Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

La Russie confisque davantage d’actifs occidentaux, réduisant les options de sortie des entreprises

La Russie confisque davantage d’actifs occidentaux, réduisant les options de sortie des entreprises

  • Ce contenu a été produit en Russie où la couverture des opérations militaires russes en Ukraine est limitée par la loi

HELSINKI (Reuters) – La Russie a temporairement pris le contrôle des actifs du groupe énergétique finlandais Fortum et de son ancienne filiale allemande Uniper, créant la confusion sur le sort d’autres entreprises occidentales en Russie alors que la pression monte pour frapper Moscou avec plus de sanctions contre l’Ukraine.

Le président Vladimir Poutine a signé mardi soir un décret établissant le contrôle temporaire des actifs russes des deux sociétés énergétiques publiques européennes. Fortum (FORTUM.HE) a déclaré qu’il « enquêtait » sur Uniper (UN01.DE) et le ministère allemand des Finances n’a fait aucun commentaire immédiat.

Le décret – qui décrit les représailles possibles si des actifs russes sont saisis à l’étranger – a montré que Moscou avait déjà pris des mesures contre l’unité russe d’Unipro (UN01.DE) et les actifs de Fortum. La Russie a clairement indiqué que cette décision pouvait être annulée.

Moscou a réagi avec colère aux informations selon lesquelles le Groupe des Sept envisageait une interdiction quasi totale des exportations vers la Russie, tandis que beaucoup ont appelé à des sanctions plus sévères pour limiter la capacité de la Russie à combattre en Ukraine. L’Union européenne envisage d’utiliser les avoirs russes gelés pour reconstruire l’Ukraine.

Uniper détient 83,73% d’Unipro, qui exploite cinq centrales électriques d’une capacité totale de plus de 11 GW en Russie et emploie environ 4 300 salariés.

Fortum est majoritairement détenu par la Finlande, qui a rejoint l’alliance militaire de l’OTAN au début du mois. Moscou a déclaré que la Finlande avait commis une grave erreur.

READ  Un « nerd de l'OTAN » jeté dans la crise de la Russie et de l'Ukraine

Le ministère finlandais des Affaires étrangères n’a pas immédiatement commenté la manière dont la décision de la Russie affecterait les relations entre les deux pays.

« La compréhension actuelle de Fortum est que le nouveau décret n’affecte pas la propriété (propriété enregistrée) des actifs et des entreprises en Russie », a déclaré la société dans un communiqué.

« Cependant, on ne sait toujours pas comment cela affecte, par exemple, les opérations russes de Fortum ou le processus de désinvestissement en cours », a-t-elle ajouté.

La division russe de Fortum possède sept centrales thermiques dans la région de l’Oural et en Sibérie occidentale, tout en possédant également un portefeuille de centrales éoliennes et solaires en Russie, avec des partenaires locaux. La valeur comptable de ces actifs a atteint 1,7 milliard d’euros (1,87 milliard de dollars) à la fin de 2022.

Les deux sociétés tentent de sortir de Russie. En février, Uniper a valorisé sa participation dans Unipro à 1 € symbolique pour refléter la possibilité d’un non-accord.

Le décret indiquait que la Russie devait prendre des mesures urgentes pour répondre aux actions non spécifiées des États-Unis et d’autres qui, selon elle, étaient « inamicales et contraires au droit international ». Les actions des deux entités ont été placées sous le contrôle temporaire de Rosimushchestvo, l’agence immobilière du gouvernement fédéral.

La banque publique russe VTB (VTBR.MM) a déclaré cette semaine que la Russie devrait envisager de reprendre et de gérer les actifs de sociétés étrangères comme Fortum, en ne les restituant qu’une fois les sanctions levées. Fortum a déjà indiqué des risques d’expropriation.

Rosimushchestvo a déclaré que davantage d’actifs d’entreprises étrangères pourraient passer temporairement sous contrôle russe.

READ  Pourparlers de la coalition israélienne: le parti de Bennett prend des mesures pour repousser la tentative de Netanyahu de rechercher des dissidents - Élections israéliennes 2021

« Le décret n’est pas lié aux questions de propriété et ne prive pas les propriétaires de leurs actifs. La gestion externe est de nature temporaire et signifie que le propriétaire d’origine n’a plus le droit de prendre des décisions administratives », a déclaré l’agence.

Les ventes d’actifs par des investisseurs de pays « hostiles » – comme Moscou appelle ceux qui ont imposé des sanctions à la Russie – nécessitent l’approbation d’un comité gouvernemental et, dans certains cas, du président.

(1 $ = 0,9094 euro)

(Reportage par Essie Leto et Anna Ringstrom; Montage par Terje Solsvik.)

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.