Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

House GOP fait face à sa scission en 2023: allégations

House GOP fait face à sa scission en 2023: allégations

« Je pense que c’est une question pour la conférence », a déclaré le représentant. Jim Jordan (R-Ohio), qui n’hésite généralement pas à faire preuve d’emphase rhétorique et qui a appelé l’année dernière le président à démissionner, a déclaré qu’il destituerait Biden lors du prochain Congrès.

Ce n’est pas beaucoup de discours comme celui-ci pour empêcher certains des plus grands alliés de Trump de la convention de jurer tôt de déposer des articles d’impeachment, même au risque de brouiller le message du parti. Ce n’est pas la première fois que certains membres zigzaguent pendant que leurs collègues zigzaguent, mais le conflit rhétorique survient alors que les chefs de parti poussent à l’unité avant novembre.

Représentant Marjorie Taylor vert (R-Ga.) Et d’autres brandons ont déposé 14 résolutions d’impeachment depuis le début de 2021, marquant les principales cibles des conservateurs si les républicains renversaient la Chambre. Biden, le secrétaire à la Sécurité intérieure Alejandro Mayorgas et le procureur général Merrick Garland sont en tête de liste.

Interrogé sur la destitution de Biden, Green a déclaré: « Je pense que mes collègues prendront ma position parce que leurs électeurs ressentent la même chose », ajoutant qu’il présentera « absolument » les articles l’année prochaine.

Dans l’orbite présidentielle, les démocrates prédisent que les républicains de la Chambre sont sur la bonne voie pour la dépasser. Leur causant un revers douloureux En 2024, un haut responsable démocrate, s’adressant à McCarthy sous couvert d’anonymat, a averti qu’une faible majorité du GOP enhardirait son aile droite à ses risques et périls : « Quand ces membres diront « saute », ils auront une emprise sur ses couilles, « comment mesure-t-il ? » dira-t-il, et il sera trop tard avant qu’il ne se rende compte que la chute les tuera. »

Mais des appels à la prudence viennent de l’intérieur de la Chambre, où certains républicains mettent en garde contre le fait de descendre dans un trou de lapin politique sans aucune chance de chasser Biden de ses fonctions.

« J’espère que nous ne le ferons pas », a déclaré Biden, représentant. Tom Cole (R-Okla.) dit. « Je dirais que nous savons tous qu’en fin de compte, il n’y aura pas de condamnation au Sénat. Cela empoisonne le système, provoquant beaucoup de troubles.

READ  La France gèle 31 actifs de luxe détenus par huit milliardaires russes reconnus

Représentant James Comer (R-Ky.), Qui devrait diriger le comité de surveillance si les républicains prennent le contrôle de la chambre, a récemment hésité lorsqu’on l’a interrogé sur la destitution du président.

« Ce sera une décision que Kevin McCarthy devra prendre face à Jim Jordan », a déclaré Comer.

Lors d’une apparition sur Fox News en août, il a prédit qu’une maison du GOP serait « désireuse d’essayer de destituer » Biden.

Interrogé récemment sur la pression interne pour destituer Biden, Comer a simplement plaisanté: « Je ne suis pas sous pression, car ce serait le travail de McCarthy. »

Les dirigeants du Congrès traitent généralement les destitutions présidentielles avec prudence. Trump n’est que le troisième président à être destitué par la Chambre. La conversation entre républicains sur la destitution n’a jamais progressé lors des manifestations alimentées par le Tea Party contre le président Barack Obama.

Interrogé récemment sur la possibilité de destituer Biden, McCarthy a haussé les épaules: « Nous envisageons une destitution politique depuis quatre ans », a-t-il déclaré aux journalistes. « Nous ferons respecter la loi. Nous ne ferons pas de politique avec elle », a-t-il déclaré.

Pourtant, si le GOP gagne le mois prochain, la politique interne des partis pourrait alimenter une pression vocale à la baisse. Environ 140 républicains de la Chambre en exercice ont soutenu les contestations de la victoire de Biden en 2020, alimentées par des allégations non fondées soutenant Trump de fraude électorale généralisée, et encore plus de partisans du GOP de ces allégations non fondées sur le point de rejoindre le Congrès l’année prochaine.

Mais l’enthousiasme de la base ne s’est pas traduit par des votes, et la destitution de Biden semble déjà hors de portée pour le GOP de la Chambre. Plus de soutien pour les résolutions de destitution de Biden introduites en janvier 2021 Tout nombre de huit membres. Alors que ce nombre pourrait augmenter l’année prochaine si les républicains remportent la majorité, les modérés, les membres plus pragmatiques et même les conservateurs de la vieille école devraient être plus nombreux.

READ  Carnet de voyage : un café et un chapeau

Les républicains voient Mayorkas comme une cible de destitution plutôt que Biden, bien qu’ils aient encore besoin d’obtenir des dirigeants et des modérés à bord. Notamment, McCarthy Il ouvrit la porte Lors d’un récent voyage à la frontière américano-mexicaine.

Mayorgas « n’a pas tenu sa promesse », a déclaré le représentant. Gary Palmier (R-Ala.), A marmonné lorsqu’on lui a demandé de destituer Biden.

La Jordanie, dont l’organe d’enquête du comité est compétent, a déclaré que l’affaire incombait aux membres, mais que Mayorkas « le méritait » en gérant la frontière sud. Représentant Andy choisit (R-Arizona) a déclaré qu’il déposerait également une résolution d’impeachment l’année prochaine contre Mayorkas, prédisant un soutien « écrasant » des collègues du GOP.

Les démocrates se sont hérissés des attaques du GOP contre Mayorkas, avertissant que la rhétorique du parti sur l’immigration vire au racisme. Une personne proche de l’administration a accusé les républicains de lancer des « cas publicitaires à motivation politique » plutôt que de vouloir relever les défis frontaliers.

Mais alors qu’elle tente de jeter les bases de sa première majorité depuis 2018, la stratégie criminelle n’est pas la seule faille de surveillance déjà réduite par convention.

Les républicains doivent décider de former ou non un comité restreint pour l’audience du 6 janvier sans Trump. L’actuel parti démocrate Jan. 6 Le panel se dissout automatiquement début janvier, mais les républicains peuvent le relancer pour poursuivre leurs propres objectifs, y compris la refonte des finances du comité restreint.

Représentant Matt Gates (R-Fla.), Un allié de Trump avec un penchant pour le leadership maladroit, a déclaré qu’il avait eu des conversations récentes avec des républicains sur l’idée possible. Mais ça aussi suscitant le scepticisme des hauts républicains Et McCarthy ne l’a pas soutenu.

Une autre option pour les républicains de la Chambre, qui tentent d’effacer Trump du récit de la débâcle du 6 janvier, est d’utiliser un comité exécutif ayant compétence sur les élections et la sécurité du Capitole pour lancer une enquête l’année prochaine. Le représentant de l’Illinois prend sa retraite. Rodney DavisMaintenant le meilleur républicain du groupe, et Un candidat au poste de successeur exécutif Représentant Barry Loudermilk (R-Ga.) ont tous deux fait valoir ce point.

READ  De hauts ministres australiens se rendront en France et au Royaume-Uni pour renforcer les liens

« Je ne sais pas pourquoi vous avez besoin d’un comité restreint. Le Sénat n’a pas besoin d’un comité restreint pour faire son travail », a déclaré Davis.

Il y aura probablement une enquête de la House GOP sur les relations commerciales étrangères de Hunter Biden. Getz a récemment haussé les sourcils lors de la conférence en rencontrant l’ancien conseiller de Trump à la Maison Blanche, Sebastian Gorka. flotte lui-même Comme possible directeur du personnel l’année suivant le procès du premier fils.

« Getz a déclaré qu’il avait rencontré Gorka pour discuter de la stratégie générale de la majorité attendue du GOP, et je voulais son point de vue sur la question de savoir s’il conseillerait ou non … un groupe qui possède des trucs de Hunter Biden. » Le Floridien, qui a salué le travail de Comer, a déclaré qu’un éventuel jury de sélection faisait partie des discussions qu’il avait.

Gomer, qui devrait mener l’enquête sur le fils du président, a écarté l’idée d’un comité restreint. Si l’un prend forme, le républicain de la Chambre, qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat, a déclaré sans ambages que Getz ne le dirigerait « jamais ».

Le futur président potentiel de la surveillance a conseillé à ses collègues de ne pas se laisser entraîner dans les mauvaises herbes de l’enquête.

« Nous demanderons des informations, nous creuserons, nous ferons n’importe quoi », a déclaré Comer. « Mais je n’ai jamais mis mon nom sur quoi que ce soit de faux. »