Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Élections au Sénégal : les électeurs choisissent un nouveau président après une crise politique

Élections au Sénégal : les électeurs choisissent un nouveau président après une crise politique

  • Écrit par Thomas Nnadi à Ndiaganyaw et Natasha Botti à Londres
  • nouvelles de la BBC

Commentez la photo,

Sept millions de personnes, dont certaines font la queue ici à Ndiaganyaw, ont le droit de voter

Les électeurs sénégalais ont commencé à voter pour élire un nouveau président lors d'élections reportées après des semaines de troubles politiques.

De longues files d'électeurs ont été observées à travers le pays alors qu'ils se pressaient pour choisir parmi 17 candidats à la présidentielle.

Après avoir voté, le président sortant Macky Sall a mis en garde les candidats contre toute affirmation prématurée de victoire.

Des élections devaient avoir lieu le mois dernier, mais Sall les a reportées, déclenchant des manifestations sanglantes de l'opposition et une crise démocratique.

Sept millions de personnes ont le droit de voter dans ce pays d'Afrique de l'Ouest à majorité musulmane, jusqu'alors considéré comme un bastion de la démocratie dans la région.

Les bureaux de vote sont désormais fermés après une journée de vote plutôt calme, la plupart des gens rentrant chez eux pour se préparer à rompre le jeûne, qui a lieu au coucher du soleil pendant le Ramadan.

Parmi les prétendants au poste le plus élevé au Sénégal figure le candidat de la coalition au pouvoir BBY, l'ancien Premier ministre Amadou Ba (62 ans). Après avoir voté dans la capitale, Dakar, il s'est dit « très confiant » dans sa capacité à remporter le premier tour des élections.

Son principal rival, Basserou Diomaye Faye, a exprimé une confiance similaire après avoir voté avec ses deux épouses dans sa ville natale de Ndiaganyaw, à une centaine de kilomètres de Dakar.

L'homme de 44 ans a été libéré de prison il y a à peine 10 jours, après avoir été détenu depuis avril 2023 pour des accusations de rébellion, qui, selon lui, étaient politiquement motivées.

Son allié, l'opposant Ousman Sonko, a également été libéré de prison après une amnistie visant à apaiser les tensions. Il a voté dans son fief du sud, Ziguinchor, affirmant qu'il s'attendait à une « victoire impressionnante ».

Cet homme est très populaire parmi les jeunes et n'est pas autorisé à se présenter en raison d'une série d'accusations qui, selon lui, sont fabriquées de toutes pièces. Lui et son parti Pastif, aujourd'hui disparu, soutiennent M. Fay.

Une électrice de 25 ans à Ndiaganyaw, qui n'a donné que son prénom, Mbesene, a déclaré à la BBC : « Cette élection est une élection des jeunes. Si j'en avais une, [piece of] Conseil aux autres jeunes, venez voter. C'est la seule façon pour nous de nous aider. »

Dans le même bureau de vote, Dejan Guy, 84 ans, qui marchait à l'aide d'une canne, a déclaré : « Je suis venu voter parce qu'aujourd'hui est un jour important pour notre nation. Il y a beaucoup en jeu et c'est pourquoi nous devrions nous en soucier.

Explication vidéo,

Élections au Sénégal : un vote clé dans l'un des pays les plus stables d'Afrique

Des plaintes ont été reçues d'un bureau de vote de la ville de Kour Massar, à environ 20 kilomètres au nord-est de Dakar, selon lesquelles certaines personnes n'avaient pas pu voter parce qu'elles possédaient de vieilles cartes d'identité, alors même que leurs noms figuraient sur les listes électorales. Les nouvelles cartes indiquent que Keur Massa est désormais sa propre zone de vote et ne fait plus partie de Pikine comme c'était le cas jusqu'en 2021.

L'équipe de la BBC à Kor Masar a déclaré que la police militaire avait été déployée alors que les tensions montaient à l'extérieur du bureau de vote d'une école de la ville. La Commission électorale a annoncé qu'elle tenterait de résoudre la situation.

Vendredi, l'ancien président Abdoulaye Wade et son parti PDS ont apporté leur soutien à Fay, après que son fils Karim Wade ait été contraint de se retirer en raison de sa double nationalité franco-sénégalaise.

Pour la première fois depuis plus d’une décennie, une candidate féminine participe à la course. Anta Babakar Nujoom, 40 ans, dirige le parti Congrès pour le changement et la réforme.

Les résultats devraient être connus d'ici quelques jours et un deuxième tour devrait avoir lieu en raison du grand nombre de concurrents. Un candidat doit recueillir plus de 50 % des voix pour être déclaré vainqueur.

Le monde surveillera si le processus électoral permettra de restaurer la réputation aujourd'hui ternie du Sénégal.

« Je n'ai rien fait de mal », a-t-il déclaré, ajoutant que la décision de reporter le vote n'a pas été prise unilatéralement, mais plutôt en raison des préoccupations électorales soulevées par les députés.

« Toutes les mesures prises étaient dans le cadre de la loi et des règlements. »

En savoir plus sur les élections sénégalaises de 2024 :

READ  La région de Kherson sous contrôle russe en Ukraine commence à exporter des céréales vers la Russie - TASS