Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Le Brésil dépasse les 400000 décès dus au virus, au milieu des craintes d’une nouvelle augmentation

São Paulo (AFP) – Le Brésil, jeudi, est devenu le deuxième pays à dépasser officiellement les 400 000 décès dus à Covid-19 et à perdre 100 000 personnes supplémentaires en un mois seulement, et certains experts de la santé préviennent qu’il pourrait y avoir des jours horribles à venir. Quand l’hémisphère sud entre en hiver

Avril a été le mois le plus meurtrier au Brésil en raison de l’épidémie, des milliers de personnes perdant la vie chaque jour dans des hôpitaux bondés.

Le Ministère de la santé du pays a enregistré plus de 4 000 décès en deux jours au début du mois et a dépassé sa moyenne pendant sept jours au-dessus de 3 100. Au cours des deux dernières semaines, ce nombre est tombé à moins de 2 400 décès par jour, malgré le ministère de la Santé a annoncé jeudi que 3 001 décès supplémentaires, ce qui porte le nombre total de décès au Brésil à 401186.

Les experts locaux de la santé ont célébré la récente baisse des cas et des décès, ainsi que l’allègement de la pression sur le système de santé brésilien – mais seulement modestement. Ils redoutent une nouvelle vague de la maladie, comme celle observée dans certains pays européens, en raison de la reprise précoce de l’activité dans les États et les villes combinée à la lenteur du processus de vaccination.

Moins de 6% des Brésiliens ont été entièrement vaccinés contre le COVID-19, selon Our World in Data, un site de recherche sur Internet. Le président Jair Bolsonaro, qui fait actuellement l’objet d’une enquête par un comité du Sénat sur la gestion de la crise par son administration, a réitéré qu’il serait le dernier à avoir une chance, attaquant les maires et les gouverneurs qui imposent des restrictions pour contrôler la propagation du virus.

READ  Résultats des élections au Bengale occidental: le parti Bharatiya Janata de Modi perd les élections clés, mais continue de gagner des gains malgré la crise de Covid en Inde

Peu de temps après la publication de cette sombre étape, Bolsonaro a déclaré dans une émission en direct sur ses chaînes de médias sociaux qu ‘”un grand nombre de décès ont été annoncés”, ajoutant que “je suis désolé pour chaque mort”. Mais il a réitéré sa position contre les mesures de distanciation sociale.

Le président a déclaré: «Je prie Dieu qu’il n’y ait pas de troisième vague» du Coronavirus. “Mais si les politiques de verrouillage se poursuivent, ce pays sera entraîné dans l’extrême pauvreté.”

L’épidémiologiste Anderson Oliveira, haut responsable du ministère de la Santé au début de l’épidémie, a déclaré qu’il s’attendait à une troisième vague d’ici la mi-juin. Il a déclaré mardi à la radio CBN que les efforts de vaccination de la nation n’empêcheront pas un nouveau boom car de nombreuses personnes ne recevront pas les injections avant l’hiver, lorsque les rassemblements et les activités à l’intérieur sont plus courants, même dans le pays tropical.

“Notre vaccination est qu’en 2022, nous pourrions avoir un été beaucoup moins dramatique qu’il ne l’a été maintenant”, a-t-il déclaré, faisant référence aux derniers mois.

Il a ajouté qu’il s’attend à une aide limitée des verrouillages partiels des dirigeants locaux, qui ont produit des résultats plus faibles que les fermetures à l’européenne. De nombreux Brésiliens se moquent des recommandations de distanciation sociale et de verrouillage partiel, même au cœur de l’épidémie.

Le programme de vaccination du Brésil, bien que loin de ses campagnes triomphantes des dernières décennies, a ralenti le taux de décès parmi les personnes âgées du pays, selon les données du certificat de décès publiées lundi. Les jeunes restent sans protection et commencent à contracter la maladie en bien plus grand nombre à mesure qu’une variante plus transmissible se propage au Brésil.

READ  25 personnes tuées dans un accident de bateau au Bangladesh | Bangladesh

Ajoutant aux inquiétudes, le ministère brésilien de la Santé a réduit à plusieurs reprises ses prévisions pour les vaccins à court terme. Les deux plus grands laboratoires du pays sont confrontés à des restrictions d’approvisionnement pour les importations en provenance de fabricants en Chine et en Inde, qui sont devenus un épicentre mondial de la pandémie.