Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

L’ancien ambassadeur des États-Unis, Víctor Manuel Rocha, accusé d’espionnage au profit de Cuba

L’ancien ambassadeur des États-Unis, Víctor Manuel Rocha, accusé d’espionnage au profit de Cuba

  • Écrit par Madeleine Halpert
  • BBC News, New York

Source des images, AFP via Getty Images

Commentez la photo,

Victor Manuel Rocha, ancien ambassadeur des États-Unis en Bolivie, a été accusé d’avoir travaillé comme agent de Cuba pendant plus de 40 ans.

Un ancien diplomate américain qui a été ambassadeur en Bolivie a été accusé d’avoir travaillé comme agent du gouvernement cubain pendant plus de 40 ans.

Victor Manuel Rocha (73 ans) a été accusé d’avoir aidé Cuba à collecter des informations contre les États-Unis depuis 1981.

Rocha a qualifié les États-Unis d’« ennemi » et a affirmé que son travail d’agent infiltré « avait favorisé la révolution », selon des documents judiciaires.

Il n’était pas clair dans l’immédiat s’il avait un avocat pour commenter en son nom.

L’ancien diplomate a été arrêté vendredi dernier à Miami après une opération secrète qui a duré plus d’un an, selon le ministère américain de la Justice.

Le procureur général Merrick Garland a déclaré qu’il s’agissait de « l’une des infiltrations les plus importantes et les plus anciennes » du gouvernement américain par un agent étranger.

« Pendant plus de 40 ans, Victor Manuel Rocha a servi comme agent du gouvernement cubain et a cherché et obtenu des postes au sein du gouvernement des États-Unis qui lui donneraient accès à des informations non publiques et la capacité d’influencer la politique étrangère des États-Unis. » » dit Garland.

Rocha est née en Colombie, a grandi à New York et est diplômée des universités de Yale, Harvard et Georgetown.

Il a été ambassadeur des États-Unis en Bolivie de 1999 à 2002, selon les procureurs, et a occupé divers postes gouvernementaux, notamment au Conseil national de sécurité, pendant 25 ans.

Les relations entre les États-Unis et Cuba sont tendues depuis que Fidel Castro a renversé le gouvernement soutenu par les États-Unis il y a plus de 60 ans. Les États-Unis ont imposé un embargo commercial à Cuba dans les années 1960. L’ancien président Barack Obama et l’ancien président cubain Raul Castro ont pris des mesures pour normaliser leurs relations en 2015, bien que l’ancien président américain Donald Trump soit ensuite revenu sur bon nombre de ces mesures.

Des documents judiciaires dévoilés lundi affirment que Rocha a effectué plusieurs voyages à Cuba, où il a contribué à promouvoir les intérêts des responsables cubains de 1981 à aujourd’hui.

Les documents fournissent peu de détails sur les informations que M. Rocha aurait partagées, mais ils illustrent l’opération d’infiltration du FBI qui a conduit à son arrestation.

En novembre 2022, un agent infiltré du FBI a contacté M. Rocha via WhatsApp, prétendant être un représentant des services de renseignement cubains pour lui transmettre un message de « vos amis de La Havane », indique le document d’accusation.

M. Rocha aurait accepté de rencontrer l’agent à plusieurs reprises, notamment une fois dans la salle à manger, car « il n’y avait aucune possibilité que quiconque me voie », selon des documents judiciaires.

Lors de réunions avec l’agent infiltré du FBI, Rocha a commencé à révéler des détails sur son expérience en tant qu’agent infiltré pour le gouvernement cubain, selon le document d’accusation.

« Je savais exactement comment le faire et évidemment Dirección [Cuba’s intelligence agency] Marchez avec moi… C’est un long processus et cela n’a pas été facile », aurait déclaré M. Rocha à l’agent du FBI.

Les procureurs ont déclaré qu’il « avait décrit et célébré à plusieurs reprises ses activités » alors qu’il travaillait comme agent pour les services de renseignement cubains.

Rocha aurait utilisé le mot « nous » pour décrire Cuba et lui-même, et aurait déclaré qu’il voulait « protéger… ce que nous avons fait ».

L’ancien diplomate est également accusé d’avoir fourni des informations fausses et trompeuses au gouvernement américain et d’avoir fait de fausses déclarations pour obtenir des documents de voyage, a indiqué le ministère de la Justice.

READ  Passage de Kerem Shalom : des manifestants israéliens arrêtent des camions d'aide pour Gaza