Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Incroyable nouvelle image de la nébuleuse de la flamme

Ne vous laissez pas tromper par l’image et le nom de l’objet cosmique représenté ! Ce que vous voyez sur cette image n’est pas un feu de forêt, mais la nébuleuse de la Flamme et ses environs capturés par ondes radio.
La nébuleuse de la flamme est la grande caractéristique de la moitié gauche du rectangle jaune central. La plus petite caractéristique à droite est la nébuleuse de la réflexion NGC 2023. En haut à droite de NGC 2023, l’emblématique nébuleuse de la tête de cheval semble émaner héroïquement du « feu ». Les trois objets font partie du nuage d’Orion, une structure gazeuse géante située entre 1 300 et 1 600 années-lumière.
Les différentes couleurs indiquent la vitesse du gaz. La nébuleuse de la Flamme et ses environs s’éloignent de nous, les nuages ​​rouges en arrière-plan s’éloignant plus rapidement que les jaunes au premier plan.
L’image dans le rectangle est basée sur des observations faites avec l’instrument SuperCam dans l’expérience Atacama Pathfinder (APEX) exploitée par l’ESO sur le plateau de Chajnantor au Chili. L’image de fond a été capturée en lumière infrarouge avec le Visible and Infrared Survey Telescope (VISTA) de l’ESO à l’Observatoire de Paranal au Chili.
Crédit : ESO/Th. Stanke & ESO / J. Emerson / Vista. Remerciements : Unité de recherche astronomique de Cambridge

Orion vous propose un superbe feu d’artifice pour célébrer la saison des vacances et le Nouvel An dans cette nouvelle image de l’Observatoire européen austral (qui – qui). Mais ne vous inquiétez pas, cette constellation emblématique n’explose pas et ne brûle pas. Le « feu » que vous voyez dans cette carte postale de vacances est la nébuleuse de la flamme d’Orion et ses environs ont été captés par des ondes radio – une image qui rend sans aucun doute justice au nom de la nébuleuse ! Capturé avec l’expérience Atacama Pathfinder (APEX) exploitée par l’ESO, située sur le plateau froid de Chajnantor dans le désert d’Atacama au Chili.

READ  Mars ressemble à de délicieux bonbons sur une superbe photo de vaisseau spatial

L’image nouvellement traitée de la nébuleuse de la flamme, qui montre également des nébuleuses plus petites telles que la nébuleuse de la tête de cheval, est basée sur des observations faites par l’ancien astronome de l’ESO Thomas Stank et son équipe il y a quelques années. Excités à l’idée d’essayer la SuperCam récemment installée dans APEX, ils l’ont pointée vers la constellation d’Orion. « Comme les astronomes aiment à le dire, chaque fois qu’il y a un nouveau télescope ou un nouvel instrument, gardez un œil sur Orion : il y aura toujours quelque chose de nouveau et d’intéressant à découvrir ! » dit Puant. Après quelques années et de nombreuses observations, les découvertes de Stanke et de son équipe ont été acceptées pour publication dans le Journal of Astronomy and Astrophysics.

Nébuleuse de la Flamme APEX

Cette image montre la nébuleuse de la Flamme et ses environs capturés par ondes radio. L’image est basée sur des observations faites avec l’instrument SuperCam dans l’expérience Atacama Pathfinder (APEX) exploitée par l’ESO sur le plateau de Chajnantor au Chili.
La nébuleuse de la Flamme est la grande caractéristique sur la gauche. La plus petite caractéristique à droite est la nébuleuse de la réflexion NGC 2023. En haut à droite de NGC 2023, l’emblématique nébuleuse de la tête de cheval semble émaner héroïquement du « feu ». Les trois objets font partie du nuage d’Orion, une structure gazeuse géante située entre 1 300 et 1 600 années-lumière.
Les différentes couleurs indiquent la vitesse du gaz. La nébuleuse de la Flamme et ses environs s’éloignent de nous, les nuages ​​rouges en arrière-plan s’éloignant plus rapidement que les jaunes au premier plan.
Crédit : ESO/Th. puait

L’une des régions les plus célèbres du ciel, Orion abrite les nuages ​​moléculaires géants les plus proches du Soleil – de vastes corps cosmiques composés principalement d’hydrogène, où se forment de nouvelles étoiles et planètes. Ces nuages ​​se situent entre 1 300 et 1 600 années-lumière et présentent la pépinière d’étoiles la plus active au voisinage du système solaire, ainsi que la nébuleuse de la Flamme montrée sur cette image. Cette nébuleuse « à émission » abrite en son centre un groupe de jeunes étoiles qui émettent un rayonnement de haute énergie, faisant briller les gaz environnants.

READ  Autre combat pour les malades du covid-19 : les bienfaits du handicap

Avec un objectif aussi excitant, il est peu probable que l’équipe soit déçue. En plus de la nébuleuse de la Flamme et de ses environs, Stanke et ses collaborateurs ont pu profiter d’un large éventail d’autres grandes choses. Certains exemples incluent les nébuleuses par réflexion Messier 78 et NGC 2071 – des nuages ​​de gaz et de poussière interstellaires censés refléter la lumière des étoiles proches. L’équipe a découvert une nouvelle nébuleuse, un petit objet fascinant dans sa forme presque entièrement circulaire, qu’elle a appelée la nébuleuse de la vache.

Flamme Nébuleuse APEX DSS2

La nébuleuse de la Flamme, capturée par ondes radio sur cette image, est la grande caractéristique de la moitié gauche du rectangle jaune central. La plus petite caractéristique à droite est la nébuleuse de la réflexion NGC 2023. En haut à droite de NGC 2023, l’emblématique nébuleuse de la tête de cheval semble émaner héroïquement du « feu ». Les trois objets font partie du nuage d’Orion, une structure gazeuse géante située entre 1 300 et 1 600 années-lumière.
Les différentes couleurs indiquent la vitesse du gaz. La nébuleuse de la Flamme et ses environs s’éloignent de nous, les nuages ​​rouges en arrière-plan s’éloignant plus rapidement que les jaunes au premier plan.
L’image dans le rectangle est basée sur des observations faites avec l’instrument SuperCam dans l’expérience Atacama Pathfinder (APEX) exploitée par l’ESO sur le plateau de Chajnantor au Chili. L’image d’arrière-plan a été créée à partir de photographies à la lumière optique qui font partie de Digitized Sky Survey 2.
Crédit : ESO/Th. Stanke & ESO / Digitized Sky Survey 2. Remerciements : Davide De Martin

Les observations ont été faites dans le cadre de l’APEX Large CO Heterodyne Orion Legacy Survey (ALCOOLS), qui a examiné les ondes radio émises par le monoxyde de carbone (CO) dans les nuages ​​d’Orion. L’utilisation de cette molécule pour explorer de vastes zones du ciel est l’objectif principal de SuperCam, car elle permet aux astronomes de cartographier les grands nuages ​​de gaz qui génèrent de nouvelles étoiles. Contrairement à ce que pourrait laisser penser le « feu » de cette image, ces nuages ​​sont bien froids, avec des températures de quelques dizaines de degrés plus élevées. zéro absolu.

En raison des nombreux secrets qu’elle peut nous révéler, cette région du ciel a été scannée plusieurs fois dans le passé à différentes longueurs d’onde, chaque plage de longueurs d’onde révélant des caractéristiques différentes et uniques des nuages ​​moléculaires d’Orion. Un exemple en est les observations infrarouges effectuées avec le télescope d’enquête visible et infrarouge de l’ESO pour l’astronomie (VISTA) à l’observatoire de Paranal au Chili, qui constitue la toile de fond paisible de cette image de la nébuleuse de la flamme et de ses environs. Contrairement à la lumière visible, les ondes infrarouges traversent d’épais nuages ​​de poussière interstellaire, permettant aux astronomes d’observer des étoiles et d’autres objets qui resteraient autrement cachés.

READ  Découvrez le nouveau défi au Royaume-Uni pour voir si les gens peuvent à nouveau obtenir le COVID | Actualités sur la pandémie de coronavirus

Alors, cette saison festive, inaugurez la nouvelle année avec un superbe feu d’artifice de plusieurs longueurs par la nébuleuse de la flamme d’Orion, présenté par l’ESO !

Référence : « APEX Large CO Legacy Survey (ALCOOLS). Survey Overview » par Thomas Stank, H. J. Ars, J. Paley, B. Bergman, J. Carpenter, C. J. Davis, W. Dent, J. D. Francesco, Isloville J, de Frobrich, A. Ginsburg, M. Heyer, D. Johnstone, D. Mardones, M. J. McCaughrean, S. M. Megeath, F. Nakamura, M. D. Smith, A. Stutz, K. Tatematsu, C. Walker, J. P. Williams, H. Zinnecker, B. J. Swift, C. Kulesa, B Peters, B. Duffy, J. Klostermann, UA Yildiz, JL Pineda, CD Brick, Th. Klein acceptable Astronomie et astrophysique.
arXiv : 2201.00463
Les notes mentionnées dans ce communiqué de presse sont présentées dans un document accepté pour publication dans Astronomie et astrophysique.

L’équipe se compose de Th. Stanke (Observatoire européen austral, Garching bei München, Allemagne [ESO]), H.G. Arce (Département d’Astronomie, Université de Yale, New Haven, Connecticut, USA), J. Pali (Casa, University of Colorado, Boulder, CO, USA), B. Bergman (Department of Space, Earth and Environment, Université de technologie Chalmers, Onsala Space Observatory, Onsala, Suède), J. Carpenter (Joint Alma Observatoire, Santiago, Chili [ALMA]), C. J. Davis (National Science Foundation, Alexandria, VA, USA), W.Dent (ALMA), J. Di Francesco (NRC Herzberg Astronomy and Astrophysics, Victoria, BC, Canada [HAA] et Département de physique et d’astronomie, Université de Victoria, Colombie-Britannique, Canada [UVic]), J. Eislöffel (Thu¨ringer Landessternwarte, Tautenburg, Allemagne), D. Froebrich (Faculty of Physical Sciences, University of Kent, Canterbury, UK), A. Ginsburg (Department of Astronomy, Université de Floride, Gainesville, FL, USA), M. Heyer (Department of Astronomía, University of Massachusetts, Amherst, MA, USA), D. Johnstone (HAA et UVic), D.Mardones (Departamento de Astronomía, Universidad de Chile, Santiago, Chili), MJ McCaughrean (Agence spatiale européenne, ESTEC, Nordwijk, Pays-Bas), ST Megeath (Department of Physics and Astronomy, University of Toledo, Ohio, USA), F. Nakamura (National Astronomical Observatory, Tokyo, Japon), MD Smith (Center for Astrophysics and Planetary Science, School of Physical Sciences, University of Kent, Canterbury, UK), A. Stutz (Department of Astronomy, School of Astronomy, University of Concepcion, Chili), K. Radio Observatory, National Astronomical Observatory of Japan, National Institutes of Natural Sciences, Nagano, Japon), C. Walker (Observatoire Steward, Université d’Arizona, Tucson, Arizona, États-Unis [SO]), J. P. Williams (Institute of Astronomy, University of Hawaii at Manoa, HI, USA), H. . Peters (SO), B. Duffy (SO), J. Kloosterman (University of Southern Indiana, Evansville, IN, USA), UA Yildiz (Jet Propulsion Laboratory, California Institute of Technology, Pasadena, CA, USA) [JPL]), J. L. Pineda (JPL), C. De Breuck (ESO), Th. Klein (Observatoire européen austral, Santiago, Chili).

APEX est une collaboration entre l’Institut Max Planck de radioastronomie (MPIfR), l’Observatoire spatial d’Onsala (OSO) et l’ESO. L’exploitation de l’APEX à Chajnantor a été confiée à l’ESO.

SuperCAM est un projet du Steward Observatory Radio Astronomy Laboratory de l’Université de l’Arizona aux États-Unis.