Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Greta Thunberg attaque les dirigeants mondiaux sur le climat dans un discours « Untel »

« Quand je dis changement climatique, qu’en pensez-vous ? Je pense à des emplois. Des emplois verts. Des emplois verts », a-t-elle déclaré, faisant référence à Les discours de Biden sur la crise climatique.
Et Thunberg, parlant du Premier ministre britannique Johnson, s’est moqué Discours du chef Sur les projets de son gouvernement pour une “reprise verte”.

“Il ne s’agit pas d’un rêve coûteux et politiquement correct de câliner un lapin ou autre”, a déclaré Thunberg.

“Net zéro, bla, bla, bla. Climatiquement neutre, bla, bla, bla. C’est tout ce que nous entendons de nos soi-disant dirigeants – des mots, des mots qui sonnent bien mais jusqu’à présent, ils n’ont mené à aucun travail ou des espoirs et des rêves, des mots vides et des promesses”.

Thunberg s’exprimait au Forum Youth4Climate, un événement organisé deux jours avant que des dizaines de ministres ne se réunissent à Milan pour une dernière réunion de haut niveau avant les pourparlers sur le climat de la COP26 à Glasgow en novembre. Le président de la COP26, Alok Sharma, était présent à l’événement jeunesse et présidera la réunion des ministres.

Les jeunes présents présenteront une liste de recommandations que les ministres devront examiner plus tard cette semaine. Les ministres devraient essayer d’aligner leurs positions sur les questions inscrites à l’ordre du jour de Glasgow, notamment en fixant une date de fin pour l’utilisation du charbon et qui devrait payer ce qui aidera les pays du Sud dans leur transition vers des économies à faible émission de carbone.

Une militante ougandaise, Vanessa Nakati, a déclaré que le monde en développement attend toujours que le monde riche tienne ses promesses en matière de financement climatique.

READ  président tunisien ignore certaines parties de la constitution et règle par décret | Tunisie

Les dirigeants des pays développés ont convenu il y a une décennie d’acheminer de l’argent vers les pays en développement pour les aider à réduire les émissions de carbone, ainsi qu’à s’adapter à la crise climatique. Cette promesse a été réaffirmée en 2015 à Paris, où les dirigeants mondiaux ont de nouveau accepté de transférer 100 milliards de dollars par an aux pays du Sud d’ici 2020, dont au moins la moitié était destinée à l’adaptation. La date limite a été dépassée l’année dernière.

“Il y a très peu de preuves des 100 milliards de dollars promis chaque année pour aider les pays vulnérables au changement climatique à relever ce défi. Mais ces fonds sont promis d’arriver d’ici 2020 et nous attendons toujours”, a déclaré Nakati, notant que l’Afrique pollue. Très peu mais il se tient en première ligne de la crise climatique.

“Vous ne pouvez pas vous adapter aux cultures, aux traditions et à l’histoire perdues. Vous ne pouvez pas vous adapter à la faim. Il est temps que les dirigeants mettent les pertes et les dommages au centre des négociations sur le climat.”