Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Les États-Unis, la Russie, la Chine, la France et la Corée du Sud sont en compétition pour construire la première centrale nucléaire du Ghana.

Les États-Unis, la Russie, la Chine, la France et la Corée du Sud sont en compétition pour construire la première centrale nucléaire du Ghana.

Le Ghana sélectionnera d’ici décembre une entreprise pour construire sa première centrale nucléaire, avec des soumissionnaires parmi lesquels le français EDF, les américains NuScale Power et Regnum Technology Group et la China National Nuclear Corporation. Reuters mentionné.

Le sud-coréen KEPCO et sa filiale Korea Hydropower, ainsi que le russe Rosatom, sont également en compétition pour le contrat, a déclaré Robert Sogbadji, directeur adjoint de l’énergie en charge du nucléaire et des énergies alternatives.

« La sélection finale sera approuvée par le Cabinet. Il pourrait s’agir d’un fournisseur ou de deux pays ; cela dépendra du modèle financier et des détails techniques. » dit Sogbadji.

Le Ghana a commencé à construire une centrale nucléaire dans les années 1960, mais le processus a déraillé à cause d’un coup d’État. Le plan a été relancé en 2006 avec l’aide de l’Agence internationale de l’énergie atomique, à la suite d’une crise électrique dévastatrice cette année-là.

Le Ghana fait partie des nombreux pays d’Afrique de l’Ouest qui se tournent vers l’énergie nucléaire comme source d’énergie à faible émission de carbone pour élargir l’accès à l’électricité sur un continent où plus de 600 millions de personnes en sont encore dépourvues.

Le Burkina Faso et l’Ouganda ont signé des accords avec la Russie et la Chine pour construire leurs premières centrales nucléaires, tandis que le Kenya, le Maroc et la Namibie s’efforcent également d’intégrer l’énergie nucléaire dans leurs réseaux électriques.

L’Afrique du Sud, qui exploite la seule centrale nucléaire du continent, prévoit d’ajouter 2 500 mégawatts de capacité nucléaire pour faire face à de graves pénuries d’énergie. Sogbadji a déclaré que le Ghana vise à ajouter environ 1 000 mégawatts d’énergie nucléaire au mix électrique d’ici 2034.

Le Ghana est actuellement confronté à des pannes de courant et dispose d’une capacité installée de 5 454 mégawatts, dont 4 483 mégawatts sont disponibles, selon son autorité de régulation de l’énergie.

READ  48 personnes interpellées en raison des incendies de forêt en été en France