Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Les marchands ouzbeks apprennent à traiter avec les talibans

Alors que les camions arrivent dans des rafales de poussière dans un centre logistique de la ville de Tarmiz, dans le sud de l’Ouzbékistan, les chauffeurs résidents échangent des plaintes sur les souffrances du commerce depuis que les talibans ont pris le pouvoir à proximité.

« Avant, notre voyage aller-retour durait trois jours, maintenant nous y sommes pour une semaine », a déclaré Rafik Khojakov, un Ouzbek qui livre régulièrement des haricots à la ville afghane de Mazar-i-Sharif et retourne des pommes de terre.

« Leurs gens ne savent pas comment faire fonctionner les ordinateurs ! »

Khojakov a déclaré que les talibans avaient réprimé la corruption aux frontières, mais que les entreprises et les chauffeurs perdent de l’argent en raison de longs retards.

« Ils se vérifient et se revérifient. C’est devenu très difficile », a déclaré Mochtaka, dans un écho repris par de nombreux autres commerçants du centre.

Plus de deux mois après la prise du pouvoir par les talibans en Afghanistan, les commerçants frontaliers du sud de l’Ouzbékistan découvrent néanmoins qu’il est possible – si compliqué – de traiter avec des militants religieux.

Avant que les talibans ne prennent le pouvoir, Kaboul et Tachkent prévoyaient d’augmenter le commerce bilatéral à 2 milliards de dollars d’ici 2023. VYACHESLAV OSELEDKO AFP

L’Ouzbékistan enclavé, qui abritait autrefois les forces de la coalition dirigée par les États-Unis qui ont chassé les talibans, a adopté une première approche commerciale avec le groupe, avec des entreprises de l’ancienne république soviétique d’Asie centrale à la recherche d’une route vers les ports du Pakistan et de l’Iran.

Au centre de cet effort se trouve le Coding Shipping Center, une plateforme logistique ouverte il y a cinq ans pour coordonner le commerce transfrontalier, en particulier vers Mazar-i-Sharif, à 60 kilomètres (40 miles) dans le nord de l’Afghanistan.

READ  Axa en France se remet de la pandémie alors que l'unité XL tourne au profit

nouveaux défis

Le commerce avec l’Afghanistan a toujours été difficile, mais les propriétaires d’entreprise de Tarmoz ont déclaré que la prise de pouvoir des talibans présentait une nouvelle série de défis.

L’un des propriétaires de l’entreprise a déclaré à l’AFP que ses coûts avaient augmenté parce que ses chauffeurs – tous des ressortissants afghans avec des visas ouzbeks – refusaient de franchir le poste frontière afghan à Heratan, craignant de ne pas pouvoir rentrer.

Cela signifie que son entreprise doit payer différents chauffeurs de l’autre côté pour les voyages à venir, a expliqué l’homme d’affaires, qui n’a donné son prénom qu’Ahmed en raison des inquiétudes concernant ses proches vivant en Afghanistan.

Les talibans ont réprimé la corruption, mais les longs retards coûtent aux entreprises et aux conducteurs
Les talibans ont réprimé la corruption, mais les longs retards coûtent aux entreprises et aux conducteurs Adjoint Kawthar Agence France-Presse

« Je ne vois rien de bon à ce que ce groupe arrive au pouvoir », a déclaré Ahmed, un ressortissant russe d’origine afghane.

Du côté afghan du « pont de l’amitié » qui enjambe la rivière Amou-Daria, le chef des douanes du gouvernement taliban à Heratan a nié les allégations de retards.

« Il n’y a rien de tel. Tous les hommes d’affaires sont satisfaits… Ils sont plus heureux qu’ils ne l’étaient sous le gouvernement précédent. Les marchandises passent les douanes plus rapidement », a déclaré Abdul Sattar Rashid.

Pour l’Afghanistan, Heratan « est le premier ou le deuxième plus important (passage frontalier) en termes de revenus », a déclaré Rashid, un matin, lorsque des journalistes de l’AFP ont vu plusieurs camions et deux trains, tirant chacun une trentaine de wagons, passer sur le pont.

READ  Le transformateur de viande d'Omaha rappelle 295 000 livres de bœuf cru en raison d'une possible contamination par E. coli

Le volume du commerce bilatéral entre l’Ouzbékistan et l’Afghanistan a atteint 776 millions de dollars en 2020, soit une augmentation d’un quart par rapport à l’année précédente.

Avant que les talibans ne prennent le pouvoir, Kaboul et Tachkent prévoyaient de porter ce montant à 2 milliards de dollars d’ici 2023.

– Formé sur le territoire des talibans ? –

Un projet de chemin de fer de Mazar-i-Sharif à la ville pakistanaise de Peshawar via Kaboul était en cours, ce qui ouvrirait des perspectives pour le transport de marchandises en vrac comme le charbon.

Mais la construction prendra des années et il sera probablement difficile d’obtenir un financement pour le projet étant donné l’isolement international des talibans.

Les autorités ouzbèkes n'ont pas reconnu le nouveau gouvernement afghan malgré les relations chaleureuses
Les autorités ouzbèkes n’ont pas reconnu le nouveau gouvernement afghan malgré les relations chaleureuses VYACHESLAV OSELEDKO AFP

Noder Jalilov, responsable du Markaz Cargo Center, est convaincu qu’il existe encore de bonnes perspectives pour le centre, qui a reçu trois cargaisons d’aide humanitaire à destination de Mazar au début du mois.

« Notre centre a un grand avenir en termes de transit du commerce (Afghanistan) vers des ports au Pakistan comme Gwadar et Karachi », a-t-il déclaré à l’AFP.

« Bien sûr, le mot (Afghanistan) fait toujours peur aux hommes d’affaires. »

Le chemin de fer était l’un des nombreux sujets abordés lors des pourparlers de codage de la mi-octobre entre une délégation talibane et les autorités ouzbèkes, qui, malgré des relations chaleureuses, n’ont pas reconnu le nouveau gouvernement.

Un autre exemple est l’électricité, qui, selon l’Ouzbékistan, continuera de fournir l’Afghanistan malgré le fait que les autorités à court d’argent ne l’ont pas payée.

READ  La Tesla Model X mise à jour avec un superbe intérieur est livrée aux clients [video]

Amrolo Saadullah, un homme d’affaires afghan charismatique qui a déménagé en Ouzbékistan dans les années 1990 et est maintenant un partenaire commercial du centre, est venu travailler les yeux absents après être resté éveillé jusqu’au petit matin et avoir bu le thé avec la délégation curieuse.

« Que veulent-ils savoir ? Tout ! Comment vivent les gens ici, ce que l’Afghanistan peut acheter et ce que l’Afghanistan peut vendre », a-t-il dit, rejetant ses opinions personnelles sur les talibans et leurs politiques comme étant sans importance.

Ces dernières années, de plus en plus d'Afghans ont commencé à s'installer à Tarmiz, une paisible ville frontalière ouzbèke d'environ 200 000 habitants.
Ces dernières années, de plus en plus d’Afghans ont commencé à s’installer à Tarmiz, une paisible ville frontalière ouzbèke d’environ 200 000 habitants. Adjoint Kawthar Agence France-Presse

Saadullah, qui a prédit un avenir radieux pour la ville endormie de 200 000 habitants, a déclaré ces dernières années que de plus en plus d’Afghans ont commencé à créer des magasins de codage.

« Quand vous reviendrez coder dans cinq ans, vous ne le reconnaîtrez pas ! » J’ai promis.