Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Le président français Macron soutient le retour de la F1

Le président français Macron soutient le retour de la F1

Le président français Emmanuel Macron a indiqué qu’il souhaitait que la Formule 1 revienne dans son pays, avec une course de rue à Nice comme candidate possible.

Le GP de France est revenu sur Circuit Ball en 2018 après une longue absence, mais son contrat n’a pas été renouvelé après l’événement de 2022 et il a été retiré du calendrier cette année.

Avant même que la disparition de Ricciardo ne soit confirmée, un événement de rue à Nice est apparu comme une alternative possible, même si certains observateurs pensaient que l’intérêt de la F1 était lié aux négociations en cours avec Monaco sur un nouveau contrat, qui ont maintenant été résolues.

Selon le journal Nice-matinLe maire de Nice, Christian Estrozzi, a récemment écrit à Macron pour lui demander son soutien et souligner l’importance du GP de France.

Il a répondu positivement et a confié à Estrozzi et au président de la FFSA Nicolas Deschaux la responsabilité de traiter avec F1 / Liberty Media et a commencé à explorer la possibilité de retirer la course, sans se déplacer vers un lieu spécifique. Les deux avaient déjà été impliqués dans l’obtention de l’événement au record de Paul.

Macron a écrit : « Soyez assuré que je partage pleinement votre ambition. En effet, comme vous le soulignez, nous pouvons renouer avec la F1 pour le bonheur de tous, tout comme les autres grands événements sportifs internationaux que notre pays organise chaque année.

« C’est un enjeu d’attractivité pour notre pays, du rayonnement de notre secteur automobile et de l’innovation pour accompagner la décarbonation de ce secteur. »

READ  Rugby des Six Nations | La France affronte Black Ferns en novembre

Il a ajouté: « Ensuite, vous pouvez étudier les différentes options de localisation possibles [in France]Identifier chacun son modèle économique, sa compatibilité avec nos engagements écologiques et sa contribution potentielle au développement régional et national.

« Dans ce contexte, vous vous concentrerez sur l’engagement des discussions avec les détenteurs de droits pour la F1. »

Un mélange de drapeaux français et néerlandais est agité à la fin de la course alors que Red Bull Racing RB18, le 1er placé Max Verstappen remporte la victoire.

Photo: Carl Bingham / Films de sport automobile

Les bonnes relations d’Estrosi en font un candidat évident, et il reste à voir quelles autres villes sont sérieusement envisagées.

Le soutien de Macron est notable, l’actuel patron de Paul Ricard, Jean Alessi, estimant que le lieu a disparu du calendrier en raison d’un manque de soutien politique.

« Le problème de la F1 en France n’est pas avec le circuit, c’est avec la politique », a-t-il déclaré à Motorsport.com.

« A part cette fois à Magny-Cours, c’est probablement le seul Grand Prix de F1 que le Président n’est pas venu voir. [Francois] Mitterrand était présent dans le cadre de son désir politique d’avoir une race.

« Depuis lors, ce n’est jamais arrivé. Le problème n’est pas le circuit, le problème est la volonté du pays. Mon autre travail est celui d’ambassadeur de la F1, donc mon lien avec la F1 est direct – pas de bêtises – et ils sont très clairs sur ce.

Une source de la F1 a indiqué que l’organisation était ouverte à des discussions avec l’équipe de Macron sur la tenue de la course dans « un lieu français emblématique ».

READ  Trump témoigne au procès de New York : mises à jour en direct

Daniel Ricciardo manifeste dans les rues de Nice, France

Pendant ce temps, dans un article connexe mercredi, les responsables de la ville de Nice Côte d’Azur ont accepté de verser 5 millions d’euros au Comité d’intérêt public de l’organisation du GP de France pour rembourser une dette de 27 millions d’euros qu’elle avait contractée à la suite des événements du Paul Ricard.

Cette décision n’a pas été sans controverse, d’autant plus qu’elle a précédé la publication d’un audit des opérations de l’organisation, qui est attendu à la fin du mois.

« Il n’est pas question de faire une avance de 5 millions alors qu’il y a d’éventuelles irrégularités », EELV [ecology] Le député Fabrice Decoupigny a déclaré à Nice-Matin.

« Ne votez pas sans savoir. Ils nous mettent un couteau sous la gorge, tandis que Christian Estrozzi augmente les tickets de tram de 70 % et arrête les subventions à l’électromobilité.

Un maire local a déclaré : « J’ai demandé une liste de débiteurs et je n’ai rien obtenu. Ensuite, l’avance permet de payer plus de 5 millions. C’est énorme au vu des efforts que nous demandons aux concitoyens qui paient impôts. Il a déjà augmenté.

Il est peu probable que la querelle aide les efforts futurs pour fournir un financement public à un projet de course de rue à Nice.

En savoir plus: