Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

France Réforme des retraites : le Conseil constitutionnel relève l’âge de la retraite à 64 ans

  • Par Kathyrn Amstrong
  • nouvelles de la BBC

titre de la vidéo,

REGARDER: Un manifestant parisien dit que les réformes des retraites de Macron sont « violentes »

La plus haute instance constitutionnelle française a approuvé la décision très impopulaire du gouvernement Macron de relever l’âge de la retraite de 62 à 64 ans.

Le président Emmanuel Macron devrait signer la loi de réforme dans les 48 heures.

Le Conseil constitutionnel a rejeté les appels de l’opposition à un référendum, mais a également attaqué certains aspects des réformes, invoquant des failles juridiques.

A Paris, des manifestants ont mis le feu à travers la ville et 112 personnes ont été arrêtées.

Il y a eu 12 jours de protestations contre les réformes depuis janvier.

Le président Macron soutient que des réformes sont nécessaires pour éviter l’effondrement du système de retraite. En mars, le gouvernement a utilisé un pouvoir constitutionnel spécial pour mettre en œuvre les changements sans référendum.

Vendredi, les syndicats ont lancé un ultime appel au président pour qu’il ne signe pas la loi sur l’augmentation de l’âge de la retraite face au « rejet public massif de cette réforme ».

Les syndicats ont souligné que six concessions incluses dans les réformes avaient été rejetées par le tribunal, de sorte que ce qui était déjà injuste était désormais « encore plus déséquilibré ».

Parmi les réformes frappées par les neuf membres du Conseil constitutionnel figurait un « code des seniors » visant à obliger les entreprises de plus de 1 000 salariés à embaucher des salariés de plus de 55 ans.

Le ministre du Travail Olivier Dussopt s’est engagé à améliorer les taux d’emploi des plus de 50 ans afin d’apaiser les inquiétudes concernant l’impact financier d’un relèvement de l’âge de la retraite.

Les autorités avaient interdit les manifestations devant le bâtiment du Conseil constitutionnel à Paris jusqu’à samedi matin, mais des foules de manifestants se sont rassemblées à proximité et la décision a été moquée.

Certains manifestants ont scandé qu’ils continueraient la manifestation jusqu’à ce que les changements soient annulés.

Plus tard, plusieurs incendies ont été allumés à travers la ville alors que la police anti-émeute tentait de contrôler la situation, utilisant parfois des gaz lacrymogènes. Un responsable de la police parisienne a déclaré que 112 personnes avaient été arrêtées.

Des incendies ont été allumés lors de manifestations à Rennes et à Nantes, tandis qu’à Lyon, il y a eu des affrontements parfois tendus entre manifestants et forces de l’ordre.

Il devrait adopter la loi dans les deux jours, le palais de l’Elysée affirmant que le président est ouvert au dialogue. M. Dussopt a déclaré s’attendre à ce que les réformes soient mises en œuvre début septembre.

Vendredi, la Première ministre Elizabeth Bourne a tweeté : « Pas de gagnant ce soir, pas de perdant ».

Lucy, 21 ans, faisait partie des manifestants qui se sont rassemblés devant l’hôtel de ville et a déclaré à la BBC qu’elle était déçue « nous n’avons plus le pouvoir ».

« Peu importe combien nous crions, personne ne nous écoute », a-t-il ajouté, promettant de continuer à parler.

légende,

Lucy (à gauche) et Raphael (à droite) protestent contre la réforme des retraites.

Raphaëlle, 21 ans, a déclaré qu’elle espérait que la décision du conseil aurait quelque chose à voir avec le consensus écrasant dans la rue contre les réformes.

Des barricades ont été érigées dans les rues à proximité du tribunal et des policiers anti-émeutes ont été déployés en cas de manifestations violentes.

Les syndicats ont appelé les travailleurs de toute la France à retourner dans la rue le 1er mai, une autre journée de mobilisation nationale contre les réformes.

Lucas, 27 ans, s’est dit inquiet pour l’avenir et ce que M. Macron attendait pour le reste de sa présidence.

L’alliance politique de gauche Nupes faisait partie des groupes qui ont fait appel des réformes devant les tribunaux, et son chef, Jean-Luc Mélenchon, a déclaré que le « combat » continuerait.

« La décision de l’Assemblée constituante montre que la monarchie présidentielle accorde plus d’attention aux besoins du peuple souverain qu’aux besoins du peuple souverain », a-t-il déclaré.

Marine Le Pen du Rassemblement national d’extrême droite, qui a saisi la justice, a répondu sur les réseaux sociaux que « le sort politique de la réforme des retraites n’est pas scellé ».

Bien que le tribunal ait rejeté une première offre pour un référendum sur les réformes, il décidera le mois prochain de la nouvelle proposition de la gauche pour un référendum national.

Antoine Bristel, analyste politique français, a déclaré à la BBC qu’il ne voyait pas la fin des manifestations qui font rage à travers la France depuis trois mois.

« Beaucoup de gens ont dit que les réformes seraient adoptées et que la Cour constitutionnelle ne l’éviterait pas, ce n’est donc pas surprenant », a-t-il déclaré.

« Mais avec 70% de Français toujours contre la réforme, je pense que nous verrons beaucoup d’émeutes et de grèves dans le pays dans les prochaines heures et au cours du week-end. »

READ  La recherche par la Russie d'armes anciennes pourrait faire des victimes civiles, a déclaré le ministère britannique de la Défense.