Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Les talibans empêchent les femmes afghanes d’aller à l’université : NPR

Les talibans empêchent les femmes afghanes d’aller à l’université : NPR

Des étudiants afghans font la queue à l’une des portes de l’Université de Kaboul à Kaboul, en Afghanistan, le 26 février. Un porte-parole du gouvernement taliban a déclaré mardi que les femmes sont interdites d’accès aux universités privées et publiques en Afghanistan jusqu’à nouvel ordre.

Hussein Mulla/AFP


Masquer la légende

Changer de légende

Hussein Al-Mulla/AFP

Des étudiants afghans font la queue à l’une des portes de l’Université de Kaboul à Kaboul, en Afghanistan, le 26 février. Un porte-parole du gouvernement taliban a déclaré mardi que les femmes sont interdites d’accès aux universités privées et publiques en Afghanistan jusqu’à nouvel ordre.

Hussein Mulla/AFP

Kaboul, Afghanistan – Les étudiantes ont été interdites de fréquenter les universités privées et publiques en Afghanistan immédiatement et jusqu’à nouvel ordre, a déclaré mardi un porte-parole du gouvernement taliban dans le dernier décret exigeant les droits et libertés des femmes.

Bien qu’ils aient initialement promis une gouvernance plus modérée et respectueuse des droits des femmes et des minorités, les talibans ont largement appliqué leur interprétation stricte de la loi islamique.

ils ont Les filles ont été bannies du collège et du lycéeet a restreint l’accès des femmes à la plupart des emplois et leur a ordonné de le faire S’habiller de la tête aux pieds en public. les femmes aussi Banni des parcs et des gymnases.

Une coalition dirigée par les États-Unis a renversé les talibans en 2001 pour avoir hébergé le chef d’Al-Qaïda Oussama ben Laden et est revenu au pouvoir après le départ chaotique de l’Amérique l’année dernière.

READ  Kate Middleton, princesse de Galles : les agences de presse rappellent la photo, invoquant des craintes de manipulation

La décision a été annoncée après une réunion du gouvernement. Une lettre envoyée par le porte-parole du ministère de l’Enseignement supérieur, Ziaullah Hashmi, a exigé que les universités privées et publiques mettent en œuvre l’interdiction dès que possible et informent le ministère une fois l’interdiction mise en œuvre.

Hashmi a tweeté le message et confirmé son contenu dans une lettre à l’Associated Press, sans donner plus de détails.

Cette décision va certainement nuire aux efforts des talibans pour gagner la reconnaissance de donateurs internationaux potentiels à un moment où le pays est embourbé dans une crise humanitaire qui s’aggrave. La communauté internationale a exhorté les dirigeants talibans à rouvrir les écoles et à accorder aux femmes leur droit aux espaces publics.

L’interdiction de l’université intervient des semaines après que les filles afghanes se sont présentées aux examens de fin d’études secondaires, bien qu’elles aient été exclues des cours depuis que les talibans ont pris le contrôle du pays l’année dernière.

« Je ne peux pas réaliser mes rêves et mes espoirs. Tout disparaît sous mes yeux et je ne peux rien y faire », a déclaré un étudiant de troisième année en journalisme et communication à l’université de Nangarhar. Elle n’a pas voulu révéler son identité par crainte de représailles.

Elle a ajouté : « Est-ce un crime d’être une fille ? Si c’est le cas, j’aimerais ne pas être une fille. » « Mon père rêvait pour moi que sa fille devienne une journaliste talentueuse à l’avenir. C’est dévastateur maintenant. Alors, dites-moi, comment une personne se sentirait-elle dans cette situation ? »

READ  La France lance la répression en Nouvelle-Calédonie alors que des émeutes meurtrières font rage - POLITICO

Elle a ajouté qu’elle n’avait pas encore perdu espoir.

« Si Dieu le veut, je poursuivrai mes études de quelque manière que ce soit. Je commencerai à étudier en ligne. Si cela ne fonctionne pas, je devrai quitter le pays et aller dans un autre pays », a-t-elle déclaré.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a condamné cette décision, la qualifiant de « nouvelle promesse non tenue » par les talibans et d’étape « profondément troublante ».

« Il est difficile d’imaginer comment un pays peut se développer et relever tous les défis auxquels il est confronté sans la participation active des femmes et de l’éducation », a déclaré António Guterres.

Robert Wood, l’ambassadeur adjoint des États-Unis aux Nations Unies, a déclaré que les talibans ne peuvent pas s’attendre à être un membre légitime de la communauté internationale tant qu’ils ne respectent pas les droits de tous les Afghans.

Le siège de l’Afghanistan aux Nations unies est toujours occupé par le gouvernement précédent dirigé par l’ancien président Ashraf Ghani, malgré la demande des talibans de représenter le pays aux Nations unies, qui a récemment été à nouveau reportée.

Le chargé d’affaires afghan Naseer Ahmad Faiq aux Nations Unies a déclaré que la déclaration « représente une nouvelle violation des droits de l’homme les plus fondamentaux et universels de toute l’humanité ».