Dakarinfo

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici Manchettes, politique et culture françaises sur la chaîne d'information

Macron de France accueille « cher Olape », à la recherche d’un terrain d’entente après Merkel

  • Macron accueille le nouveau président allemand pour son premier voyage à l’étranger
  • Les deux promettent de travailler en étroite collaboration
  • Variations possibles des règles d’investissement vert, budget de l’UE

Paris, déc. 10 (Reuters) – Le président Emmanuel Macron et le nouveau chancelier allemand Olaf Scholes se sont engagés vendredi à réformer les règles du budget de l’UE et à placer l’énergie nucléaire dans le fonds d’investissement vert, et à maintenir l’axe franco-allemand fort.

Il s’agit du premier voyage à l’étranger de Scholes pour rencontrer Macron à Paris depuis la fin de 16 ans de régime conservateur sous Angela Merkel et son investiture en tant que président de l’Allemagne mercredi. Son alliance tripartite s’est engagée à renforcer davantage l’intégration européenne.

« J’ai travaillé avec Angela Merkel sur toutes ces choses au cours des quatre dernières années … Cher Olaf, je sais que nous allons poursuivre cette étroite collaboration ensemble », a déclaré Macron à Scholes lors d’une conférence de presse conjointe.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à reuters.com

Les Scholes les plus marginalisés ont déclaré avoir parlé de la manière de travailler ensemble pour renforcer l’Europe.

Macron a accueilli du poing la nouvelle chancelière, arrivée à l’Elysée.

Il a développé une amitié avec Merkel, la pionnière du président français Scholes, qui a rompu avec les traditions allemandes en soutenant des efforts conjoints sans précédent de l’UE pour augmenter la dette pendant l’épidémie de COVID-19.

Mais les deux se sont affrontés sur certaines questions clés, notamment les importations de gaz de l’Allemagne en provenance de Russie, la manière de protéger l’Europe et ses relations avec d’autres grands rivaux politiques et économiques, dont la Chine.

READ  OMG, je voudrais louer cette maison : Cassis, France

Macron veut construire de nouveaux réacteurs nucléaires en France, alors que les plans d’élimination progressive de l’allemand sont bien établis.

La question n’a cependant pas été mentionnée dans l’accord de la nouvelle coalition allemande, et on espère que Paris permettra un compromis.

Lors d’une conférence de presse vendredi, Scholes a soulevé la question de savoir si la France souhaitait qualifier le nucléaire de stable entre l’Allemagne et la France.

« Il est très clair que chaque pays poursuit sa propre stratégie de lutte contre le changement climatique d’origine humaine. C’est le sens des responsabilités et l’ambition qui nous unit », a-t-il déclaré.

« L’Allemagne décide de développer les énergies renouvelables. »

Alors que la France se prépare à assumer sa présidence de six mois de l’Union européenne le 1er janvier, Macron demandera également le soutien de l’Allemagne à son projet de modifier les règles du budget de l’UE.

« Je suis convaincu que nous pouvons travailler ensemble pour résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés, et que nous pouvons poursuivre la croissance que nous avons développée avec le fonds de relance (750 milliards d’euros d’épidémie) – tout en assurant un financement solide », a déclaré Scholes, qui était ministre allemand des Finances sous Merkel.

« Il est possible de réaliser les deux en même temps.

Des diplomates ont déclaré dans les relations franco-allemandes après le départ de Merkel – et dans l’Union européenne à 27 pays – que la visite de Sholes pourrait donner une chance à Macron.

« Macron est assez intelligent pour diriger l’Europe pendant un an ou deux », a déclaré à Reuters un petit diplomate de l’UE. « S’il est réélu, il utilisera son temps à bon escient pour rester en tête, car l’Allemagne sera un partenaire plus faible. »

Rapport de Michel Rose, Sabine Siebold, Maria Sheahan, Richard Lough, Michaela Cabrera ; Par Ingrid Melander et Michael Rose ; Montage Catherine Evans

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.