Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Le succès de l’Académie Mohamed VI témoigne de la dynamique du football marocain

Le succès de l’Académie Mohamed VI témoigne de la dynamique du football marocain

Le Maroc est entré dans l’histoire de la Coupe du monde Qatar 2022 en devenant la première équipe africaine à atteindre les demi-finales de la Coupe du monde. Et même si leur défaite contre la France a laissé les Marocains hors de la course au titre, ils devront encore se battre pour la troisième place contre la Croatie samedi. De nombreuses raisons expliquent ce succès sans précédent dans le football africain, mais celle qui passe généralement inaperçue et qui s’est révélée fondamentale pour le développement des joueurs marocains est l’Académie Mohammed VI de football.

Parmi les différents efforts promus par le roi du royaume alaouite, l’un des plus importants est la fondation de l’académie il y a 12 ans. Son excellent travail peut être vu dans des compétitions de haut niveau, comme la Coupe du monde. Certains des joueurs clés, comme Youssef Al-Nusairi de Séville, le joueur français d’Angers, Ezzedine Onahi – l’une des stars les plus en vue du tournoi, suivi par de grandes équipes européennes – ou Nayef Aghred, le joueur anglais de West Ham, sont des joueurs formés dans cette académie. Et qui dirige l’équipe des Lions de l’Atlas.

Le succès du football marocain au niveau international n’est pas le fruit du hasard. Rabat œuvre depuis des années pour élever le niveau de son sport, notamment le football. Ce travail a également été reconnu par la Fédération internationale des associations de football (FIFA), qui attribue une grande partie du succès à « l’intérêt de la Fédération marocaine de football pour les équipes masculines et féminines ». Il a également salué le travail que le Royaume accomplit « à court, moyen et long terme pour préparer l’avenir », évoquant notamment l’Académie Mohammed VI.

READ  Dodgers-Padres 2 a eu un super swing, une oie lâche et une vie après de longues balles: Weird & Wild sur LDS

La FIFA elle-même a souhaité mettre en valeur le complexe académique, qui dispose d’installations de premier ordre et est la clé du succès de toutes les catégories de l’équipe nationale marocaine de football. Le complexe Mohammed VI, inauguré en 2019 sur une superficie de 29 hectares, a vu un investissement de 630 millions de dirhams – un peu plus de 56 millions d’euros -. Les installations, qui répondent aux normes de la FIFA, comprennent des hébergements pour l’équipe nationale senior ainsi que pour les équipes U-23 et U-17, quatre terrains de football en gazon naturel, trois terrains en gazon artificiel, un terrain de futsal, etc.

Et en 2017, Mohammed VI a exposé la stratégie du royaume pour le développement du sport national. Son message lors de la discussion à Skhirat organisée par la Fédération Royale Marocaine de Football avec la Confédération Africaine de Football a clairement montré quelle était la voie à suivre et que cela ne pouvait se faire qu’à travers « Améliorer la qualité de la formation, développer les infrastructures, fournir des conditions pour accéder au monde du professionnalisme et renforcer les mécanismes de commercialisation du football africain. »

Une idée née il y a plus de dix ans avec l’inauguration de l’Académie Mohammed VI est devenue réalité, a déclaré Walid Rekragui, entraîneur de l’équipe nationale marocaine et l’un des hommes les plus marquants du football mondial. Après son expérience de joueur avec les Lions de l’Atlas, il estime que le Maroc devait « Créer son propre style en retrouvant la force qui faisait partie du pays. » Il affirme également qu’ils « montrent désormais au monde que le Maroc se développe et avance » dans le domaine du football. Et il n’y a pas de meilleure scène pour y parvenir que dans la prestigieuse compétition du football mondial.

READ  Les organisateurs de Wimbledon sont «satisfaits» des conditions du tribunal alors que Serena Williams et Adrian Mannarino ont eu du mal à glisser