Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Côté amusant : la comédie est une affaire sérieuse au Canada francophone

Côté amusant : la comédie est une affaire sérieuse au Canada francophone

Par : Anne-Sophie Thiel
il y a 28 secondes

Des invités et des comédiens assistent à la « soirée de lancement » « Roast Battle » de Comedy Central le 28 juillet 2016 à Montréal, Canada. Abritant une prestigieuse école de comédie, le plus grand festival annuel du rire au monde et des boîtes de nuit qui attirent les foules pour des dizaines de stand-ups hebdomadaires, la comédie est une affaire sérieuse à Montréal. Ravi Kirdi/Getty Images via AFP

Montréal, Canada – Abritant une prestigieuse école de comédie, le plus grand festival annuel du rire au monde et des boîtes de nuit qui attirent les foules pour des dizaines de spectacles hebdomadaires, la comédie est une affaire sérieuse à Montréal.

Des centaines d’humoristes exercent régulièrement leur métier dans la ville canadienne francophone après que le nombre de théâtres locaux mettant en valeur leur talent ait explosé ces dernières années.

Comédie d’improvisation, thématique, d’observation ou impassible en français et en anglais, des pionniers comme Tom Green – animateur de la populaire émission MTV des années 90 – aux recrues essayant de trouver ce qui fonctionne sur scène, tous les styles de spectacle imaginables peuvent être trouvés.

Un public reconnaissant remplit de rires l’air vif de la nuit québécoise, dans une province où les spectacles d’humour sont une attraction de divertissement majeure.

« La comédie au Québec, on la prend très au sérieux », a déclaré l’humoriste Simon Delisle.

Au célèbre Bourdel Comedy Club de Montréal, Charles Deschamps – avec un microphone à la main et un mur de briques en toile de fond – laisse une salle pleine de blagues et de blagues, provoquant des rires et des éclats de rire de l’auditoire.

READ  L'assureur catastrophe français Descartes lève 120 millions de dollars auprès d'investisseurs

Deschamps, qui est également copropriétaire du club, a déclaré que le club de comédie, qui a ouvert ses portes en 2015, joue plusieurs spectacles par soir et se vend généralement avant même que la programmation ne soit finalisée.

Fort de son énorme succès, le club a doublé sa capacité en ouvrant un deuxième stade l’année dernière et en élargissant ses réservations.

« C’est une façon de se détendre, raconte le smiley Manuel Saint-Aubin, 27 ans, et habitué du club.

A Bordel, « les rires sont forts, et les gens applaudissent beaucoup », note Sert Mathurin, comparant les éclats des Canadiens aux masses silencieuses de Paris.

L’humoriste français prévoit de lancer sa quatrième tournée d’humour au Québec, qualifiant la province canadienne – qui accueille Juste pour rire, le plus grand festival international d’humour au monde, depuis des décennies – de « Mecque de l’humour ».

« C’est un pèlerinage pour les humoristes : qu’on soit français, suisse ou belge… il faut aller au Québec parce qu’ils sont à la pointe de l’humour francophone », ajoute le joueur de 37 ans.

Qu’est ce qui est drôle

Avant de monter sur scène, plusieurs cherchent à décrocher un stage à l’École nationale de l’humour de Montréal.

Fondée en 1988, l’école forme environ 30 comédiens chaque année, dont le tube français Romain Freycinet – et que l’étudiant actuel Felix Wagner, 27 ans, espère imiter.

Dans une salle de classe aux rideaux tirés, l’un des camarades de classe de Wagner répète un numéro de comédie. Son professeur Stéphane Allard lui a dit qu’il fallait « travailler la matière pour qu’elle coule mieux ».

READ  Ben & Jerry's poursuit Unilever pour bloquer la vente d'une entreprise israélienne

Il y a aussi des leçons sur la créativité, l’improvisation et la gestion de carrière, et chaque semaine, les étudiants doivent introduire une nouvelle routine de cinq minutes en classe.

Allard dit qu’ils aident les étudiants à localiser leurs os amusants – qu’ils creusent dans leur vie pour trouver l’inspiration ou qu’ils trouvent leur matériel dans les nouvelles ou la culture populaire – et décrivent les points qui sont « les plus drôles sur scène ».

Il a ajouté que le programme les aide également à consolider leur écriture et à développer un style « signature » pour se distinguer des autres.

« Aller à l’école m’a permis de me produire dans les comédies-clubs de Paris, même s’ils ne me connaissaient pas, dans des endroits où il est d’ordinaire difficile de faire la fête », a déclaré Virginie Corteolle, comme les Panam clubs ou le Comedy Fridge, élève de l’année Le premier utilise le pseudonyme « Beurguy » sur scène.

L’humoriste français de 34 ans s’exprime sur des sujets tels que les menstruations et les fausses couches.

Une fois, ce genre d’humour sur le corps des femmes est devenu tabou, mais comme le dit Deschamps, « il y a toujours une torsion ». /ra

Histoires liées :

Une série humoristique sur la vie des immigrants philippins qui fait ses débuts à la télévision canadienne

Début du tournage des sitcoms canadiennes en anglais et en tagalog