Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Comment BofA est revenu du bord de la rupture

Comment BofA est revenu du bord de la rupture

La crise financière de 2008 a eu un impact dévastateur sur Banque américaine. Les actions de la banque se négocient aussi bas que 2,53 $ En 2009, le résultat net a chuté de son plus haut niveau 21 milliards de dollars En 2006, seulement 4 milliards de dollars En 2008.

« Bank of America est l’une des raisons pour lesquelles de nombreux investisseurs, consommateurs et gouvernements ont perdu confiance dans le secteur bancaire », se souvient Mike Mayo, analyste bancaire chez Wells Fargo. « Si le gouvernement n’était pas intervenu au nom de Bank of America et des autres banques, Bank of America aurait échoué. »

Avance rapide jusqu’à nos jours, Bank of America est en plein essor malgré les inquiétudes concernant l’inflation et les menaces d’une éventuelle récession. La banque a annoncé un bénéfice net de 31,9 milliards de dollars En 2021, par rapport à 4 milliards de dollars En 2008.

« Parce que les prix sont plus élevés, et si la récession est peu profonde, nous verrons un élargissement des spreads et la capacité de Bank of America à générer un revenu net d’intérêts important », a déclaré Kenneth Lyon, directeur de la recherche chez CFRA Research. . « C’est unique au secteur bancaire, et Bank of America étant l’une des plus grandes banques, on s’attend à ce qu’elle en profite le plus. »

Les leçons tirées de la crise financière ont également conduit Bank of America à subir des changements importants, lui permettant de sécuriser sa position de banque avec le deuxième plus grand total d’actifs aux États-Unis. JP Morgan Elle reste confortablement en tête en tant que plus grande banque des États-Unis en termes d’actifs totaux.

READ  Koch Industries continuera à exploiter des usines en Russie

« Le grand changement chez Bank of America est qu’elle est passée d’une croissance irresponsable à une croissance responsable », a déclaré Mayo.

Une norme de prêt plus conservatrice n’est qu’un exemple de l’objectif de croissance durable de la banque.

« Un aspect clé de la croissance responsable pour Bank of America est de dire non et rien de plus », a expliqué Mayo. « Donc, quand ils disent oui, cela se traduit par une croissance durable, responsable et une meilleure réputation. »

BofA n’a pas pu participer à la couverture de cette histoire par CNBC.

Regarder le vidéo Découvrez comment Bank of America a généré l’un des rendements les plus importants de l’histoire bancaire.