Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

« Je suis inquiet mais je ne panique pas » à propos d’omicron

Le Dr Celine Gunder, épidémiologiste et professeur à l’Université de New York, a exhorté les Américains à se faire vacciner et booster comme le meilleur moyen de se protéger jusqu’à ce qu’il devienne clair à quel point les vaccins Covid actuels sont efficaces contre la nouvelle variante omicron.

« L’idée est de gagner du temps si Omicron s’avère être une sorte d’évasion immunitaire », a déclaré le Dr Gaunder.L’actualité avec Shepard Smith« Lundi soir. » C’est vraiment un moyen de protéger les gens… alors les entreprises aiment ça Pfizer Et moderne capable de développer des vaccins Omicron de deuxième génération.

PDG moderne Stephanie Bansell Pour CNBC lundi Il estime qu’il faudra des mois pour créer un vaccin spécifique à l’omicron, mais des rappels à haute dose pourraient être en mesure de combler le fossé entre-temps.

Omicron, la dernière variante de Covid, a été détectée pour la première fois en Afrique du Sud. La semaine dernière, l’Organisation mondiale de la santé a classé l’omicron a « L’alternative de l’anxiété ». Les restrictions de voyage sont entrées en vigueur pour les citoyens non américains vendredi dernier pour Afrique du Sud et sept autres pays.

Le Dr Grunder a déclaré : « Je suis inquiet. Je ne panique pas. Je pense qu’il y a encore beaucoup à attendre pour le savoir, et je pense que dans environ deux semaines, nous devrions avoir au moins quelques réponses pour savoir si omicron est un l’évasion immunitaire et à quel point nos vaccins sont bons. »

Président Joe Biden encourage aussi Vaccinations et rappels. Il a déclaré que dans le cas « peu probable » où des vaccins mis à jour seraient nécessaires, les États-Unis « accéléreraient leur développement et leur déploiement avec chaque outil ».

READ  Mises à jour en direct sur le coronavirus: Tedros de l'Organisation mondiale de la santé décrit le cas du COVID-19 en Inde comme déchirant