Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Donald Trump dit qu’il n’a jamais demandé l’incarcération d’Hillary Clinton

L’ancien président Donald Trump a déclaré à Fox News qu’il ne demandait pas que sa rivale à la présidentielle de 2016, Hillary Clinton, soit envoyée en prison après avoir été reconnue coupable de 34 chefs d’accusation jeudi.

Au cours d’une interview, dont des épisodes ont été diffusés dimanche sur « Fox & Friends Weekend », Trump a été interrogé sur un appel souvent entendu lors de ses rassemblements électoraux : « Enfermez-la ».

Le chant est l’un des plus populaires parmi les partisans de Trump et fait référence aux appels de ses électeurs à emprisonner Clinton pour avoir utilisé un serveur de messagerie privé alors qu’elle était secrétaire d’État.

« Vous avez dit à propos d’Hillary Clinton : ‘Enfermez-la’. Et en tant que président, vous avez refusé de le faire », a déclaré Will Kaine, co-animateur de Fox.

« Je l’ai battue », a répondu Trump. « C’est facile pour toi de gagner. Ils ont toujours dit de l’enfermer, et j’ai senti que j’aurais pu le faire, mais je pensais que cela aurait été une chose terrible. Et puis cela m’est arrivé. »

Trump a ensuite insisté sur le fait qu’il n’avait jamais demandé l’emprisonnement de Clinton.

« Je n’ai pas dit ‘enfermez-la’, mais les gens ont dit enfermez-la, enfermez-la », a déclaré Trump. « Et puis, nous avons gagné. J’ai dit – j’ai dit franchement, j’ai dit, OK, allez, détends-toi, allons-y, nous devons rendre notre pays meilleur.

Cependant, il y a eu plusieurs cas où Trump a accepté les appels à l’emprisonnement de Clinton.

Par exemple, en juillet 2016, Trump s’est fait appeler « M. « Bon garçon », quand il s’agissait de Clinton. Pendant le rallye du Colorado La foule réclamait l’incarcération de Clinton.

READ  France : Davantage de femmes et d'enfants reviennent des camps de l'EI en Syrie

Chaque fois que je la mentionne, tout le monde crie « enfermez-la, enfermez-la » », a déclaré Trump à la foule. « Vous savez quoi, je commence à être d’accord avec vous. »

Quelques semaines seulement avant les élections de 2016, Trump avait annoncé qu’il nommerait un procureur spécial pour enquêter sur Clinton et l’emprisonner pour avoir utilisé un serveur de messagerie privé.

Mais après son élection, le 9 novembre 2016, lors d’un rassemblement post-électoral, une foule a scandé « Enfermez-la ! Trump ne s’en est pas pris à Clinton lorsqu’il a crié cela à haute voix.

« Hillary a travaillé très dur pendant longtemps et nous lui devons beaucoup de gratitude pour son service rendu à notre pays », a déclaré Trump. « Je dis cela très sérieusement. Il est temps pour l’Amérique de panser les blessures de la division. … Je dis qu’il est temps pour nous de nous rassembler en tant que peuple uni.

Mais même quatre ans plus tard, alors que Trump se présente contre un autre candidat démocrate à la présidentielle, les chants ne se sont pas arrêtés. En septembre 2020, Trump a déclaré « Je suis d’accord » lors de chants visant à destituer Clinton.

Après sa condamnation à New York, Trump se retrouve dans l’incertitude quant à savoir s’il sera condamné à la prison. Son équipe juridique s’est engagée à faire appel du verdict de culpabilité et le juge de la Cour suprême de New York, Juan Mercon, a fixé sa condamnation au 11 juillet. Mercen, qui a supervisé le procès de Trump, décidera également de sa peine. Les sanctions possibles comprennent jusqu’à quatre ans de prison, une assignation à résidence, une probation ou des amendes.

READ  Des sources affirment que l’enquête sur les documents Trump pourrait transformer les travailleurs du complexe en témoins