Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

L’Allemagne soutient la France pour une Europe « souveraine » alors que Paris s’apprête à prendre la présidence de l’Union européenne

La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Birbock a déclaré vendredi à l’AFP que la France et l’Allemagne portaient une « responsabilité particulière » pour faire de l’Union européenne une puissance mondiale plus forte tandis que Paris assurait la présidence tournante du bloc.

AllemagneLe gouvernement de coalition du bloc a déclaré qu’il souhaitait accroître la « souveraineté stratégique » du bloc, car la concurrence entre les puissances mondiales telles que les États-Unis, la Chine et la Russie affecte négativement le bloc. je.

Le président français Emmanuel Macron envisage depuis longtemps une Union européenne plus forte, affirmant qu’il vise à la rendre « forte dans le monde » au cours de La France‘s La présidence du Conseil européen pour une période de six mois, à compter du 1er janvier.

L’Allemagne accueillera également le prochain tour sommet du G7 en juin en tant que président du Groupe des démocraties riches, donnant à l’Union européenne la possibilité d’établir un leadership diplomatique mondial en 2022.

Il a déclaré que les deux pays, « en tant qu’amis les plus proches au cœur de l’Europe, portent une responsabilité particulière pour une Union européenne unie, capable de travailler et de regarder vers l’avenir ». Barbock.

Elle a ajouté que la présidence française « est une opportunité importante que nous voulons saisir ensemble pour renforcer l’Europe et la rendre apte à relever les défis de demain ».

« Nos amis français peuvent compter sur notre soutien du premier au dernier pour ouvrir la voie à une reprise économique durable, dans la lutte contre la crise climatique, dans la numérisation et pour une Europe plus souveraine. »

READ  Will Smith et d'autres célèbrent leurs nominations aux SAG Awards

Les priorités de la France pour sa présidence du Conseil européen comprennent un salaire minimum à l’échelle du bloc, plus de réglementation sur les géants du numérique et une taxe frontalière carbone.

(AFP)