Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Entreprises et droits de l’homme : première jurisprudence française sur le devoir de vigilance – Les juges adoptent une approche prudente pour éviter l’ingérence judiciaire dans la gouvernance des entreprises

Entreprises et droits de l’homme : première jurisprudence française sur le devoir de vigilance – Les juges adoptent une approche prudente pour éviter l’ingérence judiciaire dans la gouvernance des entreprises

Le 28 février 2023, le tribunal judiciaire de Paris a rendu ( « rechercher »(a émis une ordonnance temporaire) « demander ») dans le cadre d’un litige judiciaire relatif au respect de Loi n° 2017-399 du 27 mars relative au devoir de vigilance (le La loi française de vigilance). Cette décision est le résultat d’un long processus judiciaire qui a débuté en 2019 lorsque le défendeur a été cité par plusieurs ONG à comparaître devant le tribunal alléguant le non-respect de son obligation de vigilance.

Trois ans plus tard, le tribunal a déclaré cette action irrecevable. En bref, le tribunal a retenu que l’une des exigences procédurales essentielles de la loi française sur la vigilance, à savoir que le demandeur devait adresser une mise en demeure à l’entreprise concernée l’enjoignant de respecter l’obligation de vigilance avant que l’entreprise en question ne soit appelée devant le tribunal , a été respecté. En effet, même si les plaignants avaient émis une telle mise en demeure en 2019, les plaintes et demandes contenues dans cette mise en demeure auraient radicalement changé lorsque le tribunal a été appelé à statuer sur l’affaire. Pour le tribunal, l’absence de mise en demeure des violations alléguées a rendu la poursuite irrecevable.

Bien que l’affaire ait été tranchée sur la recevabilité et liée à une demande de mesures provisoires, la décision reste révolutionnaire en tant que première en France, avec des ramifications potentielles pour d’autres affaires de vigilance françaises pendantes. En particulier, il clarifie (dans une certaine mesure) les conditions que les demandeurs doivent remplir pour que leurs actions soient considérées comme recevables.

En outre, l’affaire a souligné que le tribunal cherchera à s’assurer que le litige reste dans les limites de la procédure afin que le juge n’empiète pas indûment sur la gestion de l’entreprise. Le tribunal a souligné que le législateur n’avait fixé que des règles-cadres sur le devoir de vigilance, tout en appelant également les entreprises à engager un dialogue avec les parties prenantes. Ainsi, cette première jurisprudence est l’occasion pour le tribunal de mettre en place des garanties procédurales pour limiter l’ingérence du juge.

READ  La France autorise certaines fermes à étouffer les troupeaux de volailles pour arrêter la grippe aviaire

Loi française de vigilance

La loi française sur la vigilance vise à prévenir les atteintes graves aux droits de l’homme et à l’environnement en instaurant un devoir de vigilance vis-à-vis des sociétés mères, avec un champ d’application élargi qui inclut également (dans une certaine mesure) les activités des filiales, sous-traitants et fournisseurs.

Le devoir de vigilance s’incarne dans l’obligation d’adopter un plan de vigilance. Compte tenu de sa généralité, le réveil français soulève de nombreuses questions fondamentales, qui attendaient depuis longtemps d’être clarifiées par les tribunaux, sur des questions telles que : quelles informations le plan de réveil devrait couvrir ; la mesure dans laquelle les entreprises doivent prendre des mesures pour atténuer les risques ou prévenir des dommages graves ; le niveau de détail requis dans le plan de sillage ; et si les entreprises peuvent être critiquées pour l’efficacité des actions décrites dans leur plan de vigilance. Bien que l’arrêté n’aborde pas toutes ces questions, des enseignements essentiels peuvent en être tirés.

Les principaux enseignements du système

  1. Les exigences de la loi française sur la vigilance sont générales, mais le législateur a voulu que le processus d’élaboration d’un plan de vigilance soit le fruit d’une collaboration avec les parties prenantes

La Cour relève que la loi française sur la vigilance est vague et que le décret destiné à en assurer l’application n’a pas encore été adopté. Constatant l’absence de lignes directrices et/ou de normes internationales bien établies sur la manière de mettre en place un plan de vigilance, la Cour a jugé que le législateur français n’entendait pas donner d’orientations spécifiques aux entreprises sur les mesures à prendre. Toutefois, la Cour a recherché la nécessité pour le législateur d’être « Vise explicitement à voir le plan de vigilance élaboré avec les parties prenantes de manière collaborative et dans le cadre d’un dialogue entre les parties prenantes et l’entreprise concernéeCe concert devrait aider.Mieux définir l’environnement de la veillée« devrait »Réduisez considérablement le risque de litigeC’est l’ultime, selon la cour, un moyen d’assurer l’effectivité « objectifs énormes » défini par la loi française de vigilance.

  1. La loi française sur la vigilance encourage et favorise le dialogue entre les entreprises et les parties prenantes concernées plutôt que la poursuite de poursuites judiciaires
READ  Memorial Day 2021 Best Buy: Économisez gros sur les téléviseurs, les jeux et les friteuses à air

La loi française de vigilance a cette spécificité qui impose des étapes procédurales préalables avant une éventuelle intervention du juge. Dans l’ordonnance, la Cour a fourni une interprétation constructive de ces exigences procédurales. Le tribunal l’a fait en concrétisant l’obligation du demandeur de mettre en demeure l’entreprise concernée qu’elle respecte les obligations de vigilance et qu’elle respecte un délai de trois mois avant d’intenter une action en justice.

Le tribunal a estimé que le mécanisme de notification formelle vise à «Créer une étape obligatoire de dialogue au cours de laquelle l’entreprise pourra répondre aux critiques du plan de vigilance.La Cour a poursuivi en déclarant que l’avis doit remplir l’objectif de « Sécurité juridique et développement des modes alternatifs de résolution des litigesA cet égard, l’arrêté précisait que cette notification officielle devait être « Suffisamment ferme et précis pour identifier le manquement imputé au plan pour permettre un règlement à l’amiableIl convient de noter que cette interprétation de l’exigence d’un préavis formel a probablement été influencée par la solide expérience du premier vice-président dans ce domaine.

Plus important encore, le tribunal a également considéré que ce mécanisme «Le but ne peut être que de permettre à l’entreprise de se positionner en conformité« Avec obligation de vigilance. C’est pourquoi il doit y avoir une mise en demeure pour se conformer au devoir de vigilance et le mettre en conformité avec les demandes et réclamations du demandeur, sans quoi le juge ne pourrait intervenir. En conséquence, l’absence de une mise en demeure entraînera l’irrecevabilité du recours.

L’une des leçons d’une action en justice similaire serait que les plaignants s’assurent que toutes leurs demandes et plaintes soient notifiées dans une mise en demeure et que le défendeur ait la possibilité d’y répondre.

  1. Dans une procédure en référé, le juge exerce un contrôle limité et n’appréciera pas si les mesures retenues dans le plan de vigilance sont raisonnables
READ  Clear Channel Outdoor Holdings, Inc. En discussions exclusives pour céder son activité en France

Le tribunal a rappelé que son action en la matière n’aurait pu conduire qu’à une révision limitée du plan de vigilance. Dans une telle instance, le juge limitera son contrôle à vérifier qu’un plan de vigilance existe, que les cinq éléments requis par la loi sont couverts et que chaque élément est suffisamment développé pour que le plan ne soit pas considéré comme superficiel. En effet, il n’appartient pas au juge de statuer dans le cadre de la procédure de référé.L’appréciation du caractère raisonnable des mesures retenues dans le plan de vigilance, lorsqu’une telle appréciation nécessite un examen approfondi des éléments des affaires qui relèvent de la seule compétence de la Cour pour statuer en procédure ordinaire« .

Il convient donc d’examiner attentivement les futures décisions de procédure normale pour apprécier dans quelle mesure les juridictions françaises entreront effectivement dans le contrôle du contenu et du bien-fondé des dispositifs de vigilance mis en place par les entreprises concernées. À cet égard, la directive de l’Union européenne sur le devoir de diligence en matière de développement durable (« CSDDD”), une fois adoptée, peut fournir une norme de travail par rapport à laquelle les tribunaux français peuvent mener leur examen (pour plus d’informations sur la CSDDD dans l’UE, lisez nos articles de blog précédents iciEt ici Et ici). Pendant ce temps, les entreprises se retrouvent avec un niveau d’incertitude important, compte tenu de l’absence de législation ou d’orientations de mise en œuvre.

Implications et attrait potentiel

Cette décision était très attendue dans un contexte de grande incertitude concernant la loi française sur la vigilance. Étant donné que de nombreuses autres affaires sont pendantes devant le tribunal, l’ordonnance peut avoir des implications sur la recevabilité et les chances de succès de ces autres affaires. Surtout, l’affaire fait l’objet d’un recours, ce qui pourrait être l’occasion pour les plaignants de contester cette interprétation de la loi française sur la vigilance.