Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Les dirigeants afghans de la vallée de Banjshir rejettent les talibans, le gouvernement inclusif

Mohammad Zahir Akbar, ambassadeur d’Afghanistan au Tadjikistan, a déclaré qu’il y aurait « la paix et la stabilité » en Afghanistan.

M. Saleh a déclaré que le groupe « croyait en un véritable processus de paix, qui n’existe pas actuellement ».

« Si les talibans sont prêts pour des discussions significatives, nous nous en réjouirons », a-t-il déclaré. « S’ils insistent sur la victoire militaire, ils lisent bien l’histoire de l’Afghanistan.

Vallée de Punchshir Faits saillants de cette histoire.

La vallée profonde et étroite à l’embouchure de la vallée a été conçue comme une barrière et une embuscade, et la vallée n’était pas seulement contre les talibans dans les années 1990, mais aussi contre les Soviétiques dans les années 1980. Les premiers Américains à entrer en Afghanistan en septembre 2001, une petite équipe de la Central Intelligence Agency, se sont rendus au Panjshir pour défendre l’Alliance du Nord en tant qu’allié.

READ  La chanteuse d'opéra française propose la livraison à domicile

M. Saleh a déclaré qu’il avait échappé à « deux attaques et une embuscade » par des militants talibans lors de sa visite à Banjshir dimanche.

M. Saleh, qui était auparavant directeur du service de sécurité nationale afghan, a été interrogé sur la taille de la force au Pendjab.

« Mais nous sommes au courant de la situation et ordonnons les choses », a-t-il déclaré, ajoutant que son groupe avait été en contact avec d’autres dirigeants afghans qui ont combattu les talibans il y a 20 ans, mais ne les a pas nommés.

Cependant, quelle que soit l’aide qui peut venir de l’étranger ou la poursuite continue du gouvernement de M. en vertu de la Constitution de l’Afghanistan.

Acheté au moins un emplacement : ambassade afghane au Tadjikistan. Dans les salles de réunion tapissées du bâtiment, dans une rue poussiéreuse et remplie de taxis de Douchanbé, des photos de M. Connie descendent et M. Saleh monte les escaliers.

Fournaise Fasihi Contribution au reportage de New York.