Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Les scientifiques ont découvert des types de microbes intestinaux qui peuvent stimuler la motivation à faire de l’exercice

Les scientifiques ont découvert des types de microbes intestinaux qui peuvent stimuler la motivation à faire de l’exercice

Si la voie intestin-cerveau trouvée chez la souris existe également chez l’homme, elle pourrait être utilisée comme un moyen efficace d’améliorer l’exercice et de promouvoir une meilleure santé globale.

Des chercheurs ont découvert une voie intestin-cerveau chez la souris qui augmente les performances physiques.

Selon une étude publiée dans la natureDirigé par des chercheurs de la Perelman School of Medicine Université de PennsylvanieCertains types de bactéries intestinales peuvent activer les nerfs de l’intestin pour augmenter la motivation à faire de l’exercice. L’étude chez la souris a identifié une voie de l’intestin au cerveau qui explique comment ces bactéries peuvent améliorer les performances physiques.

L’étude a révélé que les différences de performances de course parmi un groupe de souris de laboratoire étaient principalement causées par la présence de certaines espèces bactériennes dans l’intestin des souris les plus performantes. Les chercheurs ont déterminé que cet effet est lié à de petites molécules appelées métabolites que ces bactéries produisent. Ces métabolites activent les nerfs sensoriels dans l’intestin, qui à leur tour augmentent l’activité dans la zone du cerveau qui contrôle la motivation pendant l’exercice.

« Si nous pouvons confirmer qu’une voie similaire existe chez l’homme, cela pourrait fournir un moyen efficace d’augmenter les niveaux d’exercice des gens pour améliorer leur santé globale », a déclaré l’auteur principal de l’étude, Christoph Theiss, PhD, professeur adjoint de microbiologie. Dans Penn Medicine.

Theis et ses collègues ont mis en place l’étude pour examiner globalement les facteurs qui déterminent la performance physique. Ils ont séquencé les génomes, les types de bactéries intestinales, les métabolites sanguins et d’autres données de souris génétiquement diverses. Ils ont ensuite mesuré la quantité de roues volontaires quotidiennes des animaux, ainsi que leur endurance.

Les chercheurs ont analysé ces données à l’aide de l’apprentissage automatique, en recherchant les caractéristiques des souris qui pourraient le mieux expliquer les différences significatives entre les individus en matière de performances de course. Ils ont été surpris de constater que les gènes ne semblent expliquer qu’une petite partie de ces différences de performances, alors que les différences dans les populations de bactéries intestinales semblent être exponentiellement plus importantes. En fait, ils ont observé que donner aux souris un antibiotique à large spectre pour se débarrasser de leurs bactéries intestinales réduisait de près de moitié les performances de course des souris.

En fin de compte, au cours d’années de travail d’investigation scientifique impliquant plus d’une douzaine de laboratoires distincts en Pennsylvanie et ailleurs, les chercheurs ont découvert que deux types de bactéries étaient étroitement associées à de meilleures performances, Eubactérie du rectum Et Coprococcus eutactusproduit des métabolites connus sous le nom de liposomes[{ » attribute= » »>acid amides (FAAs). The latter stimulates receptors called CB1 endocannabinoid receptors on gut-embedded sensory nerves, which connect to the brain via the spine. The stimulation of these CB1 receptor-studded nerves causes an increase in levels of the neurotransmitter dopamine during exercise, in a brain region called the ventral striatum.

The striatum is a critical node in the brain’s reward and motivation network. The researchers concluded that the extra dopamine in this region during exercise boosts performance by reinforcing the desire to exercise.

“This gut-to-brain motivation pathway might have evolved to connect nutrient availability and the state of the gut bacterial population to the readiness to engage in prolonged physical activity,” said study co-author, J. Nicholas Betley, Ph.D., an associate professor of Biology at the University of Pennsylvania’s School of Arts and Sciences. “This line of research could develop into a whole new branch of exercise physiology.”

The findings open up many new avenues of scientific investigation. For example, there was evidence from the experiments that the better-performing mice experienced a more intense “runner’s high”—measured in this case by a reduction in pain sensitivity—hinting that this well-known phenomenon is also at least partly controlled by gut bacteria. The team now plans further studies to confirm the existence of this gut-to-brain pathway in humans.

Apart from possibly offering cheap, safe, diet-based ways of getting ordinary people running and optimizing elite athletes’ performance, he added, the exploration of this pathway might also yield easier methods for modifying motivation and mood in settings such as addiction and depression.

Reference: “A microbiome-dependent gut–brain pathway regulates motivation for exercise” by Lenka Dohnalová, Patrick Lundgren, Jamie R. E. Carty, Nitsan Goldstein, Sebastian L. Wenski, Pakjira Nanudorn, Sirinthra Thiengmag, Kuei-Pin Huang, Lev Litichevskiy, Hélène C. Descamps, Karthikeyani Chellappa, Ana Glassman, Susanne Kessler, Jihee Kim, Timothy O. Cox, Oxana Dmitrieva-Posocco, Andrea C. Wong, Erik L. Allman, Soumita Ghosh, Nitika Sharma, Kasturi Sengupta, Belinda Cornes, Nitai Dean, Gary A. Churchill, Tejvir S. Khurana, Mark A. Sellmyer, Garret A. FitzGerald, Andrew D. Patterson, Joseph A. Baur, Amber L. Alhadeff, Eric J. N. Helfrich, Maayan Levy, J. Nicholas Betley and Christoph A. Thaiss, 14 December 2022, Nature.
DOI: 10.1038/s41586-022-05525-z

The study was funded by the National Institutes of Health, the Pew Charitable Trust, the Edward Mallinckrodt, Jr. Foundation, the Agilent Early Career Professor Award, the Global Probiotics Council, the IDSA Foundation, the Thyssen Foundation, the Human Frontier Science Program, and Penn Medicine, including the Dean’s Innovation Fund.

READ  « Sans précédent » : le dioxyde de carbone augmente à un rythme dix fois plus rapide qu’à aucun autre moment de l’histoire.