Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Le pape François a honte que le clergé soit maltraité en France

Le pape François rencontre des fidèles lors de sa célébration publique hebdomadaire le 29 septembre 2021 à la salle Paul VI au Vatican. (Photo de Massimo Wallicia / Noorphoto via Getty Images)

Mercredi, le pape François s’est “insulté” ainsi que l’Église catholique romaine pour abus sexuels sur des enfants dans l’église. La France Il a admis avoir échoué à faire passer les besoins des victimes en premier.

Lors de sa visite régulière au Vatican, le pape a évoqué un rapport publié mardi indiquant qu’environ 330 000 enfants français avaient été maltraités par le clergé et d’autres responsables de l’église dans les années 1950.

“Malheureusement, il y en a un nombre considérable. Je voudrais exprimer mon chagrin et ma douleur aux victimes pour le traumatisme qu’elles ont subi”, a déclaré Francis. Il faut beaucoup de temps pour les mettre au centre des préoccupations de l’église. “

Il a appelé tous les évêques et chefs religieux à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir que “de tels drames ne se reproduisent plus”.

Le pape a fait face à un “test difficile” du clergé français pour son “soutien étroit et patriarcal” et a appelé les catholiques français à “s’assurer que l’église est un foyer sûr pour tous”.

Le président français Emmanuel Macron a adressé mercredi ses « pensées » aux victimes. “Derrière les chiffres et la situation horrible décrite, il y a des vies brisées”, a-t-il déclaré lors d’une conférence européenne en Slovénie.

“La vérité et l’indemnisation sont nécessaires”, a déclaré Macron, ajoutant qu’un travail devrait être fait pour utiliser les changements suggérés dans le rapport et mieux protéger les enfants.

READ  Jill Biden regarde le basket olympique avec le Français Macron

Le rapport indique que 3 000 catholiques et quelques autres personnes associées à l’Église catholique ont été victimes d’abus sexuels, donnant à la France son premier témoignage en fournissant le premier compte rendu d’un événement mondial. L’Église de France, comme tout autre pays, a dû faire face à des secrets honteux longtemps cachés.

Recevez des alertes d’actualités importantes sur Application gratuite d’actualités FOX5NY | Inscrivez-vous aux newsletters de Fox 5 | Téléchargez l’application Fox 5 Météo

Jean-Marc Chavez, le chef de la commission indépendante qui a publié les conclusions, a souligné mardi que les autorités catholiques avaient “systématiquement” dissimulé 70 ans d’abus.

Les victimes ont accueilli le document de 2 500 pages il y a longtemps et le président de la Conférence des évêques catholiques de France leur a présenté ses excuses.

Sur les 330 000 victimes, 216 000 ont été maltraitées par des prêtres et d’autres membres du clergé, et le reste provenait de personnalités religieuses telles que des chefs scouts et des conseillers de camp, selon le rapport. Ces estimations sont basées sur une étude approfondie des abus sexuels sur enfants en France par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale.

La Commission a condamné les « erreurs » de l’Église et l’a exhortée à prendre des mesures énergiques. L’Église catholique a demandé de l’aide pour indemniser les victimes, notamment dans des affaires très anciennes devant être poursuivies devant les tribunaux français.

Le porte-parole du Vatican, Matteo Bruni, a déclaré mardi que le pape François avait appris les conclusions du rapport “avec tristesse”.

READ  Une fresque mondiale a été créée pour laisser sa marque sur le naufrage français

“Ses pensées vont d’abord et avant tout aux victimes, profondément attristées par leurs blessures et reconnaissantes d’avoir parlé avec audace”, a déclaré Bruni.

En mai 2019, François a publié une nouvelle loi sur l’église exigeant que tous les prêtres et religieuses catholiques signalent aux autorités ecclésiastiques les dissimulations impliquant des abus sexuels sur le clergé et ses supérieurs. Il a déclaré en juin que chaque évêque devrait être tenu responsable de la « catastrophe » de la crise des abus sexuels.