Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Les démocraties ne peuvent pas prendre trop de drame

Les démocraties ne peuvent pas prendre trop de drame

L’auteur est rédacteur en chef du Financial Times, président du Center for Liberal Strategies, Sophia, et membre de l’IWM Vienne.

qu’il « la lutte conclusionDans de nombreuses démocraties à travers le monde aujourd’hui.

La phrase mémorable sur « la dernière lutte » du vieil hymne socialiste « L’Internationale » est un refrain approprié pour une grande partie de la politique démocratique contemporaine.

Dans le cadre de sa campagne présidentielle de 2024, Donald Trump a déclaré à ses partisans qu’ils étaient confrontés à un choix difficile – soit assurer la victoire, soit « notre pays sera perdu à jamais ». Il a dit que c’était la « dernière bataille ».

Un cri similaire peut être entendu à Paris, où des centaines de milliers de personnes manifestent, depuis des semaines, contre la détermination du président Emmanuel Macron de relever l’âge de la retraite de 62 à 64 ans. Il contrôle.

C’est aussi la « dernière lutte » en Israël, car un grand nombre d’Israéliens sont déterminés à empêcher le gouvernement de droite de Benjamin Netanyahu de réformer – ou, selon eux, de subjuguer – le système judiciaire. Et c’est maintenant ou jamais en Turquie aussi, où les prochaines élections opposeront l’autocrate Recep Tayyip Erdogan à l’opposition démocrate.

Mais est-ce le fait que les participants à ces rassemblements et manifestations, malgré leur réelle conviction, n’ont rien à perdre ?

Après avoir voté lors des cinquièmes élections législatives bulgares en deux ans dimanche dernier (sans encore aucune garantie de formation d’un gouvernement), je me suis demandé si ce zèle pour sauver la démocratie correspondait réellement aux actes de gouvernance dans les pays démocratiques. La démocratie peut-elle réussir si la majorité des citoyens croient que perdre une élection signifie perdre son pays ?

READ  Apple dit aux employés qu'ils peuvent parler de combien ils gagnent

Le penseur français du XIXe siècle Alexis de Tocqueville a été l’un des premiers à suggérer que la politique démocratique avait besoin de drame. Mais la démocratie doit aussi être dédramatique.

Le lendemain de l’élection, tout sombre et sombre, Sturm et Drang, alors qu’une partie de la campagne disparaît soudainement, les problèmes commencent à sembler résolubles et le monde revient comme par magie à la normale. Une démocratie qui fonctionne nécessite la formation d’acteurs politiques plus comme Bertolt Brecht que Konstantin Stanislavsky. Cela signifie qu’ils doivent pouvoir prendre leurs distances dans leur campagne.

Malheureusement, la magie du retour à la vie normale après les élections semble s’être perdue. La politique démocratique d’aujourd’hui est consumée par un sentiment d’extrême urgence, dans lequel il n’y a pas de place pour le compromis. C’est la politique comme lutte entre deux fantasmes de fin du monde.

A gauche, les militants du climat pensent que si nous n’agissons pas maintenant, sinon après-demain, il n’y aura pas de vie humaine sur Terre. Pour sa part, le serment initial n’était pas motivé par la peur de la fin de la vie en soi, mais par la peur que notre « mode de vie » touche à sa fin.

Tous deux partagent le sentiment que nous sommes engagés dans la « lutte ultime ». Et tandis que certaines des préoccupations des deux parties sont très réelles et nécessitent une action sociétale urgente, le radicalisme est devenu le moyen par défaut de faire face à la complexité et à la confusion.

Le problème est que la démocratie ne peut réussir ni lorsque les enjeux sont trop faibles ni trop élevés. La démocratie perd sa crédibilité lorsque le gouvernement change et que rien d’autre ne se passe. Mais il perd aussi sa retenue quand un changement de gouvernement change tout.

READ  Un client achète deux baguettes pour 500 € pour aider la boulangerie française en difficulté

Dans une démocratie, les perdants des élections s’avouent vaincus d’abord parce que perdre ne veut pas dire perdre grand-chose — et, de toute façon, la prochaine élection n’est pas si loin.

L’art de la démocratie est de laisser l’avenir ouvert. La fonction des élections est de transformer la folie en raison et de traduire les émotions en intérêts. Le vote donne à chaque citoyen une voix mais lui refuse la capacité de représenter la force de ses convictions. Le vote du fanatique pour qui les élections sont une question de vie ou de mort, et le vote du citoyen qui sait à peine pour qui vous votez ou pourquoi, ont le même poids.

Il en résulte que voter a un double caractère : il permet de se substituer au pouvoir, nous protégeant ainsi d’une situation d’oppression excessive ; Mais il contrôle aussi les émotions et nous défend contre le citoyen trop articulé. Idéalement, la démocratie rend l’apathique intéressé par la vie publique, tout en pacifiant la passion du fanatique.

Lorsque les élections ne sont que des carnavals d’émotions, une gouvernance efficace est impossible. Et s’il est vrai que nous vivons une époque turbulente et que la pression pour une action radicale est réelle »,C’est la lutte finaleC’est le mauvais refrain.