Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Le Parlement européen se prononce sur les règles du gaz « vert » et du nucléaire

Le Parlement européen se prononce sur les règles du gaz « vert » et du nucléaire

  • Vote final de l’UE sur les règles d’investissement dans le gaz et le nucléaire
  • Les législateurs divisés sur l’étiquetage du carburant comme « vert »
  • La majorité des législateurs de l’UE auraient dû bloquer la loi

BRUXELLES (Reuters) – Le Parlement européen décidera mercredi s’il doit opposer son veto ou approuver une loi de l’UE classant les investissements dans les centrales à gaz et nucléaires comme respectueuses du climat, exposant de profonds désaccords entre les nations sur la manière de lutter contre le changement climatique.

Le Parlement décidera s’il y a lieu d’opposer son veto à la proposition de la Commission européenne d’ajouter les centrales à gaz et nucléaires à la « classification » de l’UE, une liste d’activités économiques que les investisseurs peuvent classer et commercialiser comme vertes dans l’UE.

Les responsables de l’UE s’attendent à un vote difficile. Au total, 353 législateurs – plus de la moitié des 705 parlementaires à pleine capacité – devraient rejeter les règles de l’UE. Le vote doit avoir lieu en personne, de sorte que le groupe de législateurs qui ont contracté le virus COVID-19 a encore resserré les sondages.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Le Parlement votera cet après-midi.

L’UE, avec son classement, vise à illustrer le monde trouble de l’investissement durable, en veillant à ce que tous les produits financiers qui font des déclarations respectueuses de l’environnement respectent des normes strictes.

« Il n’y aura pas d’écoblanchiment », a déclaré mardi la cheffe des services financiers de l’UE, Mered McGuinness.

Mais la controverse sur les règles du gaz et du nucléaire – qui a suspendu Bruxelles pendant un an et retravaillé plusieurs fois sous la pression des gouvernements et des industries – a mis les politiciens à couteaux tirés sur les carburants à stimuler, alors que l’Europe lutte pour atteindre les objectifs climatiques et sevrer lui-même du gaz russe. À la fois.

READ  Bailey dit que l'inflation "va être un peu cahoteuse" cette année

« Nous ne pouvons pas laisser cela se produire, sinon nous serons liés à l’énergie fossile longtemps après que nous aurions dû l’éliminer », a déclaré la législatrice Linnea Sogaard Liddell du groupe politique d’opposition Reigno.

L’énergie nucléaire est exempte d’émissions de dioxyde de carbone, mais elle produit des déchets radioactifs. Le gaz est un combustible fossile qui produit des émissions de réchauffement planétaire, mais certains pays de l’UE y voient un moyen d’échapper au charbon plus polluant.

Le législateur conservateur Pernell Weiss, un partisan, a averti que le fait de ne pas stimuler les investissements dans le gaz et le nucléaire « lierait l’UE au charbon et au pétrole » et rendrait difficile la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Les législateurs divergent également sur la manière dont la loi affectera les marchés financiers, certains avertissant que les projets gaziers et nucléaires pourraient faire face à des coûts d’investissement plus élevés s’ils se voyaient refuser le statut « vert ».

D’autres soulignent que la symbolique politique de la notation l’emporte largement sur l’impact qu’elle aura sur les investisseurs, car la loi n’interdit pas d’investir dans des activités sans label vert.

La France dépendante du nucléaire a fortement soutenu la proposition, aux côtés de pays pro-gaz comme la Pologne. Ses adversaires sont l’Allemagne, qui est anti-nucléaire, et le Danemark, qui dit qu’il n’est pas crédible de classer les gaz émetteurs de CO2 comme respectueux du climat.

Certains législateurs européens, les gouvernements autrichien et luxembourgeois et des défenseurs du climat ont menacé de poursuites judiciaires si la proposition de l’UE devenait loi. Lire la suite

(Reportage de Kate Abnet; Montage par John Chalmers et David Gregorio

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.