Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Le Maroc vote pour « reconsidérer » ses relations avec l’Union européenne

Le Maroc vote pour « reconsidérer » ses relations avec l’Union européenne

Émis en :

Les législateurs marocains ont voté lundi à l’unanimité la révision des relations avec le Parlement européen, l’accusant d’ingérence après une décision exhortant le royaume à respecter la liberté de la presse.

les membres de mon conseil Maroc, Ouest, coucher de soleilLe Parlement s’est réuni dans la capitale, Rabat, en session commune en réponse au texte européen non contraignant adopté jeudi.

Dans une déclaration à l’issue de leur session, les législateurs marocains ont décrit la décision européenne comme « une atteinte inacceptable à la souveraineté, à la dignité et à l’indépendance des institutions judiciaires du Royaume ».

Ils ont dit que cela « avait gravement endommagé la confiance fondamentale » entre eux.

En conséquence, le Parlement marocain a décidé de « reconsidérer ses relations avec le Parlement européen et de les soumettre à une évaluation complète », a déclaré Rachid Talbi Elalamy, président de la Chambre des représentants. Il n’a pas donné assez de détails.

En vertu de l’accord de 1996, le Maroc et UE Elle a été liée à de fortes relations économiques et commerciales, notamment dans le domaine de l’agriculture et de la pêche.

« Leurs décisions ne nous effrayeront pas, et nous ne changerons pas non plus notre voie et notre approche », a déclaré Mohamed Ghayat, chef du Rassemblement national des indépendants, le plus grand parti de la coalition au pouvoir au Maroc.

Les législateurs européens à Strasbourg ont exhorté le Maroc à « respecter la liberté d’expression et Liberté des médiaset « garantir aux journalistes emprisonnés… un procès équitable ».

Reporters sans frontières (RSF) a salué le vote du Parlement européen comme une rupture avec « 25 ans de négativité ».

READ  Les inondations dans le nord de la Turquie tuent au moins 27 personnes et des dizaines sont portées disparues

Certains législateurs ont vu la France, l’ancienne puissance coloniale du Maroc, pousser la mesure européenne.

Ahmed Al-Tuwaizi, du Parti Authenticité et Modernité, a déclaré : « Dans les coulisses de cette décision, un pays que nous pensions être un ami et un partenaire solide, mais l’odeur du gaz l’a perdu.

Tuwaizi, dont le parti appartient à la coalition majoritaire, faisait référence au réchauffement des relations entre Paris et l’Algérie, voisin et rival du Maroc – et source majeure de gaz pour les pays européens.

« Le Maroc souffre d’un double langage », a déclaré à l’AFP Abdelmadjid Fassi Fihri, du parti Istiqlal. Il a regretté que le Parlement européen n’ait pas condamné les atteintes à la liberté de la presse en Algérie.

Journalistes emprisonnés

Deux des cas les plus importants de journalistes au Maroc sont ceux d’Omar Radi et de Slimane Raissouni, tous deux condamnés en appel l’année dernière pour agression sexuelle.

Radi, 36 ans, qui a critiqué les autorités marocaines, a été condamné à six ans de prison pour viol et espionnage, accusations qu’il nie.

Raissouni purge une peine de cinq ans de prison. Lui aussi a toujours clamé son innocence et dit avoir été poursuivi « pour ses opinions ».

Les autorités marocaines insistent sur le fait que le pouvoir judiciaire est indépendant et que les poursuites contre les journalistes n’ont rien à voir avec la presse.

Les députés européens ont également déclaré la semaine dernière qu’ils étaient « profondément préoccupés » par les allégations selon lesquelles les autorités marocaines auraient soudoyé leurs membres, et ont réaffirmé l’engagement du Parlement européen à mener une « enquête complète » sur la corruption.

READ  Le Premier ministre britannique Boris Johnson démissionne après une rébellion au sein de son parti

Le scandale de corruption qui a éclaté le mois dernier parmi les membres du Parlement européen a choqué les cercles de l’Union européenne à Bruxelles, les membres du Parlement européen étant accusés d’avoir accepté des pots-de-vin du Qatar et du Maroc.

Les deux pays nient fermement les accusations.

Après la décision européenne, une « source autorisée » au ministère des Affaires étrangères à Rabat a déclaré, citant un média proche du gouvernement, que la mesure européenne « n’aura pas d’impact sur le Maroc ».

La source a déclaré: « Cela est proportionnel aux attaques et au harcèlement auxquels le royaume est exposé de la part de ceux qui ont été perturbés par le développement, la prospérité et le rôle important du Maroc dans la région ».

(AFP)