Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Élections au Sénégal : les partisans de l’opposition défilent à Dakar pour exiger un vote rapide

Élections au Sénégal : les partisans de l’opposition défilent à Dakar pour exiger un vote rapide

Source des images, Getty Images

Commentez la photo,

Les manifestants ont appelé les autorités sénégalaises à « protéger nos élections » lors de la première marche autorisée depuis le décret controversé du président Sall.

Des milliers de manifestants ont manifesté dans la capitale sénégalaise, Dakar, pour exiger des élections présidentielles rapides.

Cela intervient après que la Cour suprême du pays a bloqué la tentative du président Macky Sall de reporter les élections, qui devaient initialement avoir lieu ce mois-ci.

Le décret de dernière minute de Sall, soutenu par le Parlement, a déclenché une crise politique au Sénégal, autrefois considéré comme un bastion de la démocratie en Afrique de l'Ouest.

Samedi, les partisans de l'opposition brandissaient des banderoles exigeant « Sénégal libre ».

Il s'agit du premier rassemblement autorisé par les autorités depuis l'annonce de Sall il y a deux semaines.

« Le slogan d'aujourd'hui est la mobilisation », a déclaré le candidat à la présidentielle Malik Jaco lors du rassemblement.

« Il n'y a plus de droit à l'erreur » et des élections doivent être organisées en mars pour permettre la passation du pouvoir entre le président Sall et son successeur le 2 avril, date prévue pour le second mandat du président, a-t-il déclaré à l'agence de presse AFP. expirer.

Les manifestants à Dakar portaient des T-shirts arborant la phrase « Protégez nos élections » – du nom de l'organisation collective des groupes religieux et civiques opposés au décret controversé de M. Sall.

Le 3 février, Sall a annoncé qu'il reporterait les élections – initialement prévues le 25 février – en raison de préoccupations concernant l'éligibilité des candidats de l'opposition.

Sa proposition a été soutenue par 105 députés sur 165 après un débat houleux qui a vu la police expulser certains députés de l'opposition de la chambre. Le report de six mois avait été initialement proposé, mais un amendement de dernière minute l'a prolongé à 10 mois, ce qui signifie que la nouvelle date des élections est le 15 décembre.

Cela a continué jusqu'à ce que le Conseil constitutionnel intervienne jeudi, annulant le décret de Sall et invalidant le projet de loi parlementaire controversé.

Une nouvelle date pour les élections n'a pas encore été fixée, mais le Conseil constitutionnel a déclaré dans sa décision que le président ne pourra pas rester au pouvoir après la fin de son mandat le 2 avril.

Mais les controverses qui ont conduit au report du scrutin restent non résolues, notamment les allégations de corruption au sein du Conseil constitutionnel et les objections de personnalités de l'opposition qui ont été exclues de la liste des candidats.

Organiser des élections sur une liste de candidats contestée pourrait conduire à de nouveaux troubles et violences de la part de ceux qui ne peuvent pas se présenter.

La plupart des candidats n'ont pas fait campagne depuis le décret de Sall du 3 février.

Des manifestations à grande échelle ont balayé le pays ces derniers jours, dont beaucoup se sont soldées par des violences et de nombreuses arrestations. Trois personnes ont été tuées lors des manifestations.

Mais les tensions se sont apaisées depuis que le tribunal est intervenu et que les autorités ont approuvé la marche de samedi. Il y avait une présence forte et visible des forces de sécurité, mais ils ne portaient pas de tenue anti-émeute comme ils l'avaient fait lors des manifestations précédentes.

Le Sénégal est l’une des démocraties les plus stables d’Afrique de l’Ouest et le seul pays de la région à n’avoir jamais connu de coup d’État militaire.

READ  L'Europe resserre les règles de non-vaccination alors que la quatrième vague de Covid gonfle