Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

L’Australie dit que la France a eu connaissance de craintes « sérieuses » concernant les sous-marins | un travail



DOSSIER – Dans cette photo d’archive du 15 juin 2021, le Premier ministre australien Scott Morrison part après avoir rencontré le Premier ministre britannique Boris Johnson au 10 Downing Street à Londres. Le Premier ministre français Morrison a déclaré dimanche 19 septembre, après l’annulation du contrat, que la France aurait su que l’Australie avait “des inquiétudes profondes et sérieuses” que la flotte de sous-marins que les Français construisaient ne répondrait pas aux besoins australiens.


Matt Dunham – Personnel, AP


Par ROD McGUIRK – The Associated Press

CANBERRA, Australie (AFP) – Après l’annulation du contrat qui a conduit à une crise diplomatique, le Premier ministre français Scott Morrison a déclaré que l’Australie avait “des inquiétudes profondes et sérieuses” que la flotte de sous-marins que les Français fabriquaient ne répondrait pas aux besoins australiens.

La France a accusé l’Australie d’avoir caché ses intentions de se retirer d’un contrat de 90 milliards de dollars australiens (66 milliards de dollars) pour le groupe naval majoritaire français appartenant à l’État français pour la construction de 12 sous-marins diesel-électriques conventionnels.

Le président Joe Biden a dévoilé la semaine dernière une nouvelle coalition comprenant l’Australie et la Grande-Bretagne qui livrerait une flotte australienne d’au moins huit sous-marins à propulsion nucléaire.

Morrison a attribué ce changement à la détérioration de l’environnement stratégique dans l’Indo-Pacifique. Il n’a pas spécifiquement mentionné le renforcement militaire massif de la Chine, qui s’est accéléré ces dernières années.

“La capacité que les sous-marins de classe d’attaque auraient fournie n’était pas ce dont l’Australie avait besoin pour protéger nos intérêts souverains”, a déclaré Morrison.

“Ils avaient toutes les raisons de savoir que nous craignions profondément que la capacité fournie par le sous-marin de classe d’attaque ne réponde à nos intérêts stratégiques et nous avons clairement indiqué que nous prendrions une décision sur la base d’un intérêt national stratégique”, a-t-il déclaré. dit, faisant référence au gouvernement français.

READ  La France accueille le nouveau président de la Nouvelle-Calédonie avant le vote final sur l'indépendance du territoire