Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

La France réduit les visas de migrants pour les Nord-Africains – KXAN Austin

Le président français Emmanuel Macron a prononcé le discours de clôture de la Conférence nationale de médecine mentale et psychiatrique au ministère des Solidarités et de la Santé à Paris le mardi 28 septembre 2021. Le président a annoncé mardi dans un contexte de prise de conscience de l’importance de la santé mentale, qui sera être financé par le gouvernement à partir de l’année prochaine pour les rendez-vous psychologiques en France. (Photo de la piscine via Gonzalo Fuentes / AB)

PARIS (AP) – La France réduira le nombre de visas délivrés aux personnes en Afrique du Nord, les gouvernements refusant de retirer du pays les immigrants expulsés.

Cette décision, annoncée mardi, intervient alors que des politiciens d’extrême droite exercent des pressions sur le président fédéral Emmanuel Macron pour faire appliquer des règles d’immigration radicales et créer de nouvelles tensions entre la France et ses voisins nord-africains. Le ministre marocain des Affaires étrangères a qualifié cette décision d'”injuste”.

À partir de quelques semaines, des responsables gouvernementaux ont déclaré que le gouvernement français envisage de réduire de moitié le nombre de visas délivrés aux Algériens et aux Marocains et à 30 % pour les Tunisiens.

Les trois pays faisaient partie de l’empire colonial français, et de nombreux immigrants d’Europe et d’autres visiteurs de ces pays d’Afrique du Nord avaient des liens familiaux ou autres avec la France.

L’Algérie, le Maroc et la Tunisie ont récemment refusé de délivrer des documents diplomatiques à leurs citoyens qui ont été illégalement expulsés de France, comme le porte-parole de la France Gabriel Attal a déclaré à la radio Europe-1 que la France avait décidé d’agir. Les restrictions de voyage virales ont également compliqué ces tentatives de retour.

READ  Le dernier chasseur français Dassault Rafael F3-R reçoit l'autorisation d'exploitation finale

Un haut responsable français a déclaré que la France souhaitait que les pays d’Afrique du Nord retirent les personnes signalées pour terrorisme et espérait qu’une solution serait bientôt trouvée.

Atal a déclaré que la France tentait de parvenir à une solution diplomatique depuis l’adoption d’une loi stricte sur l’immigration en 2018. Entre janvier et juillet, les autorités judiciaires françaises ont ordonné à 7 731 Algériens de quitter le territoire français parce qu’ils n’avaient pas la nationalité mais seulement 22 ont quitté l’Algérie sans les documents requis, rapporte Europe-1.

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Borita, a déclaré que son pays avait délivré 400 documents diplomatiques à des Marocains expulsés de France, mais beaucoup d’entre eux ont refusé de se faire tester pour le virus en raison du nombre limité, ce qui les obligeait à rentrer au Maroc.

“Le problème de la France, nous devons y faire face”, a déclaré Borita lors d’une conférence de presse à Rabat.

Le Maroc “cherche à trouver un équilibre entre les personnes, les entreprises et ceux qui souhaitent bénéficier de services médicaux, en facilitant la circulation des personnes et en luttant contre l’immigration clandestine”, a-t-il déclaré.

La Tunisie a adopté une position générale très harmonieuse. Le bureau du président Guiz Saeed a déclaré : « Nous faisons partie des pays coopérant dans ce domaine et nous entretenons d’excellentes relations avec la France.

L’annonce française intervient avant l’élection présidentielle d’avril en France alors que les politiciens de droite et de gauche insistent sur des règles d’immigration plus strictes. Macron devrait annoncer la tentative de réélection.

READ  Les pourparlers secrets derrière l'accord américain selon lequel la France est une "trahison"

La candidate d’extrême droite à la présidentielle Marine Le Pen a apporté son soutien à la réduction des visas, mais a suggéré que le gouvernement Macron avait attendu trop longtemps pour agir. Le Pen était le principal candidat de Macron aux élections de 2017 et est considéré comme son principal adversaire s’il se présente à nouveau.

“Depuis longtemps, très longtemps, très longtemps, je demande des actions pour forcer certains pays à respecter le droit international”, a-t-il déclaré, citant l’Algérie et la Tunisie. “Je suis content que le président me l’ait demandé. Je pense qu’il est un peu tard.”

Le Pen a pris la parole lors d’une conférence de presse à Paris pour un référendum sur les plans visant à “réduire drastiquement” l’immigration en France s’il est élu.

___

Contribution de Tariq El Paraga à Rabat, Maroc, Bouza Ben Bazza en Tunisie et Sylvie Corbett et John Leicester à Paris.

___

Suivez toute la couverture de migration AP sur https://apnews.com/hub/migration