Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Derna : les survivants creusent des fosses communes pour les victimes des inondations dévastatrices en Libye

Derna : les survivants creusent des fosses communes pour les victimes des inondations dévastatrices en Libye


Derna, Libye
CNN

Le calme règne au cimetière de Martoba, à l’extérieur de la ville libyenne de Derna, malgré la présence de dizaines de bénévoles. Des hommes en combinaison blanche contre les matières dangereuses versent de la chaux sur le sol brun pour sceller les tombes. Les briques de ciment qui dépassent des tas de terre sont le seul signe des centaines de corps enterrés en dessous.

Derrière eux, des rangées de tranchées de plusieurs mètres de long avaient été creusées par les excavateurs en prévision des corps qui n’étaient pas encore arrivés.

Il a ajouté : « Nous préparons les lieux en fonction des chiffres que nous entendons, en fonction du nombre de morts et du nombre de disparus ». Les personnes disparues sont présumées mortes. « Nous ne pouvons qu’espérer que ces chiffres ne soient pas corrects. » Le directeur de l’école s’est porté volontaire pour travailler au cimetière de sa ville après les inondations qui ont frappé Derna la semaine dernière.

Près de 4 000 personnes sont mortes à Derna après de fortes pluies et l’effondrement de deux barrages, provoquant des inondations massives, selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé. Des milliers de personnes sont toujours portées disparues.

« Notre proximité avec Derna signifie que j’y ai des amis, des amis à l’école et des collègues de travail », dit-il. Il raconte que dans les premiers jours, il a reconnu leurs visages parmi les cadavres qu’il était chargé d’enterrer.

« Au début, les corps amenés ici n’étaient pas couverts et j’ai été choqué quand j’ai vu mes amis. C’était très difficile », se souvient-il.

READ  Le rapport indique que le mouvement du siège du pilote était au centre de l'enquête sur le vol LATAM Boeing.

Sarah Al-Sergany/CNN

Le directeur de l’école, Muhammad Al-Shaarawi, faisait partie des volontaires présents au cimetière.

Les responsables de la santé ont déclaré que plus de 2 500 personnes avaient été enterrées au cours des trois premiers jours après la catastrophe, afin d’éviter toute infection et maladie. Les hôpitaux et les morgues de la ville étaient surpeuplés et incapables de gérer l’afflux de morts.

Martuba, l’un des trois cimetières destinés aux victimes des inondations, a reçu plus de 1 000 corps au cours de la première semaine. Les morts étaient initialement enterrés dans des tombes divisées par des briques de ciment, chacune contenant six ou sept corps. Plus tard, les corps récupérés dans la mer, épaves remplies de boue, sont arrivés décomposés et gonflés. Chaque compartiment n’en contiendra que trois.

Les volontaires se sont vite rendu compte qu’ils avaient besoin de charniers plus grands, surtout lorsque l’identification visuelle devenait impossible. Les autorités prélèvent désormais des échantillons d’ADN avant l’enterrement. Les autorités ont déclaré que les corps enterrés sans ces tests dans les premiers jours seraient ensuite exhumés pour des tests ADN.

L’arrivée de deux camions à Martoba transforme le lieu en une ruche d’activité, même s’il reste calme et majestueux. Sous le soleil couchant, des dizaines d’hommes accomplissent des prières funéraires pour les victimes, identifiées uniquement par des numéros. Ils placent ensuite les sacs mortuaires blancs dans un trou fraîchement creusé, suffisamment grand pour contenir une cargaison de 35 corps. Les hommes s’alignent sur le bord, pelletant la terre avant que les excavateurs ne comblent le trou.

READ  Des images satellite montrent l’invasion israélienne du nord de Gaza

« Nous ne pouvons pas comprendre cela. Je ne peux pas dormir la nuit. Je ne dors pas. C’est juste un court repos pour que je puisse reprendre le travail le lendemain », explique Al-Shaarawi.

Sarah Al-Sergany/CNN

Akram Al-Kawaash (à gauche) et Abdullah Al-Sheikh n’ont pas pu retrouver les corps des membres de leur famille à Derna.

Au milieu des ruines d’un quartier détruit à Derna, le même traumatisme profond et les mêmes pertes pèsent lourd dans l’air. Akram Al-Kawaash, 54 ans, est assis sur le tas de terre qui était autrefois la maison de son frère. Ses yeux étaient rouges d’un flot de larmes.

« J’ai perdu mon frère et ses enfants. Cette maison était la sienne. Je les ai tous perdus. J’ai perdu mes voisins. J’ai perdu tout mon monde. C’est sa maison. Nous sommes assis dessus », dit-il, portant un sac. poignée de terre et s’appuyant le dos contre les restes d’un mur effondré.

Il essaie de se souvenir du dernier appel qu’il a passé à son frère, deux jours avant les inondations, et fond en larmes. Il se couvre le visage avec sa main, les doigts pressés contre ses yeux.

Sarah Al-Sergany/CNN

Un graffiti sur un bâtiment endommagé par les inondations à Derna, en Libye, dit : « Repose en paix, mère. »

Il est entouré de survivants qui recherchent eux aussi leurs familles. Ils sont assis sous une tente de fortune devant des bâtiments effondrés. Le graffiti est l’une des rares façons de dire au revoir ici. Sur l’un des murs, on peut lire : « Repose en paix, maman ».

READ  L'envoyé de l'UA dit que l'Afrique du Sud n'enverra plus de vaccins J&J en Europe

J’ai perdu 25 membres de ma famille. « Nous n’avons trouvé que quatre corps », explique Abdullah Al-Sheikh, 48 ans. Son visage est inexpressif, engourdi par le choc.

« Le fils mort que j’ai trouvé à l’hôpital. Celui qui est encore en vie, je l’ai sorti moi-même. Mais personne d’autre. Ni ma femme, ni ma mère, ni mes frères, ni mes neveux, ni mes voisins. »

Il raconte que lorsque les inondations ont frappé son quartier, il a récupéré son fils de 10 ans et a sauté d’un toit à l’autre. Après le retrait des eaux, il partit à la recherche du reste des membres de la famille.

« Il n’y avait personne pour aider. C’étaient juste des voisins qui s’entraidaient », dit-il. Il a fouillé l’épave dans l’espoir de retrouver les membres de sa famille, mais n’a trouvé que les corps des voisins et quelques survivants.

« C’est la volonté de Dieu. C’est cruel. Mais nous l’acceptons », déclare Kawash. Comme le cheikh, les corps de sa famille n’ont pas encore été retrouvés.

Clarification : Cette histoire a été mise à jour pour corriger l’orthographe du nom de la ville.