Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

L'interdiction par la France du port du hijab pour ses athlètes aux Jeux olympiques de 2024 a suscité une condamnation internationale

L'interdiction par la France du port du hijab pour ses athlètes aux Jeux olympiques de 2024 a suscité une condamnation internationale

Istanbul

La décision de la France d'interdire à ses athlètes de porter le hijab alors qu'elle se prépare à accueillir les premiers Jeux olympiques depuis 100 ans est la dernière d'une série de décisions gouvernementales qui ont suscité la condamnation arabe et internationale.

Le pays, où environ 10 % de ses 67 millions d'habitants sont musulmans, a une nouvelle fois attiré l'attention avec sa récente décision d'interdire à ses athlètes de porter le foulard islamique à partir du 26 juillet 2024, date de l'allumage de la flamme olympique.

La ministre française des Sports, Amélie O'Dea Castera, a annoncé, lors d'une émission télévisée, que les athlètes féminines de la délégation française ne pourront pas porter le hijab pendant les Jeux olympiques.

La décision a suscité de vives réactions et a une nouvelle fois déclenché un débat sur les violations des droits de l'homme.

Paris accueillera les Jeux olympiques d'été du 26 juillet au 11 août 2024.

diversité

La Fédération sportive de la solidarité islamique, regroupement des États membres de l’Organisation de la coopération islamique, a exprimé le 2 octobre sa « profonde préoccupation face à la récente décision du gouvernement d’interdire aux athlètes français de porter le hijab lors des prochains Jeux olympiques de Paris ». « 

La fédération a souligné dans son communiqué que « cette interdiction contredit les principes d’égalité, d’inclusivité et de respect de la diversité culturelle que défendent les JO ».

Cela est intervenu après que le Comité international olympique a déclaré le 29 septembre qu'« il n'y a aucune restriction sur le port du hijab ou de tout autre vêtement religieux ou culturel ».

READ  Les Colts d'Indianapolis excluent la star du RB Jonathan Taylor du match des Broncos de Denver avec une blessure à la cheville

L'ancien Premier ministre marocain Saadeddine El Othmani a salué la position du Comité international olympique.

Marta Hurtado, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, a exprimé des sentiments similaires.

« Personne ne devrait dicter à une femme ce qu'elle doit porter ou ne pas porter », a déclaré Hurtado dans un communiqué.

« Ces pratiques discriminatoires à l'encontre d'un groupe peuvent avoir des conséquences néfastes », a-t-elle ajouté.

Dans une critique indirecte de la position française, le secrétaire général de l'Union internationale des oulémas musulmans, Ali Al-Qaradaghi, a déclaré : « Les grandes villes britanniques ont placé dans leurs rues une statue d'une femme voilée… les gens rationnels comprennent le tissu. .» leur communauté et cherchent à respecter la confidentialité de leur identité.

Le secrétaire général de la délégation de la Fédération espagnole des organismes religieux islamiques à la ville marocaine de Ceuta, Idris Al-Wahabi, a déclaré que de telles décisions de la France « visent à provoquer les musulmans en général et les Marocains en particulier », notant que les Marocains représentent le plus grand groupe islamique de France.

Al-Wahabi a ajouté : « Nous travaillons en coordination avec l’Union et les instances islamiques présentes en France afin de nous opposer à de telles décisions. »

Colère sur les réseaux sociaux

Le rejet de la décision française ne s'est pas limité aux instances régionales et internationales et aux personnalités publiques, puisque les critiques et les dénonciations se sont répandues sur la plateforme de médias sociaux X.

L’écrivain et analyste politique Yasser Al-Zaatara a qualifié cette décision d’« hystérie » contre le hijab et de « démonstration de force contre les musulmans ».

READ  Jaylen Brown sort avec une entorse à la cheville. Les Celtics de Boston espèrent ne pas être blessés à long terme

Critiquant le président français Emmanuel Macron, Al-Zaatarah a salué la position du Comité international olympique, la considérant comme « une gifle envers Macron et le gang français de l'islamophobie ».

Il a ajouté : « Le président français combat le hijab en France sous prétexte qu'il est en contradiction avec la laïcité de l'État. Mohsen Al-Obaidi Al-Saffar a déclaré : « Mais il n'a aucun problème à assister à la messe célébrée par le Pape ».

Il a ajouté : « Le problème de Macron ne vient pas de la religion, mais de l’Islam en particulier. »

Abdul Hamid Al-Lingawi a déclaré : « La France a prouvé qu'elle est un pays raciste et qu'elle ne mérite pas d'accueillir les Jeux Olympiques. »

Abu Abdul Rahman Al-Mana a comparé la position de la France à celle des talibans afghans.

Il a ajouté : « La France et certains pays européens interdisent le hijab et le couvre-chef aux femmes musulmanes, tandis que les talibans obligent les femmes à porter le hijab et empêchent les femmes étrangères non couvertes de faire du tourisme ».

Postes précédents

La décision de la France d'interdire à ses athlètes féminines de porter le hijab n'est pas la première du genre, car elle a été précédée par une série de décisions qui, selon les musulmans français, visent à le restreindre.

En août dernier, le ministre français de l'Éducation, Gabriel Attal, a décidé d'interdire le port de l'abaya dans les écoles, un vêtement long et ample, semblable à une robe, porté par certaines femmes musulmanes et couvrant tout le corps, à l'exception du visage, des mains et des pieds. . Affirmant qu’il s’agit « d’un uniforme islamique qui viole les lois et règlements de l’État ».

READ  Les Mets vont prendre l'option de Carlos Carrasco

Cette décision s'inscrit dans une série de décisions rendues depuis 2004, lorsqu'une loi a été promulguée interdisant le port de signes religieux dans les écoles publiques.

Le 7 septembre, le Conseil d'État, plus haute juridiction de France, a annoncé son soutien à la légalité de la décision d'interdire l'abaya dans les écoles.

En juin dernier, le Conseil a soutenu la décision de la Fédération française de football d’interdire le port du hijab lors de ses compétitions.

Le site Internet de l'Agence Anadolu ne contient qu'une partie des informations fournies aux abonnés du système de diffusion d'informations AA (HAS), sous forme abrégée. Veuillez nous contacter pour les options d'abonnement.