit GardienChaîne Youtube: https://www.youtube.com/watch?v=J7uBf1gD6JY)