Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Les dirigeants de la défense de la CEDEAO s’accordent sur le « jour J » pour une intervention militaire au Niger |  nouvelles militaires

Les dirigeants de la défense de la CEDEAO s’accordent sur le « jour J » pour une intervention militaire au Niger | nouvelles militaires

Le bloc ouest-africain accepte d’activer la force de réserve en dernier recours si les efforts diplomatiques échouent après le coup d’État au Niger.

Le principal bloc ouest-africain a convenu d’un « Jour de la victoire » pour une éventuelle intervention militaire afin de restaurer la démocratie au Niger après que les généraux ont renversé et détenu le président Mohamed Bazoum le mois dernier.

Un haut responsable de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a déclaré vendredi qu’il avait accepté d’activer la force en attente en dernier recours si les efforts diplomatiques échouaient.

« Nous sommes prêts à partir à tout moment », a déclaré le commissaire aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité de la CEDEAO, Abdelfatou Musa, lors de la cérémonie de clôture d’une réunion de deux jours des chefs de l’armée ouest-africaine dans la capitale ghanéenne, Accra.

« Le jour J a également été décidé. Nous avons déjà convenu et affiné ce qui est requis pour l’intervention », a-t-il déclaré, soulignant que la CEDEAO cherche toujours un engagement pacifique avec les chefs militaires au Niger.

« Au moment où nous parlons, nous sommes toujours prêts [a] mission de médiation dans le pays, nous n’avons donc fermé aucune porte.

Les chefs de la défense se sont réunis pour peaufiner les détails d’une éventuelle opération militaire visant à reprendre Bazoum si les négociations en cours avec les putschistes échouaient.

« Personne ne devrait douter que si tout le reste échoue, les vaillantes forces en Afrique de l’Ouest, tant militaires que civiles, sont prêtes à répondre à l’appel du devoir », a déclaré Moussa.

READ  L'ancien ministre des Maldives fait l'éloge des liens séculaires avec l'Inde

Les officiers militaires ont limogé Bazoum le 26 juillet, défiant les appels des Nations Unies, de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest et d’autres à le réintégrer.

Un responsable du bloc a déclaré jeudi que la plupart des 15 États membres de la CEDEAO étaient disposés à contribuer à la force conjointe, à l’exception du Cap-Vert et de ceux également sous régime militaire, à savoir le Mali, le Burkina Faso et la Guinée.

Bazoum, dont l’élection en 2021 a marqué un tournant dans l’histoire mouvementée du Niger, est détenu avec sa famille à la résidence officielle du président depuis le coup d’État, et l’inquiétude internationale grandit quant à ses conditions de détention.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest a de mauvais antécédents en matière d’arrêt des coups d’État effrénés dans la région. Le Burkina Faso et le Mali voisins en ont chacun obtenu deux en l’espace de trois ans.

La communauté internationale et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest considéraient le coup d’État au Niger comme un coup de trop. En plus de menacer d’une invasion militaire, le bloc a imposé des sanctions économiques et de voyage.

Mais au fil du temps sans action militaire et sans négociations, les chefs militaires nigériens sont devenus fermement au pouvoir, laissant la CEDEAO avec peu d’options.

Tout recours à la force déstabiliserait davantage la région appauvrie du Sahel en Afrique de l’Ouest, qui est déjà enfermée dans une bataille de dix ans avec des groupes armés.

Le Niger a également une importance stratégique en dehors de l’Afrique de l’Ouest en raison de ses réserves d’uranium et de pétrole et de son rôle de plaque tournante pour les forces étrangères engagées dans la lutte contre les groupes armés liés à al-Qaïda et à l’Etat islamique.

READ  Le Canada prévoit de se débarrasser de 13,6 millions de doses du vaccin contre le coronavirus