Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Le maire, l’instituteur et la lutte pour les « terres perdues » de France

« Je me vois en eux », a déclaré M. Rabeh dans une interview.

Il a grandi sur une autre île près de Traps. Son père était un immigré du Maroc et a travaillé pendant 38 ans dans les chaînes de montage Peugeot.

Les publications de la Guilde que son père rapportait à la maison ont éveillé son intérêt pour la politique. Il est devenu un croyant dans la promesse de la république et son universalité déclarée. Homme qui embrasse sa foi, M. Rabah est, disent ses partisans, le genre de leader qui aide à construire l’islam en France.

Après avoir été adjoint au maire pour la jeunesse, M. Rabeh a remporté la course à la mairie de l’année dernière lors d’un vote serré. Il a fait des efforts pour élargir l’accès aux activités parascolaires et a été reconnu pour avoir travaillé en étroite collaboration avec les autorités nationales pour lutter contre le type d’extrémisme qui a poussé 70 jeunes Traps à rejoindre l’État islamique entre 2014 et 2016.

Presque tous ont été tués et de nombreux parents en deuil se demandent encore pourquoi leurs fils et leurs filles sont partis.

Les parents appartiennent à une génération immigrée qui a honte de confirmer sa présence en France et de pratiquer sa religion, raconte Naila Gautier, dont les parents sont originaires de Tunisie et vivent à Trabes depuis 1976. Leurs enfants se sont cherchés dans une société où ils se sentaient aliénés. , et elle a dit que certains d’entre eux ont rejoint l’État islamique.

Mme Gauthier, fondatrice des Mamans du Cœur, un groupe qui prodigue des conseils aux familles dont les enfants sont partis en Syrie, a déclaré.

READ  French Montana aperçue sur le tournage, actrice dans "National Heroes"

Les autorités nationales affirment que les réseaux qui recrutaient autrefois des djihadistes se sont affaiblis ou ont disparu. Les signes les plus visibles de l’intégrisme se sont également estompés dans les bâches, comme le port du couvre-visage intégral en public, qui est illégal en France.

Mais cela ne signifie pas que l’intégrisme a disparu », a déclaré M. Rabeh. « Peut-être que la pression sociale sur l’islam en ce moment est telle qu’il y a une plus grande volonté de se cacher ou d’être conservateur. »