Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

L’ouverture du Festival du court métrage de Téhéran, avec son premier tournage aux Oscars

émis en :

Téhéran (AFP)

Le jury du festival comprend des membres de la République islamique ainsi que de l’Italie, du Japon, de la France et de l’Autriche.

Maintenant dans sa 38e édition et jusqu’à dimanche, le festival a obtenu cette année la qualification de porte d’entrée du spectacle annuel des Hollywood Awards.

L’Académie américaine des arts et des sciences du cinéma a confirmé que l’événement avait été « ajouté en tant que festival de qualification dans les catégories de courts métrages cette année ». C’est actuellement le seul festival éligible en Iran.

La désignation est intervenue malgré de fortes tensions entre Washington et Téhéran, qui n’ont pas eu de relations diplomatiques depuis 1979, avant le début du festival.

La candidature de cette année coïncide également avec les efforts visant à reprendre les négociations sur la relance de l’accord nucléaire iranien de 2015 avec les États-Unis et d’autres puissances mondiales, dans le but de mettre fin au régime de sanctions sévères.

« Je suis heureux et fier que notre festival se soit qualifié », a déclaré à l’AFP le responsable de l’événement, Sadeq Mousavi.

« C’est un énorme succès pour la diplomatie culturelle », a-t-il déclaré avec un sourire. « Nous pensons que la culture et l’art peuvent avoir plus de prestige que la politique. »

Le porte-parole du festival, Mansour Jahani, a déclaré que le festival de Téhéran était un tremplin pour de grands noms du cinéma iranien, dont le double oscarisé Asghar Farhadi, Bahman Ghabadi et Reza Mirkarimi.

accusation de censure

Mousavi a déclaré que la candidature de Téhéran pour rejoindre l’académie avait été initialement rejetée car les participants n’étaient pas tenus de payer des frais.

La candidature de cette année coïncide également avec les efforts visant à reprendre des négociations complètes sur la relance de l’accord nucléaire de 2015 entre les États-Unis, l’Iran et d’autres puissances mondiales. ATTA KENARE AFP

« Nous avons répondu que notre pays est soumis à des sanctions et qu’il est donc impossible pour ceux qui souhaitent montrer leurs films de payer les frais d’inscription », a-t-il déclaré.

READ  La directrice artistique de Chicago, Mimi Bellucci, reçoit le Chevalier de l'Ordre français des lettres

Mousavi a déclaré que Téhéran est le seul festival de courts métrages à ne pas être soumis à de tels dessins animés, sur environ 130 dans le monde éligibles aux Oscars.

Après avoir été reconnu par l’Académie, le concours du festival de cette année a reçu plus de 6 400 candidatures de 128 pays, soit 2 000 de plus que l’an dernier.

Cinq films iraniens et 58 étrangers ont été sélectionnés pour le Grand Prix et le lauréat sera présenté à l’Académie pour une éventuelle nomination aux Oscars.

Ces choix ont provoqué la colère de certains jeunes réalisateurs iraniens dont les films n’ont pas été acceptés, et ont conduit à des accusations de censure, notamment de la part du réalisateur Farnoush Samadi.

« Il est de mon devoir d’écrire à l’académie pour protester contre la censure, l’injustice et les actions non professionnelles du festival de Téhéran », a déclaré Samadi sur Instagram.

Le réalisateur Ali Asgari, sur la même plate-forme de médias sociaux, a déclaré qu’en tant que membre de l’académie, il « ne voterait pas pour un film précédemment sélectionné par le Festival du court métrage de Téhéran afin de soutenir tous les réalisateurs dont les films ont été rejetés ».

Mousavi a nié les accusations, affirmant qu' »il n’y avait pas de censure de notre part. Nous avons reçu 1 500 films de cinéastes iraniens, et nous devons choisir comme critère pour les thèmes et la qualité du film ».