Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Le gouvernement australien indemnise les communautés autochtones

Jeu

Après des décennies d’expulsion forcée de leurs terres, les “générations volées” de l’Australie recevront des réparations et une reconnaissance officielle de leur traumatisme.

Le Premier ministre australien Scott Morrison a annoncé jeudi le plan de mise en œuvre du Commonwealth pour combler l’écart et distribuer 378,6 millions de dollars sur cinq ans aux communautés autochtones.

Le but du plan est de “dire solennellement, non seulement que nous sommes profondément désolés pour ce qui s’est passé, mais que nous en assumerons la responsabilité”, a déclaré Morrison au Parlement.

Les générations volées font référence aux aborigènes et aux insulaires du détroit de Torres retirés des terres du Commonwealth – le Territoire du Nord, le Territoire de la capitale australienne et Jervis Bay. Les aborigènes et les insulaires du détroit de Torres sont apparentés à ceux qui habitaient l’Australie lorsque la Grande-Bretagne a commencé à coloniser le continent en 1788.

Il y avait environ 33 600 survivants de la génération volée en 2019, selon Institut australien de la santé et du bien-être.

Le plan d’indemnisation offrira une « évaluation des dommages causés par un enlèvement forcé » unique à 55 000 $. Pour faciliter le recouvrement, un paiement unique de 7 000 $ sera versé.

Les survivants auront l’occasion de raconter en toute confidentialité leurs histoires sur l’expulsion forcée à un haut responsable du gouvernement. Selon Communiqué de presse du Premier ministre.

READ  Biden et Xi Jinping de Chine ont convenu de tenir un sommet virtuel

passé troublé Le chef de la police australienne présente ses excuses aux aborigènes

Perte inimaginable : Une fosse commune avec les restes de 215 enfants retrouvés dans une école autochtone au Canada

« Le programme représente un soutien pratique aux survivants de Stolen Generation pour répondre aux besoins sanitaires et économiques souvent complexes qui résultent uniquement d’expulsions forcées et d’expulsions forcées », a déclaré Fiona Kornfort, PDG de Stolen Generation. Fondation Al-Shifa, un groupe représentatif de certains membres de la génération volée, a déclaré dans un Vidéo. « Des réparations pour avoir reconnu que la vérité compte. »

Fondation Al-Shifa et Institut australien de la santé et du bien-être Elle a noté les effets durables du déplacement forcé sur la génération volée. Une étude de l’AIHW a révélé que 88 % des survivants de la génération volée n’avaient pas terminé leur 12e année d’école et que 66 % ne possédaient pas de maison.

Parmi les survivants, 43 % ont passé des jours sans argent liquide pour les dépenses de base, 43 % ont été diagnostiqués avec un problème de santé mentale et 32 ​​% ont été victimes de discrimination.

Kornfort a déclaré que bien que les réparations soient un grand pas, ce n’est pas “tout” et plus de travail est nécessaire pour traiter la génération volée.

READ  Les trois seuls CM du Pendjab hindou (indivis)

Suivez Gabriella Miranda sur Twitter : @itsgabbymiranda