Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Économiseur d’écran : Comment les gens ont utilisé les médias pour s’abriter tout au long de l’histoire

Économiseur d’écran : Comment les gens ont utilisé les médias pour s’abriter tout au long de l’histoire

Vous regardez vos collègues de bureau dans le confort de votre maison. Ils sont disposés sur un écran Zoom, chacun sur son arrière-plan préféré, chacun révélant autant de son environnement qu’il le souhaite.

Vous êtes dans votre propre espace, mais en partie aussi dans le leur. Vous êtes présent avec eux à cette réunion, même s’ils sont physiquement absents.

Vous êtes dans une bulle sur écran, une zone de sécurité qui vous permet de rester connecté au monde extérieur sans vous exposer entièrement.

Cette interprétation des médias sur écran comme protections pour leurs utilisateurs est au cœur d’un nouveau livre, Screening Concerns: In Protective Media (Zone Books), de Francesco Cassetti, professeur de sciences humaines et d’études cinématographiques et médiatiques à l’Université de Yale. Collège des Arts et des Sciences. Dans le livre, Cassetti remet en question les théories de longue date selon lesquelles les médias sur écran sont « étendus » aux utilisateurs – ce que le théoricien canadien des médias Marshall McLuhan a décrit comme une « extension de l’humain » – et soutient plutôt qu’ils nous abritent et nous protègent efficacement de l’exposition. au monde. Ce faisant, cela nous permet de renouer avec la réalité de manière plus confiante et efficace.

Cette hypothèse est appelée le « complexe projection/protection ».

« Cassetti disait : Il existe une catégorie de médias qui réalise cette double opération. « D’abord, ils protègent les individus des menaces potentielles qui pèsent sur leur environnement. Ensuite, ils les projettent en toute sécurité dans la réalité, leur permettant de mieux comprendre et gérer le monde.

« « Examiner les peurs » examine la manière dont cette théorie s’est appliquée au fil du temps en se concentrant sur trois formes spécifiques de médias : Le théâtre fantasmagorique, une forme de divertissement populaire apparue en France à la fin du XVIIIe siècle.oui Century, qui utilisait des projecteurs connus sous le nom de « lanternes magiques » et d’autres technologies pour plonger les spectateurs dans une expérience transcendante et fantomatique ; Palais de cinéma opulents du début au milieu des années 1920oui un siècle; Et les bulles électroniques dans le monde moderne.

READ  Revue 'The French Dispatch' : Vous vous souvenez des magazines ?

Casetti a parlé à Yale News de la fantasmagorie, de la façon dont les gens utilisent aujourd’hui les téléphones portables comme boucliers et de la direction que prendra ensuite son travail.

Vous dites que chacune des trois formes de protection évoquées dans le livre est apparue à une époque de changements sociaux particulièrement stressants. Pouvez-vous les résumer ?

Francesco Cassetti : Les illusions sont venues pendant la Révolution française, qui a représenté une sorte de transformation globale, non seulement au niveau politique, mais aussi au niveau culturel. Le monde a littéralement été bouleversé. La fantasmagorie offrait un spectacle sûr, comme le soulignent les publicités, dans lequel les spectateurs étaient en relation avec les héros morts de la révolution et étaient divertis par les forces naturelles alors mystérieuses, incarnées dans les premières machines électrostatiques. Il s’agissait donc d’un espace protégé qui permettait au spectateur de gérer un monde qui autrement aurait semblé très étranger.

Dans les théâtres modernes des années 1920 et 1930, la réalité posait également un problème. C’était l’ère de la « masse », l’ère du progrès technologique et de la révolution des mœurs traditionnelles. Au théâtre, les gens étaient soulagés de l’étroitesse de la vie moderne et, en même temps, ils pouvaient suivre les personnages qui affrontaient d’innombrables difficultés. Encore une fois, une reprise et une nouvelle façon de rester en contact avec la réalité.

Et les bulles – oh mon Dieu. pandémie. L’exposition au monde est risquée ; Cependant, nous pouvons rester en contact avec les autres en toute sécurité.

J’aurais pu choisir d’autres médias. Finalement, je les ai choisis car ils représentaient le plus trois moments où les relations avec le monde n’étaient pas faciles.

Phantasmagoria utilisait un projecteur sur roues pour projeter des images derrière l’écran, donnant au public l’impression de voir des personnages fantomatiques flotter près d’eux. Mais votre explication de ce qui se passait avec ces produits va bien plus loin que cela.

Casey : Il redéfinit complètement Phantasmagoria avec l’idée qu’il ne s’agissait pas seulement d’un moyen de voir des fantômes. Au contraire, c’est la première retenue moderne à représenter trois mondes : le monde transcendantal des esprits, le monde intime des spectateurs et les mondes naturels qui nous entourent.

READ  Sir David Attenborough BBC Landmark 'Wild Isles' dans la faune britannique – Date limite

Son chapitre sur les palais de cinéma souligne que ces cinémas favorisaient avant tout un environnement confortable : de l’air frais, des sièges confortables, des halls élaborés et des huissiers attentifs. Comment le facteur commodité joue-t-il dans votre hypothèse ?

Casey : Mon hypothèse est que le confort n’était pas le but ultime. C’était un outil pour calmer le spectateur, lui permettre d’abandonner la réalité qui l’entourait et de trouver une sorte d’abri dans la salle de cinéma. Et puis renouez avec la réalité. C’était une sorte de stratégie laïque visant à donner aux gens un état de détente afin de leur permettre de transcender leur expérience habituelle.

Bien sûr, les médias ont changé. Le film n’est plus comme ça. Nous n’avons pas besoin du confort traditionnel. Mais lorsque nous regardons un film à la maison, nous essayons de trouver une sorte de réconfort, de nous détendre, de nous exonérer. Vous créez une sorte d’isolement par rapport à l’extérieur afin de vous projeter dans cette réalité compensatoire.

Nous pouvons désormais nous projeter dans de nombreux mondes via nos téléphones portables et nos ordinateurs portables. Comment cela a-t-il encore un effet protecteur alors que nous pouvons probablement nous soumettre à tant de réalités effrayantes ?

Casey : Vous avez raison, le cyberespace Internet peut être dangereux. C’est le paradoxe de la protection : plus on est protégé, plus on a envie de se projeter dans de nouvelles réalités, et plus on se projette, plus on a besoin de nouvelle protection.

J’ai été complètement choqué que mes élèves n’appellent pas les gens au téléphone. Ils écrivent pour demander la permission d’appeler. Maintenant, c’est l’appel qui vous met en détresse. Vous avez besoin d’un bouclier texte pour pouvoir passer l’appel. Cependant, cela offre de nouvelles formes d’intimité totalement inconnues de ma génération et dans lesquelles les gens se sentent vraiment ensemble.

READ  Ed Asner se souvient de Gavin Macleod comme d'un camarade «fort et capable».

Êtes-vous en train de dire qu’un téléphone portable agit comme un dispositif de sécurité ?

Casey : Oui, bien sûr, c’est vu ainsi. Le semestre prochain, j’enseignerai un cours sur les médias et la peur. L’une des conditions préalables pour assister aux cours est que les étudiants s’engagent à laisser leur téléphone portable pendant 12 heures, sauf en cas d’urgence réelle. Comment vivre sans son téléphone portable pendant la journée ? Je demanderai aux élèves de rédiger un journal sur leurs sentiments et ce qui leur arrive.

Où va votre entreprise ensuite ?

Casey : Je travaille toujours sur la projection et la protection. En ce moment, je travaille sur l’idée de protection et d’exposition – quel est l’équilibre entre les deux ? C’est mon problème maintenant, où trouver l’équilibre.

Il existe une idée selon laquelle ce n’est que lorsque vous êtes exposé à la réalité que vous comprenez la réalité. Vous devez connaître le terrain – je vas là-bas Et explorez-le. Il y a l’idée que ce n’est qu’en prenant du recul que nous pouvons mieux saisir la réalité. Ce sont deux traditions philosophiques qui tentent de comprendre. Appartenons-nous à protégé Les médias ou est-ce qu’on est dans l’idée « d’y aller » ?

Mon objectif n’est pas de déterminer le point correct, mais d’étudier la contradiction dans ce chevauchement. Je vais vous donner un exemple. Nos étudiants ne veulent pas répondre à un appel lorsqu’ils ne savent pas qui appelle. Pendant ce temps, ils s’enfuient à toute vitesse dans leur voiture, au péril de leur vie. Ils ont soif d’expériences puissantes. Il y a deux aspects différents : nous devons prendre des risques et nous ne voulons pas les prendre. Chacun trouve le bon compromis. Il ne m’appartient pas d’en donner la recette universelle. Ce que j’étudie, c’est ce que cela signifie lorsque ces deux types de choses se rencontrent.