Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Le NIH découvre une régression tumorale significative

Les scientifiques ont découvert que l’administration intraveineuse du vaccin augmentait le nombre de lymphocytes T cytotoxiques capables d’infiltrer et d’attaquer les cellules cancéreuses et d’engager le système immunitaire inné en stimulant l’interféron de type 1.

Les scientifiques du NIH ont découvert que l’administration intraveineuse améliore l’action anti-tumorale.

Un vaccin thérapeutique expérimental contre le cancer a induit deux réponses distinctes et souhaitables du système immunitaire qui ont conduit à une régression tumorale significative chez la souris. C’est selon une nouvelle étude de recherche publiée dans la revue celluleselon des enquêteurs du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID), qui fait partie des National Institutes of Health (NIH).

Selon les résultats de la recherche, l’administration du vaccin par voie intraveineuse (IV) a augmenté le nombre de lymphocytes T cytotoxiques capables d’infiltrer et d’attaquer les cellules cancéreuses et d’engager le système immunitaire inné en induisant l’interféron de type I. La réponse immunitaire innée a modulé le microenvironnement tumoral, contrecarrant les forces suppressives qui atténueraient le fonctionnement des lymphocytes T. Aucune modification n’a été constatée dans le microenvironnement tumoral chez les souris ayant reçu le vaccin par voie sous-cutanée (c.-à-d. injection d’une aiguille dans la peau).

Microscopie à balayage couleur des lymphocytes T.

Balayage en microscopie électronique couleur des lymphocytes T. Crédit : NIAID

Surnommée l’approche « vax-innée », l’équipe scientifique atteint un objectif important dans la recherche de vaccins plus efficaces pour l’immunothérapie contre le cancer. L’étude démontre que l’administration intraveineuse du vaccin permet et améliore l’immunité des lymphocytes T en surmontant l’activité immunosuppressive induite par la tumeur. Selon les chercheurs, le vaccin candidat peut également être administré par voie intraveineuse à des personnes ayant déjà reçu des lymphocytes T spécifiques de la tumeur comme traitement. Les chercheurs ont noté que le contrôle des tumeurs pourrait également être amélioré en augmentant le nombre de lymphocytes T et en modifiant le microenvironnement tumoral pour les faire mieux fonctionner.

SNAPvax, le nom du vaccin expérimental, a été conçu par Robert Ceder, MD, et ses collègues du NIAID Vaccine Research Center (VRC) ainsi que des collaborateurs de Vaccitech North America, une société biopharmaceutique au stade clinique à Baltimore, Maryland. Vaccitech a annoncé son intention de développer la plateforme SNAPvax pour une utilisation dans le traitement des cancers liés au papillomavirus humain (HPV) en 2023.

Référence : « La vaccination systémique induit CD8+ Cellules T et remodelage du microenvironnement tumoral » par Faiza Baharum, Ramiro A. Ramirez-Valdez, Ahad Khalil News, Shabnam Khalilnejad, Marlon Dillon, Dalton Hermans, Sloan Fossil, Kennedy KS Tobin, Charles Antoine Duterter, Jeffrey M. Leiner et Soren Muller , Florent Jennox, Andrew S. Ishizuka et Robert A. Sadir, 26 octobre 2022 Disponible ici. cellule.
DOI : 10.1016 / j.cell.2022.10.006

READ  Le premier scan de l'esprit mourant révèle les derniers instants - RT World News