Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Le milliardaire Napoléon prépare une révolution pour déstabiliser l’establishment français

CNews a été truqué après qu’une grève chez I-Tele l’a incité à purger un tiers de la salle de rédaction et à imposer un nouveau modèle axé sur l’opinion à petit budget.

« Lorsque nous avons lancé CNews, M. Bolloré a déclaré que très peu de groupes de médias sont positionnés à droite et qu’il y a une vraie place à prendre là-bas », a déclaré un porte-parole de Vivendi.

Pendant ce temps, les spéculations se multiplient selon lesquelles Bolloré pourrait renforcer son désir de longue date de prendre le contrôle du Figaro, le plus ancien quotidien du matin du pays.

Le Monde a déclaré que la vente du propriétaire du journal Dassault Media mettrait Bollor dans une nouvelle confrontation avec Bernard Arnault, l’homme le plus riche de France et PDG du groupe de luxe LVMH, qui souhaite également acheter le surnom de droite.

Arnault a vendu sa participation dans Lagardère en septembre, la laissant vulnérable à une offre de rachat de Vivendi.

Cependant, dans une note interne, Dassault Media a déclaré jeudi aux employés que les informations selon lesquelles l’entreprise était à vendre étaient fausses.

Un porte-parole de Vivendi a déclaré que la poursuite de Lagardère visait à promouvoir les affaires et non à acquérir une influence politique.

La question est de savoir dans quelle mesure Bolloré et Vivendi souhaitent renforcer leur influence médiatique.

Son groupe industriel éponyme a bâti un empire commercial à travers l’Afrique, conduisant le milliardaire à de nombreuses arnaques juridiques.

Bollor, connu comme le roi d’Afrique, a été arrêté et inculpé il y a trois ans pour une enquête sur des allégations de corruption d’agents publics étrangers liés à deux terminaux à conteneurs exploités par le groupe au Togo et en Guinée.

READ  Moderna retient 1,63 million de doses de vaccin COVID-19 au Japon en raison d'une contamination

Le groupe a accepté de payer 12 millions d’euros pour régler avec les procureurs français l’affaire du Togo en février.

Un accord d’opposition séparé entre Bollor, les directeurs généraux Gilles Alex et Jean-Philippe Dorint et les procureurs pour abandonner les procédures personnelles en échange d’une amende de 375 000 € et du refus de plaider coupable.

Le juge a déclaré que les allégations de corruption portées contre eux étaient très graves et a recommandé qu’ils soient jugés pour des accusations criminelles.

Certains ont interprété le contrat de retour de Bolloré comme un ultime effort pour peaufiner sa base énergétique avant de transmettre l’entreprise au fil des générations.

Il a commencé à prendre du recul par rapport aux activités industrielles il y a deux ans lorsqu’il a annoncé que son fils Cyril le remplacerait en tant que Président-directeur général du Groupe Bollor.

Parallèlement, son fils aîné Yannick lui a succédé à la présidence de Vivendi en 2018.

La retraite complète de Bolloré devrait intervenir au début de l’année prochaine, alors que la France se prépare pour ses élections présidentielles.

Cependant, si l’élan continue de monter derrière Zemmour, et que Vivendi parvient à contrôler Lagadère, le marchand bariolé aura du mal à l’éteindre.

Tout comme Murdoch, Bollor peut trouver la succession beaucoup plus difficile qu’il n’y paraît.