Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

L’émissaire américain rencontre le vice-Premier ministre éthiopien pour tenter de relancer les efforts de trêve

ADDIS-ABEBA (Reuters) – Un envoyé spécial américain a rencontré jeudi le vice-Premier ministre éthiopien dans le but de relancer les pourparlers de cessez-le-feu, alors que le gouvernement a autorisé 369 camions de secours à pénétrer dans le Tigré, frappé par la famine, où les combats ont commencé il y a un an. .

Jeffrey Feltman et Olusegun Obasanjo, haut représentant de l’Union africaine pour la Corne de l’Afrique, sont arrivés jeudi en Éthiopie.

Les émissaires veulent que le gouvernement et les forces rebelles tigréennes et leurs alliés déclarent un cessez-le-feu inconditionnel et permettent à l’aide humanitaire d’atteindre les zones touchées par les combats dans le nord de l’Éthiopie.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à reuters.com

Feltman a ensuite rencontré le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Demeki Mekonnen. « Au cours de leurs discussions, Demeke a révélé que les vols humanitaires étaient autorisés à destination de Lalibela et Kombolcha, ainsi que 369 camions d’assistance autorisés à entrer dans le Tigré », a déclaré le service de communication de l’État sur Twitter.

Les forces tigréennes disent qu’elles contrôlent Lalibela et Kombolcha à Amhara, et se sont également déplacées dans certaines parties de la région Afar. La prévalence de la faim a été rapportée dans les deux cas.

Environ 400 000 personnes vivraient dans des conditions de famine dans le Tigré, où les Nations unies ont déclaré jeudi qu’elles n’étaient pas en mesure de livrer de la nourriture depuis un mois. Le rapport de l’organisation a déclaré que la plupart des mères enceintes et allaitantes souffrent de malnutrition sévère.

READ  Turquie : des inondations massives balayent la région de la mer Noire, faisant 17 morts

Le gouvernement nie les accusations des responsables de l’ONU selon lesquelles il impose un blocus effectif.

Les dirigeants du Front populaire de libération du Tigré souhaitent que le Premier ministre Abiy Ahmed démissionne et que l’aide humanitaire entre dans le Tigré. Le gouvernement veut que les forces tigréennes se retirent des terres qu’elles ont capturées dans les régions voisines.

L’Éthiopie a déclaré le 2 novembre l’état d’urgence alors que les combats se sont étendus vers le sud, vers la capitale.

Le Front de libération du Tigré a publiquement émis l’hypothèse que les forces tigréennes pourraient être en route pour Addis-Abeba, mais des combats plus intenses ont été signalés alors qu’il se dirige vers l’est pour tenter de contrôler la route reliant l’Éthiopie enclavée au port de Djibouti.

La porte-parole du gouvernement Legisi Tulu et le porte-parole du TPLF Getachew Reda n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Un haut responsable du département d’État a déclaré aux journalistes que les entretiens au Kenya entre le secrétaire d’État américain Anthony Blinken et le président Uhuru Kenyatta se sont concentrés sur « comment combiner les différents efforts » des États-Unis, de l’Union africaine et d’autres médiateurs.

Le responsable a déclaré que Kenyatta, qui était à Addis-Abeba dimanche, a indiqué qu’Abiy était « plus disposé que par le passé à bénéficier des efforts diplomatiques ».

Mercredi, le pays nommé Éthiopie Comité des droits Il a déclaré que certains droits humains n’avaient pas été respectés pendant l’état d’urgence et que des milliers de personnes avaient été arrêtées.

Lemy Tessema, chef de la commission d’enquête de sept membres, a déclaré jeudi aux journalistes qu’une commission d’enquête composée de sept parlementaires visiterait les détenus, enquêterait sur leur caractère raciste et ferait des recommandations.

READ  L'équipe féminine américaine a battu la Suède lors du match d'ouverture de Tokyo 2020

Le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, a déclaré que six membres du personnel de l’ONU qui étaient détenus depuis la proclamation de l’état d’urgence ont été libérés, tandis que cinq membres du personnel de l’ONU et un membre de leur famille sont toujours en détention. Il a indiqué que le dernier chauffeur routier de plus de 70 chauffeurs routiers sous contrat avec les Nations Unies et détenu par les autorités a été libéré cette semaine.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à reuters.com

(Rapport de la salle de rédaction d’Addis-Abeba) Reportage supplémentaire de Michael Nichols. Montage par Giles Elgood et Catherine Evans

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.