Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Le combat avec le franchisé McDonald’s au sujet des frais de technologie pourrait se terminer devant les tribunaux

Jeff Greenberg | Groupe photo mondial | Getty Images

à l’époque McDonalds Les affaires américaines continuent de se développer, et certains franchisés expriment leur soutien à une éventuelle action en justice contre le géant de la restauration rapide de plus de 70 millions de dollars en frais technologiques passés.

CNBC a obtenu une transcription d’une enquête interne auprès de 225 membres de l’organisation de franchisage indépendante, la National Owners Association, qui montre que près de 75% des opérateurs interrogés disent soutenir le leadership d’un propriétaire pour déposer une injonction pour cesser de facturer des frais. De ce groupe, 17% n’ont pas décidé cela et 9% ont déclaré ne pas être en faveur de la mesure. NOA compte environ 1 200 membres et McDonald’s compte environ 2 000 franchisés aux États-Unis.

Les résultats de l’enquête NOA ont été rapportés pour la première fois par une publication commerciale Restaurant d’affaires. McDonald’s n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Le KPMG mène actuellement un audit indépendant de la situation et devrait être achevé à la mi-mai.

Les frais ont été source de différends ces derniers mois. Dans un e-mail de février de NOA à ses membres qui a été examiné par CNBC, le conseil d’administration du groupe a déclaré que McDonald’s n’avait pas prouvé que les franchisés devaient 423 $ par mois de frais de technologie sur les cotisations passées non perçues jusqu’à 70 millions de dollars. McDonald’s a accepté de mener un audit indépendant pour tenter de résoudre le différend, mais a confirmé qu’il avait “une confiance absolue” dans les honoraires dus à l’entreprise, selon des communications internes vues par CNBC.

READ  Bernard Arnault cède Carrefour après 14 ans

“Ce que nous ne faisons pas, c’est permettre à nos fournisseurs de nous dicter ce que nous devons et ce que nous devons uniquement sur la base des services fournis. Si nous nous trouvons dans ce type de relation, nous trouvons un fournisseur différent”, a déclaré le février courriel aux propriétaires du conseil d’administration de NOA.

Le ministère va au-delà du différend sur les frais de technologie. Certains franchisés ont également exprimé leur frustration face à la hausse des frais de technologie et à la performance technologique de l’entreprise, encore plus.

Séparément, la carte NOA aussi Partagé de manière significative avec les membres Une recommandation de Glass Lewis Consulting de ne pas réélire le président de McDonald’s, Enrique Hernandez Jr., et le président de la rémunération, Richard Lenny, lors de l’assemblée des actionnaires de la société, en raison de leurs relations avec le licenciement et le licenciement de l’ancien PDG Steve Easterbrook.

Le conseil d’administration de la NOA n’a pas soumis ses propositions de vote, mais une source proche de la direction du franchiseur a déclaré que le partage du rapport était “sans précédent”. Tous les administrateurs ont été réélus lors de la réunion de jeudi, cependant Campagnes auprès des pompiers Au Easterbrook séparé.

Easterbrook a été licencié en novembre 2019 pour avoir eu une liaison avec un employé en violation des politiques de l’entreprise. La société poursuit maintenant pour récupérer son groupe, affirmant qu’il a menti au sujet de l’établissement d’autres relations avec les employés.