Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

L'African National Congress en Afrique du Sud cherche à gagner des voix tout en menaçant sa majorité

L'African National Congress en Afrique du Sud cherche à gagner des voix tout en menaçant sa majorité

  • Écrit par Damian Zinn
  • BBC News, Johannesbourg

Commentez la photo,

Le président Cyril Ramaphosa a déclaré que l'Afrique du Sud avait fait de nombreux progrès au cours de ses 30 années de démocratie.

Le Congrès national africain, le parti au pouvoir en Afrique du Sud, a lancé son programme électoral pour les élections de mai, certains sondages d'opinion suggérant que sa part des voix pourrait tomber en dessous de 50 % pour la première fois.

Le président Cyril Ramaphosa s'est adressé à des milliers de partisans lors d'un rassemblement dans la province du KwaZulu-Natal.

La zone sera un champ de bataille majeur.

Le mécontentement à l'égard de l'état de l'économie et des services publics ainsi que la corruption ont érodé le soutien à l'ANC.

Le parti de Nelson Mandela, qui a mené la lutte contre l'apartheid et supervisé la transition vers la démocratie en 1994, est la force dominante depuis 30 ans.

Mais le taux de chômage persistant, désormais supérieur à 32 %, les fréquentes pannes d'électricité et les niveaux élevés de criminalité, entre autres problèmes, ont conduit certains à se détourner de l'ANC.

Il y a des défis venant de la droite, sous la forme de l’Alliance démocratique (DA), principale opposition, et de l’extrême gauche, sous la forme des Combattants de la liberté économique (EFF).

Commentez la photo,

La contribution de Nelson Mandela à la fin de l'apartheid et son service en tant que premier président démocratiquement élu restent bien dans les mémoires.

Le KwaZulu-Natal est également la patrie de l'ancien président Jacob Zuma, qui a déçu à l'égard du parti et a maintenant été suspendu de l'ANC. Il a apporté son soutien à une nouvelle formation – Umkhonto we Sizwe – qui a déjà remporté quelques petits succès lors des élections partielles dans la région.

S'exprimant dans un stade de Durban, devant une foule vêtue des couleurs noir, vert et or de l'ANC, le président Ramaphosa a promis que « nous ferons mieux ».

C’était un aveu qu’il y avait des problèmes, mais cela soulignait également la transformation que le pays avait réalisée au cours des trois dernières décennies.

« Les Sud-Africains sont plus instruits, plus autonomes et en meilleure santé qu’ils ne l’étaient sous l’apartheid », a-t-il déclaré, exhortant la population à ne pas menacer ces progrès.

En regardant vers l’avenir, son parti promet de créer 2,5 millions d’« opportunités d’emploi ». Elle s'est également engagée à stimuler les investissements et à soutenir le secteur privé, ainsi qu'à « éliminer la corruption ».

Dans son introduction à la déclaration, le président a également écrit que « certaines forces cherchent à utiliser cette élection pour anéantir les progrès de la démocratie. Il est essentiel que nous défendions ensemble notre liberté durement gagnée ».

Il n’a pas mentionné nommément ces « forces », mais l’ANC sait qu’il est confronté à l’environnement électoral le plus difficile à ce jour.

Depuis 1994, le parti a régulièrement obtenu un score supérieur à 50 % aux élections nationales, ce qui lui a permis de diriger le pays sans difficulté. Mais certains sondages d'opinion montrant que le soutien est tombé en dessous de la majorité absolue, l'Afrique du Sud se trouve confrontée à la possibilité de former un gouvernement de coalition après les élections générales prévues le 29 mai.

Commentez la photo,

Le chef du Parti démocrate, John Steenhuisen, a déclaré la semaine dernière qu'il avait un plan pour sauver l'Afrique du Sud.

Dans son manifeste de parti la semaine dernière, le Parti démocrate, sous la direction de John Steenhausen, avait un message simple : « Notre pays est en crise ».

Il a promis de créer deux millions de nouveaux emplois, de mettre fin aux pannes de courant et de réduire de moitié les crimes violents. L'Alliance démocratique souhaite poursuivre une approche économique plus libérale, notamment en introduisant la privatisation, notamment dans le secteur de l'énergie.

À l'autre extrémité du spectre politique, le diagnostic du Front est que l'ANC n'a pas réussi à démanteler le système économique qui existait sous l'apartheid.

Au lieu de cela, le parti au pouvoir « a reproduit et exacerbé les inégalités économiques de la période de l’apartheid », a écrit Julius Malema, un haut dirigeant des LTTE, dans l’introduction de son manifeste.

Source des images, Getty Images

Commentez la photo,

L'EFF de Julius Malema a déclaré vouloir transformer l'économie et mettre davantage de richesses entre les mains des Sud-Africains ordinaires

La réponse du Front est de confisquer les terres sans compensation et de nationaliser « les mines, les banques et d'autres secteurs stratégiques de l'économie sans compensation ».

Cette richesse sera ensuite utilisée au profit de la majorité de la population.

Le député n'a pas encore publié sa déclaration officielle, mais lors du lancement du parti en décembre dernier, Zuma a déclaré que l'ANC s'était éloigné de ses racines et que sa mission était désormais de « sauver » « le grand mouvement autrefois ».

Il y a plus de 300 partis enregistrés auprès de la Commission électorale, et même si tous ne participeront pas nécessairement aux élections de mai, le décor est planté pour trois mois de campagne âprement disputée.

READ  La Chine exhorte le Myanmar à coopérer pour la stabilité de ses frontières au milieu des combats | Actualités sur les conflits