Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

L’UE déclare dans une décision préjudicielle qu’Apple Pay n’est pas compétitif

Apple a été accusé d’antitrust par l’Union européenne pour avoir exclu des concurrents du système de paiement mobile Apple Pay. L’Union européenne a envoyé à Apple une « communication des griefs » formelle avec une opinion préliminaire selon laquelle Apple a abusé de sa position dominante dans les portefeuilles mobiles iOS.

« Le panel conteste la décision d’Apple d’empêcher les développeurs d’applications de portefeuille mobile d’accéder au matériel et aux logiciels nécessaires (« entrée NFC ») sur ses appareils, en faveur de sa propre solution, Apple Pay », lit la résolution. « La communication des griefs d’aujourd’hui ne concerne que l’accès des entrées NFC par des développeurs tiers aux portefeuilles mobiles pour les paiements en magasin. »

Selon l’Union européenne, le comportement exceptionnel d’Apple « conduit à moins d’innovation et de choix des consommateurs pour les portefeuilles mobiles sur iPhone ».

Il ne s’agit que de la première étape formelle de la procédure antitrust contre Apple, et l’entreprise aura la possibilité de répondre à la liste d’objections de la commission. L’UE note que l’envoi d’une communication des griefs « ne préjuge pas du résultat de l’enquête ».

« Apple Pay n’est qu’une des nombreuses options disponibles pour les consommateurs européens pour effectuer des paiements, et a assuré un accès égal au NFC tout en établissant des normes de pointe en matière de confidentialité et de sécurité », a déclaré la porte-parole d’Apple, Hannah Smith, dans un communiqué. le bord. « Nous continuerons à collaborer avec la Commission pour garantir que les consommateurs européens aient accès à l’option de paiement de leur choix dans un environnement sûr et sécurisé. »

READ  Tout en un jour : Zuckerberg perd 29 milliards de dollars, Bezos s'apprête à empocher 20 milliards de dollars

La décision d’aujourd’hui fait suite aux accusations portées l’an dernier contre la société Les services de streaming de musique concurrents sont injustement punis. L’Union européenne a le pouvoir d’imposer des amendes pouvant aller jusqu’à 10 % du chiffre d’affaires mondial d’Apple (36 milliards de dollars) ainsi que d’imposer des modifications aux pratiques commerciales de l’entreprise. En pratique, cependant, toute amende favorable contre l’appel potentiel d’Apple des accusations serait beaucoup plus faible.

Le point de vue initial de la Commission contre Apple montre une fois de plus que l’Union européenne montre la voie dans les tentatives de freiner le pouvoir des grandes entreprises technologiques. Au cours des dernières semaines, le conglomérat a adopté deux actes législatifs majeurs visant à contrer les effets négatifs des géants du numérique. Les voici Loi sur les services numériques (DSA)qui oblige les entreprises à renforcer le contrôle sur les contenus préjudiciables sur leurs plateformes, et Loi sur les marchés numériques (DMA)qui vise à atteindre l’égalité commerciale, permettant aux petites entreprises de concurrencer les plus grandes entreprises.

Apple a contesté un certain nombre de dispositions fixées par l’Union européenne, notamment celles qui assouplissent le contrôle de l’entreprise sur l’App Store (dont Apple tire des revenus importants).

Mise à jour du 2 mai à 14 h 15 HE : Mise à jour pour ajouter une déclaration d’Apple.