Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Deux des principaux syndicats agricoles français ont suspendu leurs manifestations après que le gouvernement a proposé de nouvelles mesures

Deux des principaux syndicats agricoles français ont suspendu leurs manifestations après que le gouvernement a proposé de nouvelles mesures

Paris – Les deux plus grands syndicats d'agriculteurs français ont annoncé jeudi la levée du blocus national, peu après que le Premier ministre a introduit de nouvelles mesures visant à protéger leurs moyens de subsistance, ce qu'ils ont qualifié de « progrès résolu ».

Cependant, les militants agricoles, qui ont perturbé la circulation sur les principales autoroutes autour de Paris, ont déclaré qu'ils étaient dans au moins un jour avant de voir les engagements du gouvernement par écrit, et les deux syndicats ont déclaré qu'ils surveilleraient de près toute décision du gouvernement.

« Nous ne voulons pas entendre de mots d'amour. Ce que nous voulons, c'est une preuve d'amour », a déclaré Thierry Desforges, syndicaliste agricole, lors d'un barrage routier sur l'autoroute A6 à Chilly-Mazarin, au sud de Paris.

Des milliers d'agriculteurs français manifestent depuis deux semaines dans tout le pays contre ce qu'ils appellent la baisse des revenus, davantage de réglementation et la concurrence déloyale de l'étranger. Des manifestations similaires se sont propagées à travers l’Europe, notamment au siège de l’UE à Bruxelles.

Le Premier ministre Gabriel Atal a annoncé jeudi de nouvelles mesures après que les promesses précédentes visant à résoudre les problèmes des agriculteurs n'aient pas réussi à réprimer les protestations françaises.

Ils comprennent des dizaines de milliers d'euros d'aide, des allégements fiscaux et une promesse de ne pas interdire en France les pesticides qui sont autorisés ailleurs en Europe – ce qui, selon les agriculteurs français, conduit à une concurrence déloyale. Attal a également déclaré que la France interdirait immédiatement les importations de pesticides interdits dans l'UE en provenance de pays tiers.

READ  Le yacht de luxe Belmont pour une croisière en Champagne en France : Travel Weekly

Arnaud Rousseau, président de la FNSEA, le plus grand syndicat agricole de France, et Arnaud Gaillot, président du Syndicat des jeunes agriculteurs, ont appelé leurs membres à suspendre les manifestations lors d'une conférence de presse jeudi.

« Nous avons entendu des progrès certains sur plusieurs points », a déclaré Rousseau, même si les deux syndicats ont déclaré qu'ils surveilleraient de près si le gouvernement tiendrait ses promesses d'ici juin.

« Nous appelons nos membres à suspendre les blocages », a déclaré Gaillat.

Le discours d'Atal est intervenu jeudi matin alors que des centaines d'agriculteurs en colère manifestaient avec de lourds tracteurs. Cela a semé la confusion à l'extérieur du siège de l'Union européenneLes dirigeants devraient offrir un soulagement lors d’un sommet européen Hausse des prix et bureaucratie.

« À l'heure actuelle, la question se pose partout en Europe : notre agriculture a-t-elle un avenir ? Bien sûr, la réponse est oui », a déclaré Attal.

Aux barrages routiers partout en France, les manifestants ont regardé le discours sur les smartphones et les téléviseurs qu'ils avaient installés.

Attal a promis qu'il n'y aurait pas de nouvelle interdiction des pesticides « sans solution » et a déclaré qu'aucun pesticide approuvé ailleurs dans l'UE ne serait interdit en France. Et Atal a annoncé que la France interdirait immédiatement les importations de fruits et légumes en provenance de pays tiers ayant été traités au thiagobride – un pesticide actuellement interdit dans le camp.

Il a indiqué que la France proposerait la création d'une « force européenne de contrôle » pour lutter contre la fraude, notamment pour lutter contre les réglementations sanitaires et les importations de produits alimentaires contraires aux normes d'hygiène européennes et françaises.

READ  Le MIT nomme le Dr Sally Kornbluth de Duke comme nouvelle présidente

Attal a également réaffirmé que la France s'opposerait à la signature par l'UE d'un accord de libre-échange avec le groupe commercial Mercosur. « Il n'est pas question pour la France d'accepter cet accord », a-t-il déclaré.

Il a déclaré que les objectifs du gouvernement avec les mesures récemment annoncées étaient de « restaurer la valeur de l'alimentation » et « d'augmenter les revenus des agriculteurs, de les protéger de la concurrence déloyale et de faciliter leur vie quotidienne ».

Atal a annoncé une aide de 150 millions d'euros aux éleveurs et une réduction des impôts sur les exploitations agricoles transférées des générations plus âgées aux plus jeunes.

Le ministre de l'Agriculture Marc Fesno, s'exprimant après Atal, a annoncé un programme de 2 milliards d'euros (2,16 milliards de dollars) pour accorder des prêts aux agriculteurs.

Le gouvernement français a doublé le nombre de restrictions imposées aux groupes industriels agroalimentaires et aux supermarchés qui ne respectent pas une loi de 2018 visant à payer des prix équitables aux agriculteurs. Les entreprises non conformes s’exposent à des amendes pouvant aller jusqu’à 2 % de leur chiffre d’affaires.

Au moment du siège de Chilly-Mazarin, le représentant de la FNSEA, Damien Griffin, avait estimé que les agriculteurs avaient encore besoin de temps « pour mieux analyser les actions », estimant que certaines lui paraissaient « un peu trompeuses ».

Desforges, membre de la FNSEA, s'est montré prudent quant aux projets concernant l'UE car « nous savons comment fonctionne l'Europe, les pays doivent encore se mettre d'accord ».

Concernant les propositions intérieures, « il faudra attendre de voir si elles seront adoptées », a ajouté Desforges.

READ  Test de redécoupage en Floride : le principal collaborateur de DeSantis grillé sur une carte qui élimine le siège détenu par les démocrates noirs

—-

Oleg Cetinic et Helena Alves à Chilly-Mazarin et Michel Euler à Argenteuil ont contribué à l'histoire.

Copyright 2024 Presse associée. Tous droits réservés. Ce contenu ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.